La ROCHE POURRIE et le Mont MIRANTIN

Croix au sommet du Mont Mirantin, Massif du Beaufortain, avec le Mont Blanc en arrière-plan (Paysage Montagne Alpes)

Avec la Belle Étoile, la Roche Pourrie est la balade incontournable autour d’Albertville. En peu de temps et d’efforts, elle offre une belle vue plongeante sur la cité olympique et ses alentours baujus. Pour les plus volontaires, la randonnée se poursuit jusqu’au Mont Mirantin, belvédère sur la Chaine des Aravis, le Beaufortain et le Mont Blanc.

Sommet : Mont Mirantin (2460 m)
Massif : Beaufortain (Savoie)

Départ : Col des cyclotouristes (1300 m)

Carte IGN : Albertville 3432 ET

Dénivelé : 1360 m (cumulé)
Distance : 15 km aller-retour

Durée : montée 3h30 – descente 2h30
Difficulté : ★★★☆☆

d’avril à octobre

Intérêt : ♥♥♥♥

Col des Cyclotouristes, au-dessus d'Albertville : départ de la randonnée à la Roche Pourrie et au Mont Mirantin, Massif du Beaufortain, Savoie

Se rendre au Col des cyclos :

Depuis Albertville, il faut compter environ 1/2h de route. Traverser l’Arly pour se rendre dans la cité médiévale de Conflans. Prendre la D105 en direction du Fort du Mont puis poursuivre la montée en lacets jusqu’au parking du Col des cyclotouristes, sous le blockhaus de Laitelet. (itinéraire sur GoogleMap)

télécharger la trace gpx




Le Haut du Pré

L’itinéraire part du Col des cyclotouristes en prenant une piste forestière en terre. Après le blockhaus de Laitelet, ne pas rater la bifurcation sur la gauche. Un chemin qui ne paie pas de mine (mais indiqué) s’enfonce dans la forêt. Au bout, d’une demi-heure, on atteint l’alpage du Haut du Pré et son chalet. À la sortie du bois, prendre tout de suite à droite en longeant l’orée.

 

Après une petite montée qui domine la prairie du Haut du Pré, le sentier amène sur le replat du Géant du Petit Pré. Trois itinéraires partent d’ici, dont deux qui mènent à la Roche Pourrie. en suivant plus ou moins ensuite la ligne de crête. Intuitivement (et peut-être aussi pour des raisons thermiques à l’automne), on a pris celui qui traverse le versant Sud-Est. Deux passages avec un câble en guise de main-courante peuvent aider mais être réellement indispensables non plus.

La Roche Pourrie

Encore quelques pas et on atteint la cime de la Roche Pourrie (2037 m), marquée d’une stèle mémorielle du CAF d’Albertville. On aura mis 1h15 depuis le parking du col des cyclotouristes pour faire les 730 mètres de dénivelé. À l’instar du mont homonyme, ce sommet tient son nom du caractère très friable de son schiste gréseux qui se délite sous l’effet de l’eau (cf : éboulements d’avril 1937 et mai 1977). Deux tables d’orientation en bronze réalisées par la fonderie Paccard (ceux qui font les cloches !) illustrent les sommets visibles.

© L’Oeil d’Édouard

La vue au sommet de la Roche Pourrie consiste en un panorama à 200°, orienté vers l’Ouest (l’Est est masqué par les contreforts du Beaufortain que sont le Mont Mirantin et le Pic de la Grande Journée). Au Sud, la perspective bordée par la Lauzière s’enfonce dans la vallée de Tarentaise jusqu’au Massif de la Vanoise. Face à nous, une vue plongeante sur Albertville puis profonde sur la Combe de Savoie dans laquelle serpente l’Isère. La barre rocheuse du Granier en fond. À l’Ouest, le Massif des Bauges avec notamment le Mont Pécloz, la Pointe de la Sambuy, la Belle Étoile et la Dent de Cons. La Tournette, le Mont Charvin, le Mont Bisanne et le Mont Blanc complètent le tableau.

Le Pas de l’Âne

Pour atteindre ensuite le Mont Mirantin, l’itinéraire se poursuit en descendant de 200 mètres vers les Challières avant de remonter à 2050 m. Ce versant Nord agrémenté de myrtilles est un peu raide et les bâtons sont ici bienvenus. Ensuite, le chemin très progressif oscille sur la ligne de crête en passant auprès de la Pointe Saint-Jean (2254 m). L’objectif sommital apparait. La montée au Pas de l’Âne (2371 m) est la dernière raideur (100 m d+) et dernière longueur également. Le Massif du Beaufortain est maintenant visible. Il ne reste plus alors qu’à suivre l’arête un peu escarpée. Rien de compliqué : quelques poses de mains par-ci par-là sur un dizaine de mètres (un câble est même présent en cas de besoin). 2 heures après la Roche Pourrie, nous voilà arrivés au Mont Mirantin.

Le Mont Mirantin

Le Mont Mirantin porte bien son nom (c’est Jean-Philippe Buord qui me l’appris dans son livre), c’est un belvédère pour admirer (« mirari » en latin) le Massif du Beaufortain, du Grand Mont à l’Aiguille Croche en passant l’iconique Pierra Menta, l’Aiguille du Grand Fond, le photogénique Roc du Vent avec le Lac de Roselend. Dépassant en arrière-plan, le Mont Blanc, évidemment, le Mont Rose très très loin, l’Aiguille de la Grande Sassière, le Mont Pourri, la Grande Casse. Au Nord-Ouest, la Chaine des Aravis se déploie du Mont Charvin jusqu’à la Pointe Percée. Au loin, le Haut-Giffre avec les Fiz, le Buet, le Mont Ruan et, tout au fond, les Dents du Midi.

 

Le retour se fait par le même itinéraire à la nuance près qu’il est éventuellement possible de faire une petite boucle et économiser du dénivelé. Après avoir repassé le Pas de l’Âne et la Pointe Saint-Jean, le sentier redescend Sous la Roche Pourrie (1819 m). Plutôt que de remonter les 200 mètres qui mènent au sommet de la Roche Pourrie que vous avez atteint précédemment, un sentier la contourne par le Nord en passant par Les Challières et revient sur les Chalets de Mozes et du Haut du Pré. On retrouve ensuite le chemin qui conduit au Col des cyclotouristes.

📷 L’Oeil d’Édouard ©

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



La ROCHE POURRIE et le Mont MIRANTIN
5 (100%) 14 votes