La TOURNETTE : rando sur le trône d’Annecy

Le sommet de la Tournette

Parmi tous les incontournables à faire autour, La Tournette est LE sommet d’Annecy. Les habitants des côtes regardent la mer, les Annéciens (et ceux du littoral) regardent la Tournette : ses premières couches de neige, l’évolution de la fonte, sa tête dans les nuages et ses couleurs changeantes selon la lumière du soleil. Elle trône au-dessus du lac d’Annecy avec son sommet culminant, son allure massive de fauteuil et ses deux oreilles de chat.

Sommet : La Tournette (2351 m)
Massif : Bornes-Aravis (Haute-Savoie)

Départ : Les Prés Ronds (1225 m)

Carte IGN : Lac d’Annecy 3431 0T
Topos Randonnées autour d’Annecy

Difficulté : ★★★★
(passages avec câbles et échelles)

Dénivelé : 1150 m
Distance : 12 km aller-retour

Durée : montée 2h30 à 3h30 (descente 2 à 3h)

Intérêt : ♥♥♥♥
Bouquetins

Période : juin à novembre

Avant de partir, êtes-vous bien équipé ? ➜ retrouvez le contenu de sac à dos en randonnée ✔︎

➜ Les différents itinéraires de randonnée à La Tournette

par la classique, par le Chalet de l’Aulp (expliqué dans ce topo). Deux variantes sont possibles de ce côté : par le Col du Varo, plus direct, et en boucle par la Pointe des Frêtes.
On accède au départ par la route de Montmin, soit depuis Talloires puis le Col de la Forclaz, soit depuis Vésonne.

Sinon :
depuis le lac, via Talloires (mais c’est tout de suite plus long, mais ça peut être un défi !)
depuis les Dents de Lanfon par le Pas de l’Aulp (très beau ! sur 2 jours).
depuis Montremont, Les Clefs ou La Bottière, mais la face Est est un gigantesque pierrier, nettement moins joli. Par contre, c’est par là que ça se fait bien en ski de randonnée.

La rando de La Tournette présentée par le naturaliste Yves Paccalet

Pour votre matériel outdoor (équipement, accessoires, vêtements…), je vous recommande EKOSPORT (soldes permanentes !) ✅

 

Le Chalet de l’Aulp

C’est une randonnée ultra-fréquentée donc le parking au niveau du Chalet est constamment saturé (notamment par les touristes du dimanche qui viennent s’enfiler une tartiflette en plein mois d’août ; ceux-là, pour sûr, on ne les retrouvera pas en haut…). Ainsi, depuis 2020, un arrêté réserve l’accès aux alpagistes et clients. Du coup, le parking des Prés Ronds est devenu le point de départ pour la randonnée à La Tournette. Cela rajoute 200 mètres de dénivelé sur un sentier pédestre tracé pour couper les virages de la piste carrossable. Ça permet de se chauffer tranquillement le corps avant la suite, plus physique. À l’automne, le vallon est très beau avec les arbres en rouge, jaune et vert. En 30 à 45 minutes, on rejoint « l’ancien » départ du Chalet de l’Aulp (1424 m). Depuis la butte belvédère derrière le restaurant, on a déjà un joli premier point de vue sur le Lac d’Annecy.

Vous préférez rester à la terrasse… ? Non mais parce que maintenant, va falloir le monter le caillou ! L’ascension commence donc au milieu des vaches. C’est tout de suite un peu hardos et les cuisses vont très rapidement chauffer ! Mieux vaut ne pas trop s’exciter au début. Le sentier fait des lacets qui se resserrent de plus en plus. Par pitié, arrêtez de couper les virages et de sortir du sentier !! Le terrain est déjà suffisamment défoncé comme ça ! De plus, la dernière fois que j’ai fait La Tournette, j’ai vu, un peu plus haut, un adolescent tailler dans l’herbe et envoyer rouler une pierre, passée à un mètre de la tête d’un môme de 10 ans… Par ailleurs, comme cela est fait dans d’autres secteurs des Alpes, je pense que les (très riches !) collectivités locales (si jamais vous lisez ces lignes…) pourraient s’employer à restaurer ce terrain tant abîmé par la sur-fréquentation, de laquelle se nourrissent les offices touristiques qui feraient bien de, ici, prendre soin de leur gagne-pain naturel.

