Le GRAND VEYMONT, pinacle du Vercors

Les Aiguillettes au pied du Grand Veymont, Vercors

Le Grand Vermont est le point culminant du Massif du Vercors. Jonché au Sud de la barre rocheuse, le sommet est un somptueux belvédère à 360° sur les Hauts Plateaux, le Trièves, le Dévoluy, les Écrins avec une vue imprenable sur le Mont Aiguille à ses pieds. Avec un peu de chance, on peut même y observer des bouquetins et des vautours.

Sommet : Le Grand Veymont (2341 m)
Massif : Vercors (Isère)

Départ : La Bâtie (1165 m)

Carte IGN : Villard-de-Lans 3433 OT

Dénivelé : 1200 m (1400 m cumulé)
Distance : 18 km

Durée : montée 3h – descente 3h
Difficulté : ★★★☆☆

de juin à novembre

Intérêt : ♥♥♥♥
BouquetinsMarmottes

La Bâtie, Vercors

Se rendre à La Bâtie :

Depuis Grenoble, prendre la A51 en direction de Sisteron (ou la D1075 via Vif). À Monestier-de-Clermont, continuer au Sud sur la D1075 et, 10 km plus loin, prendre à droite en direction de Saint-Michel-les-Portes. Traverser le village et poursuivre sur le D8A qui amène à La Bâtie. Se garer vers l’église ou en bas du village, vers le parking aventure.

 




Montée par le PAS DES BACHASSONS

Au coeur de La Bâtie, une petite route monte et amène sur un chemin au milieu des champs. Le décor est déjà planté, le splendide Mont Aiguille nous accompagnera quasiment tout le long de la randonnée. Face à nous, le sommet du Grand Veymont et son petit frère en premier plan. Après avoir traversé le Ruisseau (asséché) des Pellas, le sentier passe à l’ombre de la forêt domaniale du Petit Veymont.

 

Ironie du sort (mais logique topologique), c’est quand le sentier se raidit qu’on sort des bois pour être en plein soleil sur les pierres du Ravin des Serres et du Maupas. Toutefois, les lacets permettent de ne pas surchauffer. Avec le Peyre Rouge à gauche et le Rocher de Prayet à droite, ce vallon est vraiment chouette et fait oublier l’effort (une sente part à droite pour une variante de l’ascension du Grand Veymont par le Pas du Fouillet). Après quelques derniers lacets, le chemin s’aplanit pour s’enfiler dans une sorte de mini-canyon où résistent encore quelques plaques de neige en ce début d’été.

 

2h après le départ, on arrive au verdoyant Pas des Bachassons (1903 m). On entre alors dans la Réserve Naturelle et dans un tout autre univers. La vue totalement dégagée expose les Hauts Plateaux du Vercors. Le parterre est recouvert de fleurs avec des anémones, des trolles, des dryades et… plein d’Edelweiss ! J’en avais jamais vus autant !!! En relevant les yeux et en regardant au loin, on découvre un imposant troupeau de bouquetins, posés en contrebas du Sommet de Montaveilla.

 

Demi-tour toute pour partir au Nord vers les Aiguillettes avec le sommet du Grand Veymont en ligne de mire (sur la droite, le Petit Veymont pourrait être tentant mais cela rajouterait vraisemblablement au moins 1 heure de marche pour finalement plus ou moins la même vue et en moins bien). Ce petit plateau bucolique marqué d’une cabane permet de reprendre un peu des forces avant l’ascension finale. C’est au moment où je me disais que ce devait être un coin idéal pour les marmottes que, justement, on en voit deux autour de leur terrier en train de refaire leur gras après l’hiver.

© L’Oeil d’Édouard

 

Le sommet du GRAND VEYMONT

Depuis le bas, cette montée annonce d’être rude avec 300 mètres de dénivelé mais en réalité, les nombreux zigzags sont bien conçus et permettent de monter sans trop forcer (si tant est qu’on reste régulier). L’ascension est accompagnée d’une superbe vue plongeante sur le Mont Aiguille et les plateaux du Vercors. En haut, un belvédère rocheux permet de souffler en contemplant le splendide paysage.

