CHAMECHAUDE, la rando la plus… rentable !!

La face Est de Chamechaude vue depuis le sommet de la Grande Sure - Massif de la Chartreuse © L'Oeil d'Édouard
Chamechaude

CHAMECHAUDE est le plus haut sommet de Chartreuse. Visible depuis Grenoble, elle pointe au-dessus du Massif avec sa forme en énorme plan incliné. Le sommet est facilement et rapidement accessible et offre une vue exceptionnelle sur quasi… presque… tout le Rhône-Alpes !! Le sentier est sans à-coup donc il permet une marche régulière et efficace. Donc, ça fuse !!

Sommet : Chamechaude (2082 m)
Massif : Chartreuse (Isère)

Départ : Col de Porte (1326 m)

Carte IGN : Chartreuse Sud 3334 OT

Dénivelé : 756 m

Durée : montée 1h30 – descente 1h

Difficulté : ★★☆☆☆

d’avril à novembre

Intérêt : ♥♥♥

Se rendre au Col de Porte :

Depuis Chambéry, entrer dans le Massif de la Chartreuse par le Col du Granier, traverser Saint-Pierre-d’Entremont.
Depuis Lyon, passer par Saint-Laurent-du-Pont. Dans tous les cas, il faut traverser Saint-Pierre de Chartreuse pour se rendre au Col de Porte.
Depuis Grenoble, atteindre le Col par le-Sappey-en-Chartreuse. Se garer aux alentours du restaurant « Cartusia ».

 




Le point de départ a la particularité de permettre d’observer le sommet et l’itinéraire que vous allez prendre. Le chemin commence entre les bâtiments à droite du restaurant. On remonte la piste de ski sur environ 100m et, au niveau du préfabriqué blanc (sur votre droite), il ne faut pas oublier de prendre le sentier qui part dans les bois, à gauche. Ça monte tranquillement dans les sous-bois sur un chemin régulier. Bon… rien d’exceptionnel jusque là. C’est agréable pour se mettre en jambe, mais personnellement, c’est pas vraiment ce dont je raffole…

La CABANE DE BACHASSON et la FOLATIÈRE

En environ 1/2h, on arrive à la Cabane de Bachasson (privée) avec une petite fontaine. Un panneau informe sur le respect des troupeaux d’élevages (tenir les chiens en laisse…). À partir de là, ça va se dégager un peu et les points de vue vont commencer à être intéressants. Après quelques minutes, on arrive sous un gros rocher à la forme intrigante, la « Folatière ». Juste après, le sentier est un peu bordélique et le balisage sur les pierres suscite quelques hésitations (certaines pierres indiquent un sens quand la suivante est marquée d’une croix). En gros, faut viser celui qui monte.

© L’Oeil d’Édouard

Au bout d’une heure (depuis le départ), on sort complètement des arbres et on arrive réellement sur le grand plan incliné. Le sentier va discrètement se diviser en deux : le plus évident, en pierre, part à gauche tandis qu’un autre, sur terre, continue à droite. Je vous recommande le premier pour atteindre plus rapidement le sommet et redescendre par l’autre en faisant la boucle que je vous indiquerai plus tard. Si vous montez face à la barre rocheuse, c’est donc que vous avez suivi mon conseil ( 🙂 … ou alors, c’est parce que vous ne vous êtes même pas posé la question parce que nous n’avez jamais vu la bifurcation ! Je ne peux pas vous en vouloir, ce n’est qu’en redescendant la boucle que je suis aperçu que le chemin se divisait…).

 

Le chemin va se raidir petit à petit jusqu’à atteindre la première arête. Et là, superbe vue panoramique frontale sur toute la Chaine de Belledonne et les Écrins en fond !! Le regard suit sur Grenoble, le Taillefer et le Trièves en arrière-plan, et le Vercors avec Le Moucherotte que vous aviez dans le dos en montant. D’ailleurs, en parlant de dos, j’étais tout heureux d’avoir un coupe-vent à cet endroit… Attention aussi aux enfants, parce que, au delà de l’arête, ben… c’est le vide complet !!

 

Maintenant que vous êtes là, vous repérez le gros rocher sur votre gauche ? Et oui, c’est pas encore tout à fait fini ! Et votre égo vous pousse à aller jusqu’au sommet. C’est ici qu’il y a un passage qui pourrait en bloquer quelques-uns mais vraiment rien de compliqué : il faut escalader un bloc d’une dizaine de mètres. Mais il est équipé d’un câble en main courante. Alors on range bien l’appareil photo dans son sac et on y va ! Les premiers pas se font à l’aide d’une échelle puis les suivants sont un peu creusés (et un peu patinés, attention si c’est humide).

Le SOMMET de CHAMECHAUDE

Après quelques pas, on atteint la croix sommitale. Toujours cette magnifique vue panoramique à 360°. Par temps clair, on doit pouvoir voir tous les reliefs de Rhône-Alpes : Pilat, Nord-Isère, Bugey, Aravis, Bauges, Mont Blanc, Vanoise, Belledonne, Écrins, Taillefer, Trièves, le Mont Aiguille, le Vercors… Donc « la rando la plus rentable » parce que vous avez tout ça sous les yeux pour moins de 2h de marche !!! Et à portée de voiture depuis Grenoble, Chambéry… Imbattable !! On défie même M6 Shopping à ce prix là !

 

Malheureusement, on a pas eu le chance d’avoir un temps dégagé jusqu’au bout, ça s’est voilé petit à petit. Du coup, on a pas pu voir tous les plus hauts sommets des Alpes du Nord françaises (voire italiennes). Mais vraiment, m’étant déjà régalé, je suis sûr que, par temps dégagé, ce doit être un des meilleurs endroits pour admirer un maximum de sommets (et pour peu de marche !!!).

En poursuivant sur l’arête, la vue sur le Nord se dégage complètement pour exposer tout le Massif de la Chartreuse (évidemment, manquerait plus que ça !), de La Grande Sure jusqu’à la Dent de Crolles en passant par Le Grand Som et une vue plongeante sur Saint-Pierre-de-Chartreuse.

 

Autre attraction du sommet de Chamechaude, les chocards à bec jaune ! Très à l’aise avec l’Homme ou alors très très la dalle !! Dans tous les cas, pas farouche l’oiseau qui vient se poser tout près, chercher les miettes et… carrément becqueter dans la main !! J’en avais déjà vu pas des trop sauvages au sommet de La Tournette, mais alors ceux-là, ils m’ont impressionné !

DESCENTE par la petite boucle

Pour la redescente, désescalader le caillou (en faisant encore un peu plus attention qu’en montant). Et c’est après ce moment là que je propose de faire un petit détour en faisant la bouclinette. C’est plus simple que plus bas, il suffit de viser Grenoble ! Un sentier se dessine dans les pierres puis sur terre. Au bout de quelques instants, vous verrez un trou dans l’arête que vous longez. Il s’agit de la Brêche Arnaud. C’est une variante pour parvenir au sommet de Chamechaude mais il est réservé aux bons : il nécessite un équipement spécifique (corde, baudrier, casque…). C’est un itinéraire côté falaise (face Est) avec des câbles qui comporte des passages très vertigineux !! Continuer le sentier normal qui tourne petit à petit et redescend jusqu’à l’intersection dont je vous parlais tout à l’heure (et que, comme moi, vous n’avez peut-être pas vue en montant). La suite, vous la connaissez : faut redescendre… tout pareil qu’à l’aller.

📷 L’Oeil d’Édouard ©

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



CHAMECHAUDE, la rando la plus… rentable !!
4.9 (98.21%) 56 votes