La POINTE DE LA SAMBUY, promontoire panoramique entre Savoie et Haute-Savoie

Vue au sommet de La Pointe de La Sambuy avec vue sur le Mont Blanc, Haute-Savoie Alpes - Paysage Montagne Randonnée Alpes Outdoor Mountain Landscape Hike Hiking summit

Quand on parle de la Sambuy, on pense tout de suite à sa station de ski. Pour autant, sa Pointe culminant à 2198 mètres d’altitude est un sommet à l’esthétique assez remarquable pour la randonnée. Entre forêt, prairies fleuries et passages escarpés, l’itinéraire est varié et progressif en difficulté, agrémenté de splendides vues panoramiques sur le Lac d’Annecy, les Bauges, les Aravis, le Mont Blanc, le Beaufortain…

Sommet : Pointe de la Sambuy (2198 m)
Massif : Bauges (Haute-Savoie)

Départ : Station de La Sambuy (1144 m)

Carte IGN : Albertville – IGN 3432ET

Dénivelé : + 1050 m (cumulé)
Distance (aller) : 7 km (par le Pas de l’Ours)
5 km (par les pistes)

Durée : montée 3h/3h30 – descente 2h30
Difficulté : ★★★☆☆
(deux passages ★★★★)

de juin à octobre

Intérêt : ♥♥♥

Se rendre à la station de Seythenex – La Sambuy

Depuis Annecy, longer le lac par la route D1508 qui vers vers Albertville. Traverser Sévrier, Saint-Jorioz, Duingt… puis rentrer dans Faverges. Dans le village, prendre la direction du Col de Tamié puis Seythenex et Station de La Sambuy. Monter les lacets de la D112 et se garer sur le parking de la station de ski, au pied des pistes.

Depuis Albertville, traverser Frontenex pour monter le Col de Tamié et redescendre en direction d’Annecy. Avant Faverges, prendre à gauche pour passer dans le village de Seythenex. Monter les lacets de la D112 et se garer sur le parking de la station de ski, au pied du télésiège.

Le choix de l’itinéraire ?

La première fois que je suis monté à la Pointe de la Sambuy, c’était par les pistes de ski (tracé jaune sur la carte ci-dessous). C’est le chemin le plus direct mais, disons-le aussi, le plus moche ! Je ne vais pas développer ici le topo pour cet itinéraire puisqu’il suffit de remonter les chemins pierreux et/ou les pentes herbeuses sous le télésiège… (alternative possible, assurément la préférée des touristes néerlandais, utiliser les remontées mécaniques si la station est ouverte en été : tarifs)

Mais depuis, j’ai découvert un autre chemin, par le Pas de l’Ours (tracé rouge) Il suit en partie l’itinéraire du GRP du Tour du Massif des Bauges. Certes, il est plus long mais il a l’avantage d’être plus varié et en grande partie à l’ombre des arbres. C’est essentiellement ce parcours là que je détaille ici (les durées plus haut sont indiquées pour cet itinéraire).




Montée par le Pas de l’Ours

Le départ, marqué par un panneau, se fait depuis le parking de la station, un peu au fond à gauche. Il faut suivre la piste pierreuse passant par le Carrefour du Vargnoz (1190 m), traverser la piste en passant sous le télésiège. Au Plan du Vargnoz (1290 m), quitter la piste en prenant un sentier sur la gauche dans le virage. Celui-ci est globalement à plat et permet d’observer de nombreuses espèces de fleurs de montagne.

 

Après une légère inclinaison penteuse (qui, déjà qu’on ne suit pas le bon cap, pourrait être inquiétante quand on sait qu’on est pourtant censé monter), on arrive au Pas de l’Ours (difficulté : ★★★★). Depuis le début de la randonnée, les panneaux avertissent qu’il s’agit d’un « passage délicat ». Il est vrai qu’il peut impressionner visuellement puisqu’il est étroit et assez à pic dès le début. Une corde sert de main courante tout le long et est doublée d’un câble de l’autre paroi. Il n’y a pas de grande difficulté technique en soi mais si vous n’êtes pas à l’aise avec ce type de parcours, choisissez l’itinéraire par les pistes. Sur le terrain, je conseillerais de n’utiliser qu’une main pour le câble et l’autre pour saisir des prises sur la roche. Attention à rester vigilant aux appuis sur le sol, celui-ci est un amas instable de terre avec quelques cailloux et brindilles. Éviter également ce passage par temps humide.

 

Ensuite, on poursuit à l’ombre des sous-bois. Le sentier, à plat, ne se raidit que sur la fin pour rejoindre une piste forestière au niveau du Pra Fourrier (1350 m). Prendre à droite en suivant bien les marquages rouges (attention à la mauvaise tentation gauchère quelques centaines de mètres plus loin . La montée se fait avec des lacets avant d’arriver dans une prairie. On atteint alors une piste carrossable qui offre la possible variante passant par le Chalet de la Bouchasse (cliquer sur le bandeau en-dessous).

Variante par le Chalet de la Bouchasse

Prendre à gauche en suivant la piste d’alpage, balcon sur la partie basse du Col de Tamié, la Dent de Cons et la Belle Étoile. En 5-10 min, on atteint le Chalet de la Bouchasse et sa terrasse panoramique sur les massifs du Beaufortain et de la Lauzière. Si vous aimez le fromage de chèvre, ne vous privez pas d’y faire vos achats en vente directe. Vous croiserez les biquettes lors de votre randonnée dans la Combe de la Sambuy.