Après 3/4h à 1h de montée depuis le Chalet de l’Aulp, on arrive au pied d’une dent que l’on contourne à son pied. Puis, on longe sur le replat balcon (première sensation possiblement vertigineuse) qui conduit à l’ancien Chalet du Casset, où démarre la variante montant directement au Col du Varo.

 

Le Refuge de La Tournette

Arrivée sur un petit plateau intermédiaire en cuvette qui sert d’alpage pour brebis non égarées. Vous les trouverez sans doute à l’ombre des nombreux blocs rocheux qui jonchent le sol. Pouvant déjà faire l’objet d’une rando en soi (pour un bivouac par exemple), le Refuge de la Tournette (fermé depuis 2009) est placé au bord de la falaise et propose une superbe vue plongeante sur le dénivelé déjà parcouru, le Lac d’Annecy et ses alentours (le Château de Duingt, le Roc des Bœufs, le Semnoz, Talloires, le Roc de Chère…).

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

Traverser le plateau vers la gauche au pied de la grande dalle rocheuse en continuant le long du pierrier. Peut-être certains névés persisteront au pied de la falaise. Le sentier nécessite d’enjamber quelques cours d’eau issus de la fonte de la neige. Ensuite, le parcours devient très minéral, entre lapiaz et petits cailloux. Si l’itinéraire semble moins évident, il s’agit grosso modo de monter droit en essayant de suivre de plus ou moins loin les points bleus (parfois jaunes, parfois verts…). Il faudra peut-être un peu poser les mains ça et là.

 

On retrouve ensuite un chemin en terre (quelques passages sur rochers) passant un petit col. Celui-ci offre une jolie vue sur la barrière rocheuse de La Tournette. Puis, le sentier devient plus raide et accidenté du fait de glissements de terrain. En moins d’une heure depuis le refuge, on arrive au Col du Varo (2151 m) d’où décollent parfois des parapentes. On a alors une splendide vue plongeante sur le Lac d’Annecy, le Pas de l’Aulp du Lanfonnet et la remarquable Pierre Châtelard (2176 m) avec sa forme si particulière (ça ne vous fait pas penser à un aileron de dauphin vous ?).

C’est plus ou moins à partir d’ici qu’on peut commencer à côtoyer les premiers bouquetins qui résident à La Tournette (en espérant qu’ils ne soient pas quasiment tous abattus comme dans le Bargy et plus précisément au Pic de Jallouvre…). Au printemps, vous verrez peut-être les jeunes de l’année se baladant avec leur mère (étagne) et déjà très habiles sur leurs quatre pattes (bien plus que nous sur deux, moins sûrs de nous !).

Si c’est votre première randonnée à La Tournette, prenez le temps d’observer les passages dans les barres rocheuses. On peut facilement apercevoir les autres randonneurs monter et descendre. Si le cœur vous en dit encore, remonter ensuite le long sur la gauche, passant près d’un précipice très vertigineux, les Rochers des Tours. Libre à vous de vous approcher… Un court premier passage avec chaines vous permettra de vous jauger pour la suite. En effet, l’ascension finale nécessite d’avoir le pied sûr et d’être à l’aise sur les parties grimpantes.

 

Ensuite, ça devient de plus en plus escarpé et les barres et chaines installées s’avèrent utiles pour gravir les parois, d’autant que les pierres sont très patinées (éviter donc de faire La Tournette si c’est humide) ! N’ayez crainte, c’est très sécurisé et on voit des jeunes juniors et de moins jeunes séniors faire la randonnée sans (trop de) problèmes. Néanmoins, la randonnée de La Tournette n’est pas une promenade de santé touristique et il faudra être équipé de vraies chaussures de rando. Ensuite, suivre le chemin étroit qui longe la falaise, en faisant attention de ne pas rouler sur un caillou. Après cette traversée, un peu de crapahute pour remonter une cheminée avant un dernier passage chaines-barres. On retrouve alors un sentier en terre (avec quelques passages sur rochers faciles) avant d’arriver sur le « presque sommet ».

