Splendide Tour du MONT THABOR en 3 jours

Sommet du Mont Thabor avec le Pic du Thabor © L'Oeil d'Édouard

Le Tour du Mont Thabor est un grand classique des treks des Alpes. Situé à la frontière entre la Savoie et les Haute-Alpes, différents itinéraires sont possibles mais celui-ci que j’ai choisi part de Valmeinier 1800 puis passe le Pas des Griffes, le Col de la Plagnette, le Refuge des Drayères, les crêtes jusqu’au sommet du Mont Thabor puis redescend à Valmeinier par le refuge du Mont Thabor, le Col des Bataillères et le Col des Marches. Monte à bord, j’t’emmène faire le tour !

Sommet : Mont Thabor (3178 m)
Massif : Cerces (Savoie / Hautes-Alpes)

Départ : Valmeinier 1800
Parking Les Saussettes (1720 m)

Carte IGN : Névache Mt Thabor 3535 0T

Dénivelé cumulé : 3150 m
Distance : 50 km

Durée : 3 jours (de 9h à +/- 19h)

Difficulté : ★★★☆☆
(★★★★ avec le poids du sac)

de juin à octobre

Intérêt : ♥♥♥♥
Trekking
Bivouacs / Refuges
Lacs de Montagne
+ 3000 mètres
Marmottes

Autonomie : complète, avec juste ravitaillement en eau dans les refuges
Matériel : sac à dos 65L + contenu, tente ul 2 personnes, duvet, matelas autogonflant, réchaud

Valmeinier 1800 Parking Les Saussettes - Départ du Tour du Mont ThaborSe rendre à Valmeinier :

Rentrer dans la vallée de la Maurienne et, à Saint-Michel-de-Maurienne, prendre la direction de Valloire et remonter les lacets jusqu’à Valmeinier 1800. Pour anticiper le retour, on s’est garés au parking Les Saussettes. Ça rajoute 1/4h par rapport au parking des Déserts mais cela en écourtera d’autant au retour, avec la fatigue…

 




J1 : Valmeinier ➜ Lac Rond

dénivelés cumulés : +1100 m / -500 m

Descente jusqu’aux Déserts et Les Lières où se trouve le départ d’un télésiège. L’endroit (semi-bucolique du coup) est traversé d’un cours d’eau et investi par quelques familles qui veulent se rafraichir pour pas cher. Le « sentier thématique des papillons » (si c’esti pas mignon tout plein ça !) part ensuite dans la végétation, à l’ombre des arbres, remontant le long de la rivière Y’a qu’à suivre ! On passe devant une baraque à Mathoset puis, à La Portête, on bifurque à droite en passant sous le Lac Vert (qui a semblé assez ridicule une fois vu de haut). 20 minutes plus tard (soit 2h après le départ de Valmeinier), on s’est planté : on a filé droit alors qu’il fallait prendre la montée pour le Pas des Griffes, juste après les ruines des Arentiers. Faut dire que sur le panneau, il y avait 2 indications pour 3 chemins et que le sens de la flèche était ambivalent. La montée d’ailleurs est assez raide ! 500 m de dénivelé sec (en 1h).

 

Après 3h de marche depuis Valmeinier, on arrive au Pas des Griffes (2554 m) où on a une jolie vue de part et d’autres dont la Combe de l’Aiguille Noire à l’Ouest avec les Rochers de la Grande Pare et les Aiguilles d’Arves en fond. À fourth également que, côté Savoie, les indications de durée sur les panneaux ne sont pas fiables, complètement exagérées et/ou contradictoires…

 

Pause casse-croûte puis descente tranquille puis à plat dans la prairie avec la fascinante Aiguille Noire (2800 m) devant nous. On entend et croise quelques marmottes sur la route. 2 heures après, on attaque la montée jusqu’au Col de la Plagnette. L’effort est assez éprouvant car ça monte assez raide dans un pierrier.

 

Au bout d’une heure, l’effort est récompensé par la vue plongeante sur le Lac du Grand Ban et le Lac Rond, au pied du Col des Cerces et de la Pointe des Banchets (2920 m).

 

Fatigués et à la vue de la beauté du lieu, c’est ici qu’on décidera de poser le bivouac pour pouvoir se rincer et caler la tente sur l’herbe plane avec les montagnes en décor. Mais le vrai spectacle allait venir… Une fois le soleil couché, les étoiles se révélèrent jusqu’à faire apparaitre une voute absolument sublime avec la voie lactée. Gran-diose !!!