 

Monter ensuite le « sentier des chèvres » qui part au-dessus du chalet. Après un passage dans la prairie d’alpage puis les arbres, celui-ci redescend dans la Combe de La Sambuy en traversant le pierrier sous une barre rocheuse. Le détour dure 30 minutes (contre 10 en montant directement par le sentier de la Combe).

Pour le plus direct, poursuivre à droite en remontant la Combe de la Sambuy le long du chemin. Un parcours pédagogique est jalonné de panneau expliquant la géologie des roches environnantes. Environ deux heures après le départ du parking, on atteint le sommet de la station de ski avec son télésiège, son « refuge » et… la masse de « touristes torse nu / sandales » qui va avec… Choc des cultures ! Au milieu de l’agitation parfois bruyante en pleine saison, vous pouvez faire une pause contemplative sur le Lac d’Annecy avant de poursuivre l’ascension. Faut juste faire abstraction des éventuelles effluves de frites que le vent corrompu vous transportera…

© L’Oeil d’Édouard

 

Depuis le sommet de la station

Comme vous arriviez ici par les pistes ou par le Pas l’Ours, le plus long a été fait mais pas le plus « dur »… Le sentier remonte au creux de la Combe de La Sambuy. En observant la paroi rocheuse à gauche, on peut observer la via ferrata « La cordée des dahuts ». L’itinéraire part ensuite sur la droite sur les rochers avant de revenir sur un sentier terreux menant, 3/4h plus tard, au Col de la Sambuy (2070 m). L’ascension finale est alors sous vos yeux… Sur la droite, vous pouvez pousser jusqu’à la Petite Sambuy (2107 m).

© L’Oeil d’Édouard

 

Monter sur l’épaule à gauche (petite croix métallique) par quelques lacets terreux. Au pied de l’arête, une plaque met en garde quant au reste de l’itinéraire (difficulté : ★★★★). Celui-ci, marqué de flèches bleues, alterne entre sentes et crapahute sur roche où il faut poser la main et lever la jambe. Les passages les plus délicats sont équipés de cales en métal, de barres, de barreaux d’échelle et d’une corde (surtout utile pour la descente). Certaines pierres étant patinées par l’usage, éviter de monter au sommet par temps humide au risque de descendre beaucoup plus vite qu’il ne faudrait…

Le sommet de la Pointe de la Sambuy

Arrivé aux 2198 mètres, une croix, modeste, accueille le randonneur suant. Le sommet se présente comme une arête rocheuse avec une falaise verticale à l’Est. Deux cairns y ont été été empilés sur sa longueur. Rien n’oblige donc de manger systématiquement son sandwich au pied de la croix et d’empêcher les autres de prendre une photo…). La Pointe de La Sambuy est un belvédère panoramique offrant une vue à 360° sensationnelle ! Il faut néanmoins ne pas hésiter à se déplacer pour bénéficier des meilleurs points de vue.

 

Au Nord, le regard plonge sur la Petite Sambuy, le Lac d’Annecy et le Mont Veyrier, les Bornes-Aravis avec les Dents de Lanfon, La Tournette, le Pic du Jallouvre, le Mont Charvin. À l’Est, la Combe de la Sambuy qui dirige le regard jusqu’à Faverges, la chaine de la Dent de Cons et la Belle Étoile. Et, en fond, le Massif du Mont Blanc.

 

Au Sud, Albertville, le Massif du Beaufortain avec le Mont Mirantin, l’Aiguille du Grand Fond, la Pierra Menta, le Grand Mont… La Vanoise en arrière-plan pointant avec le Mont Pourri, la Grande Casse, les Glaciers de la Vanoise, l’Aiguille de Péclet… Au premier plan, le Grand Arc puis le Mont Bellacha et le Grand Pic de la Lauzière puis les Aiguilles d’Arves et le Nord de la Chaine de Belledonne.

 

À l’Ouest, le Massif des Bauges avec le Parc du Mouton, la Pointe de Chaurionde au premier plan, le Mont Pécloz, le Col d’Orgeval et la Pointe d’Arcalod, le Mont Trélod, la Montagne du Charbon et la Pointe de Banc-Plat, le Roc des Bœufs, le Semnoz… En arrière-plan, la Dent d’Arclusaz, le Mont Colombier et même le Massif de la Chartreuse du Mont Granier à la Dent de Crolles.

© L’Oeil d’Édouard

 

Le retour en boucle ?

Pour retourner à la voiture, idem, deux solutions sont possibles. La plus directe est assurément la descente par les pistes de ski de la station, au Nord. Descendant sur un large chemin de pierres, elle n’a aucun intérêt autre que celui d’être la plus courte en distance. L’autre solution est de reprendre le même chemin qu’à la montée, par le Pas de l’Ours. Vous avez le choix de descendre directement par la Combe de la Sambuy ou passer par le Chalet de la Bouchasse si vous ne l’avez pas fait à la montée.

 

Retrouvez tous nos conseils montagne et topos randonnée en Bauges dans notre rubrique Trace Les Cimes△△