D’ici, on découvre la vue sur les Bornes-Aravis, du Parmelan au Mont Charvin en passant par le Pic de Jallouvre et, au fond, la Pointe Percée, point culminant de la chaine. Mais vous voyez bien que ce n’est pas fini avec cet énorme bloc sur votre droite, il s’agit du « fauteuil », nommé ainsi du fait de sa forme, qui est elle-même une “miniature” de celle de La Tournette (certains pourront également y voir une tête de gorille de profil). Et comme tout être humain, vous vous dites : “je veux monter dessus” ! Ok ok, longez-le par la gauche. Normalement, ça renifle fort l’urine des bouquetins qui viennent se poser à l’ombre (les multiples cachous sur le sol en sont les témoins…).

 

Le sommet de La Tournette

On passe alors au dos du rocher sommital (côté Est) jusqu’à rejoindre la dernière raideur de la randonnée. En plein été, évitez autant que possible d’arriver entre 12h et 15h parce que c’est… l’enfer ! On se croirait dans le métro à Paris tellement ça bouchonne avec le croisement de ceux qui voudraient monter et ceux qui essaient de descendre et qui absorbent alors la pression des impatients. Une petite vire remonte avec un câble métallique qui aide grandement la main pour se hisser puis une rampe est sculptée dans la roche (très patinée !!). Enfin, c’est avec deux échelles (fixées !) que vous atteindrez le sommet. Entre les deux, un petit passage permet d’atteindre une petite “fenêtre carte postale” sur le Lac d’Annecy.

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

 

Au sommet de La Tournette, sur le « fauteuil », s’offre à vous un remarquable panorama à 360° : Annecy et son magnifique lac (oui, je suis chauvin… mais objectif !), le Mont Veyrier, les massifs des Bauges (La Sambuy, le Pécloz, l’Arcalod, le Trélod, le Mont Colombier…) et du Beaufortain, les Bornes-Aravis, le Chablais et le Haut-Giffre, la Dent du Chat… Avec un peu de chance, s’il n’est pas couvert (je vous le souhaite), vous pourrez voir le Mont Blanc et même jusqu’à la Chaine de Belledonne et les massifs de la Chartreuse (le Granier, Chamechaude, le Grand Som…), du Vercors (le Grand Veymont, le Mont Aiguille…), des Écrins (La Meije, la Barre et son Dôme…) et de la Vanoise (le Mont Pourri, la Grande Casse, les Glaciers…), la Testa del Rutor, l’Aiguille de la Grande Sassière… Ré-ga-lez-vous (en silence si possible…) !! Pour connaitre le nom de chaque sommet alentour, je vous conseille l’application PeakFinder). Par ailleurs, comme indiqué dans mes conseils pour bien préparer son sac de randonnée, pensez bien à prendre à vous une veste coupe-vent pour là-haut, car ça peut souffler fort !

 

Chocards à bec jaune, au sommet de la Tournette

Vous pourrez également observer les nombreux chocards à bec jaune faire des voltiges, jouer avec le vent, et qui n’attendront que votre départ pour finir vos miettes (ne toutefois pas leur donner à manger pour éviter qu’ils dépendent de l’être humain pour se nourrir).

Le retour

Classiquement, il se fait par le même itinéraire, en aller-retour donc (une variante en boucle peut se faire par la Pointe des Frêtes ; c’est plus long mais cela permet d’éviter de redescendre les passages à désescalade). Si vous n’avez pas pris de bâtons de randonnée, je vous informe que la descente va vous piquer les rotules. De plus, entre le terrain très abîmé et les traitrissimes cailloux roulants, cela permet de prévenir des chutes et de mieux s’équilibrer. Une pause au refuge peut être une bonne idée pour alors faire souffler vos genoux car la dernière partie “drè dans l’pentu” va sans doute les faire morfler. Et puis, ce sera votre dernier point de vue contemplatif.

 

De retour au Chalet de l’Aulp, ne boudez pas votre plaisir d’une bonne bière bien fraiche en terrasse pour vous féliciter car vous l’aurez bien mérité ! Pour les plus hédonistes, piquer une tête dans le lac en redescendant sera la myrtille sur le reblochon de votre magnifique journée. Aaaaah… Quel bonheur que de vivre ici ! D’ailleurs, si vous avez un peu de temps, venez visiter Annecy, la « Venise des Alpes ».

Pour votre matériel outdoor (équipement, accessoires, vêtements…), je vous recommande EKOSPORT (soldes permanentes !) ✅

Randonnée

Bornes-Aravis

Conseils Montagne

Vous aimez cet article ? Parlez-en à vos amis !