© L’Oeil d’Édouard

 

J2 : Les Rochilles ➜ Refuge du Thabor

dénivelés cumulés : +1100 m / -1050 m

C’est aujourd’hui qu’on monte au sommet du Mont Thabor. On reprend le chemin en direction au Refuge des Drayères. Passé le Seuil des Rochilles (2459 m) où se trouve une fortification troglodytes, on arrive sur le Lac de la Clarée qui est la source de la rivière avec quelques petites chutes d’eau. L’endroit est vraiment très chouette avec l’Aiguille Noire et la Pointe des Banchets en décor.

 

Après une heure de descente tranquille, arrêt au Refuge des Drayères pour boire un café bol (3€), faire sa petite affaire et se recharger en eau. Ils proposent également un pique-nique rando à 10€ dont le panier m’a semblé assez intéressant et rentable. À partir de là, on va faire que de la montée…

Tarifs restauration du Refuge des Drayères - Tour du Mont Thabor

 

Descente jusqu’au Pont de Pierre puis petite côte assez raide, histoire de se chauffer les cuisses. Ensuite, ça avance tranquillou, légèrement montant jusqu’au Lac Rond.

 

Au bout de 1/2h, on arrive au Lac Rond (l’autre). La vue est constituée de crêtes escarpées : les Muandes à l’Est avec le Rocher de l’Aigle (2921 m) et le Rocher de la Grande Tempête (3002 m), à l’Ouest, la Crête des Rochers Marions (2927 m) et la Pointe des Cerces (3093 m). Petite pause.

© L’Oeil d’Édouard

On traverse l’alpage jusqu’au Lac des Muandes (peu intéressant) puis on s’attaque à la montée au Col des Muandes qui devient de plus en plus raide et minérale. 2h après le refuge, on arrive au col (2828 m). Petite pause après une petite suée pour admirer la première vue sur le Mont Thabor, sur le vallon en-dessous avec le Grand Séru (2888 m) et la Roche Bernaude (3222 m) et les trois pointes de la Crête des Rois Mages (Balthazar, Melchior et Gaspard) en arrière-plan.

 

L’officiel tracé IGN rose du GR57 fait redescendre là-bas d’dans sous le Grand Adret pour ensuite remonter au Col des Méandes (soit 200 m de dénivelé négatif qui seront à remonter ensuite…). On a plutôt opté (comme tout le monde en fait) pour l’ancien itinéraire par la crête qui passe par la Roche du Chardonnet (2950 m). Le sentier est bien tracé et il n’y a rien de techniquement très compliqué (à peine posé la main de temps à autre).

 

Arrivé au Col de Valmeinier (2869 m), on traverse le pierrier derrière le Roc de Valmeinier et, ubac oblige, il était encore en partie recouvert de neige en cette fin août. Le raidillon qui suit mène jusqu’au Col de la Chapelle. Il est assez éprouvant avec un sac de plus de 15 kg sur le dos et il faut avancer en oubliant son corps… Heureusement, le cadre est splendide : vert ce matin, noir ce midi, c’est complètement jaune ocre dorénavant ! La traversée presque sablonneuse amène au Pied du Désert (3063 m).

 

Une petite dernière montée pour atteindre la Chapelle du Mont Thabor. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle attire la foule. Peut-être que c’est le seul endroit d’ombre… À l’intérieur, on retrouve un autel (derrière une grille très… carcérale…) et plusieurs ex-votos.

 

Au SOMMET du MONT THABOR !!

Le sommet est juste derrière, à une centaine de mètres. Comme sur le Brennisteisalda (en Islande), on a l’impression de marcher sur Mars. D’ailleurs, quelques randonneurs inspirés se sont essayés à la communication extra-planétaire avec des inscriptions et des symboles en pierres disposées au sol.

 

Le sommet du Mont Thabor (3178 m) offre un panorama presque à 359° : le Pic du Thabor étant légèrement plus haut (3207 m), il bouche la vue au Nord (on ne voit pas le Mont Blanc) et, pour l’Est, il faut revenir sur la Chapelle pour avoir une vue dégagée.