Ensuite, on bascule sur la pente ouest du Grand Veymont et, je vous l’annonce avant, ne soyez pas trop optimiste sur votre avancée. Le sentier monte progressivement mais la crête est une suite d’antécimes : à chaque fois qu’on pense arriver au sommet, un autre apparait derrière… Après avoir finalement longé la crête pendant 20 minutes (et vu un jeune bouquetin en contrebas), on atteint le sommet du Grand Veymont (2341 m). Son aspect est un mélange de celui de Chamechaude avec sa pente herbeuse et son vide et de celui du Taillefer avec ses abris en pierres. Il y a pas mal de monde mais il y a également de l’espace pour trouver sa place sans se marcher dessus.

 

La vue au sommet du Grand Veymont est sensationnelle ! À l’Ouest, les Hauts Plateaux du Vercors jusqu’aux Trois Becs, en Drôme. À l’Est, un superbe panorama sur tout le Trièves avec une vue imprenable sur le Mont Aiguille à nos pieds. En arrière-plan, le Dévoluy avec l’Obiou et le Grand Ferrand, l’Oisans avec les Massifs du Taillefer et des Écrins, la Chaine de Belledonne derrière. Tout au fond, le Mont Blanc (enfin vraisemblablement parce que les nuages cachaient la vue ce jour là).

 

Au Nord, la barre rocheuse du Vercors avec une perspective en enfilade avec les sommets Pierre Blanche, Rocher de Séguret, Malaval, Rochers de la Peyrouse et du Playnet menant jusqu’à la Grande Moucherolle (2284 m) et les Rochers des Deux Soeurs. En arrière-plan au loin, Grenoble et le Massif de la Chartreuse avec La Grande Sure, Chamechaude, la Dent de Crolles

Retour par le PAS DE LA VILLE

La descente suit la ligne de crête avec les impressionnantes falaises des sommets de la muraille du Vercors. Sensibles au vertige, restez sur le sentier pour ne pas trop s’approcher du bord… 1/4h plus bas, un gros cairn (immanquable !) signale la bifurcation sur la droite pour rejoindre une descente pierreuse mais pas périlleuse (les bâtons sont néanmoins bienvenus à partir d’ici). Le Pas de la Ville (1925 m) est marqué d’une plaque à la mémoire de résistants fusillés sur le lieu.

 

Sous le Pas de la Ville (1721 m), une croisée des chemins ramène à gauche sur Gresse-en-Vercors. Prendre à droite pour revenir sous la falaise du Grand Veymont en passant par la Fontaine du Veymont, le Pré Jacquet et la Côte du Quinquambaye. Juste avant la baraque du Veymont, quitter le chemin pour un sentier qui monte à droite dans les bois pour rejoindre un col avec les derniers 200 mètres de dénivelé +. Ce parcours un peu fade est toutefois édulcoré par une magnifique série de sabots de Vénus. En haut, un dernier belvédère panoramique sur le Trièves avec le Mont Aiguille, la face orientale du Grand Veymont et les remparts du Vercors.

© L’Oeil d’Édouard

Descente ensuite dans la forêt du Tiolache. Bien suivre les panneaux et les marquages jaune-vert (ne pas faire comme nous en prenant trop haut une épingle à droite pour un détour par un ancien chemin). Traversée du Ravin du Barri et du Ravin des Chalanches avant de rejoindre le chemin agricole du départ puis La Bâtie. Une dernière vue, encore, sur le Mont Aiguille, encore plus beau que ce matin avec sa face nord ensoleillée cette fois-ci.

 

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



Le GRAND VEYMONT, pinacle du Vercors
4.9 (97.92%) 77 votes