 

Le Massif de la Vanoise au Nord avec l’Aiguille de Péclet, la Dent Parrachée, les Glaciers de la Vanoise, les Alpes Grées, quelques sommets italiens au Sud-Est dont le mythique Mont Viso, le Briançonnais au Sud,le Queyras, le Massif des Écrins avec le Mont Pelvoux, la Barre des Écrins, la Meije au Sud-Ouest et, à l’Ouest, les Aiguilles d’Arves.

 

On resterait bien là à observer le coucher du soleil puis son lever mais, il faut rentrer… Redescente donc jusqu’au Pied du Désert puis un peu raide en lacets jusqu’au Col des Méandes (2718 m). La barre rocheuse du Grand Séru est vraiment impressionnante ainsi que son pierrier versant Nord poussant telle la moraine d’un glacier.

 

Le sentier descend jusqu’au Lac du Peyron, son salon aménagé en pierres, ses marmottes, puis file à plat dans le vallon jusqu’au Col de la Vallée Étroite (2434 m). Tranquille…

 

Après cette belle journée d’ascension, ça fait pas de mal ! On contourne le Château Léger (2645 m) et le Passage Sainte-Marguerite, puis une dernière montée pour rejoindre le Refuge du Mont Thabor (complet ce soir là), 2 heures après le départ du sommet. On pose la tente à côté du Lac Rond (et oui, encore un ! dans le coin, ils sont tous soit « ronds » , soit « longs » …). On sera pas les seuls. Le cadre est un peu moins chouette que la veille mais on aura encore un superbe ciel étoilé !

© L’Oeil d’Édouard

 

J3 : Refuge du Mont Thabor ➜ Valmeinier

dénivelés cumulés : +950 m / -1600 m

Le cadre est nettement plus joli ce matin avec le Cheval Blanc (2992 m) illuminé et se reflétant dans le lac. Ravitaillement en eau au refuge puis en route pour notre dernière journée qui, contrairement à ce qu’on pensait, ne sera pas plus allégée en dénivelé. Petite joie du matin au départ, une famille entière de marmottes s’active à côté de nous. On longe le Lac Long (spot de pêche) puis on attaque la montée au Col des Bataillères qui est jalonnée par des obus.

 

On atteint le Col des Bataillères (2787 m) en moins d’1h depuis le Refuge du Mont Thabor. La vue est surtout belle côté lacs Sainte-Marguerite et la Cime de la Planette, la Roche Bernaude en arrière-plan à L’Est et le Cheval Blanc et le Thabor au Sud.

 

Descente très minérale parmi les lauzes en ardoise jusqu’au Lac des Bataillères, coincé entre deux montagnes et la Roche Noire en fond (me rappelant le Blahnukur par ses couleurs grise et ocre). Le chemin se poursuit ensuite dans une prairie jusqu’au Refuge des Marches. Un peu plus bas, une croisée des chemins monte au Col des Marches mais on décide de descendre en 1/4h au bord du Lac de Bissorte pour casser la croûte (et donc alléger les sacs) et se reposer les mollets avant l’ultime ascension…

 

Retour à la bifurcation antérieure et c’est parti : kiffe la dernière montée ! Les sacs sont plus légers qu’au premier jour et ça se sent ! Heureusement parce que le sentier est bien raide et sans trop d’intérêt esthétique. En 1h30, on atteint le Col des Marches (2725 m) et on découvre notre dernier tronçon jusqu’à Valmeinier avec, au loin, le Pas des Griffes qu’on a gravi deux plus tôt. Ça boucle se boucle…

 

L’itinéraire n’a rien de très enthousiasmant (d’autant quand c’est le retour…), ça descend dré dans l’pentu puis tranquillement dans l’alpage de brebis (ça bon pour le décrassage) puis la dernière descente sur Valmeinier devient longue et pénible avec la vue sur… la station.

Au final, le Tour du Mont Thabor a été encore plus beau que prévu. L’environnement est très varié et change d’une vallée sur l’autre : d’une plaine verdoyante, on passe à un champ de pierres rouges puis noires, les fleurs ne sont pas les mêmes… Bonus, l’itinéraire est parsemé de lacs de montagne et de marmottes. Le trek n’est techniquement pas compliqué en soi, la difficulté provient principalement de l’effort physique dû au poids du sac à dos mais on est largement récompensé !

📷 L’Oeil d’Édouard ©

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



Splendide Tour du MONT THABOR en 3 jours
4.9 (98.26%) 69 votes