Le CIRQUE DE GAVARNIE et sa splendide cascade

Cascade Cirque de Gavarnie Pyrénées France Paysage Montagne Randonnée Outdoor Hiking Mountain Waterfall Landscape

Le Cirque de Gavarnie est LA randonnée incontournable dans les Pyrénées avec sa magnifique cascade, la plus haute en Europe. Trésor géologique reclus au fond de la vallée du Gave de Pau, l’itinéraire classique est très facile d’accès, en toute saison. Je vous présente également une variante en boucle sur un sentier balcon passant par le panoramique Refuge des Espuguettes.

Sommet : Cirque de Gavarnie (1640 m)
+ Refuge des Espuguettes (2027 m)
Massif : Mont-Perdu (Hautes-Pyrénées)

Départ : Gavarnie (1375 m)

Carte IGN : Gavarnie PN Pyrénées 1748 OT
Topos Randonnées Pyrénées

Difficulté : ☆☆☆☆
(boucle : ★★☆☆☆)

Dénivelé : 300 m (boucle : 800 m cumulé)
Distance : 8 km aller-retour (boucle : 13 km)

Durée : 1h30 aller (boucle : 5 à 6h)

Intérêt : ♥♥♥
Cascade
Refuge

Période : avril à novembre
mais toute l’année, si bien équipé
(→ enneigement / risque avalanche)

➜ Se rendre à Gavarnie

Depuis Lourdes, compter environ 1h. Prendre la route D821 en passant Argelès-Gazost et Pierrefitte-Nestalas. À Soulom, monter la D921 qui serpente dans la vallée du Gave de Pau en direction de Luz-Saint-Sauveur (une route permet de contourner le centre-ville, souvent bouchonnant). Poursuivre ensuite en traversant le village de Gèdre pour enfin arriver à Gavarnie. Le cœur est inaccessible aux voitures et il faut se garer sur les parkings à l’entrée et les places le long de la route (stationnement payant l’été : 5€ la journée). Mais ne venez pas trop tard en haute-saison…

Avant de partir, êtes-vous bien équipé ?
➜ retrouvez le contenu de sac à dos en randonnée
✔︎

Pour votre matériel outdoor (équipement, accessoires, vêtements…), je vous recommande EKOSPORT (soldes permanentes !) ✅

 

Le village de Gavarnie

Globalement, tous (ou presque) les itinéraires de randonnée pour le Cirque de Gavarnie ont pour point de départ le village même. Devant l’Office du Tourisme, une personne se tient à disposition pour conseiller sur les différentes possibilités (je tiens ici à la remercier pour son sourire et son amabilité, c’est d’ailleurs grâce à elle qu’on poussera jusqu’au Refuge des Espuguettes). Il faut alors suivre puis descendre la rue principale, bordée de multiples boutiques-souvenirs, d’artisanat et produits locaux (fromages, charcuterie, gâteau à la broche…). On peut également déjà apercevoir la grande cascade au loin. On trouve également une supérette, des bars, des restaurants, un centre équestre… Pour loger sur place, il y a l’unique camping de Gavarnie, situé à la sortie du village, ainsi quelques hôtels et chambres d’hôte.

 

Les différents itinéraires

Après un premier pont traversant la rivière et la terrasse de La Chaumière, il est venu le temps de choisir le parcours (cf : carte au-dessus). L’accès le plus direct est le chemin classique qui mène au Cirque de Gavarnie en environ 1h30. Si les chiens, même tenus en laisse, sont interdits dans le cœur du Parc National des Pyrénées, ils sont toutefois tolérés exclusivement sur ce sentier et seulement jusqu’au bâtiment de l’hôtellerie. Il s’agit aussi de l’itinéraire pour faire la randonnée en hiver (en raquettes ou à ski). L’autre possibilité est une boucle par un sentier balcon, appelé Chemin des Espugues, qui offre des vues plongeantes sur la vallée. Il permet en bonus de rejoindre le Refuge des Espuguettes et son grandiose plateau belvédère. “Dernière” alternative (mais que je n’ai pas pu faire), le circuit passant par le Plateau de Bellevue qui est, semble-t-il, splendide également. À vous de vous faire votre opinion (choisir le topo correspondant ⤵︎) :

Il s’agit de l’itinéraire le plus facile et le plus direct pour accéder au Cirque de Gavarnie, en famille avec des enfants ou des personnes peu habituées à la randonnée en montagne. D’une extrême évidence, cette « promenade » consiste à remonter le Gave de Gavarnie en le longeant. De toute façon, vous ne pouvez pas vous tromper si vous prenez cette voie vu le monde qui vous entourera ! D’abord route bitumée, il devient ensuite une large piste caillouteuse praticable (ne pas marcher en tongs quand-même !).

 

À mi-parcours, un vaste plateau herbeux parsemé de quelques arbres offre un avant-goût de ce que sera le théâtre final. Ensuite, le chemin se raidit un peu mais sans réelles difficultés car atténué par de larges virages. Sur la fin, un coude offre une vue tout à fait pittoresque sur le gave encaissé et la Grande Cascade en arrière-plan. L’excitation commence à frémir, le bonbon n’est plus très loin… Au bout d’environ 1h depuis le village, on arrive à la grande bâtisse de l’Hôtel du Cirque de Gavarnie.

Par l’Entortes du Pailha

Deux solutions pour monter au Chemin des Espugues : avant ou après le ruisseau d’Alans. Si les deux tracés sont marqués sur la carte IGN, les panneaux sur place privilégient le deuxième mais on a pris le premier : juste après la 2e passerelle (en métal) et le bar La Chaumière, un embranchement monte en direction des Chalets d’Alans. Le petit chemin en terre passe entre les champs puis on retrouve alors une indication pour le Refuge des Espuguettes, à droite. Longer la lisière du bois et repérer en face un passage entre les arbres (c’est là qu’on s’est planté en suivant pourtant un sentier bien marqué, ce qui semblait logique, montant à gauche, le long du cours d’eau). Enjamber le fil de clôture (cf : photo ci-dessous) pour arriver au Ruisseau d’Alans qui est juste derrière ! Après l’avoir traversé, on rejoint l’autre chemin. Dans le doute, prenez la 2e option, moins paumatoire, qui démarre 100 mètres plus loin, le long du Gave de Gavarnie également, au niveau de containers poubelles (cf : carte).

 

Le sentier poursuit dans la forêt avec une série de lacets permettant d’adoucir les quelques 200 mètres de dénivelé (j’en connais qui ont découvert ici les vertus des bâtons de randonnée…). Ensuite, une traversée à l’inclinaison modérée offre plusieurs fenêtres et dispose d’une fontaine pour éventuellement faire une pause désaltérante. 1 heure après notre départ de Gavarnie, on arrive à un croisement à 1740 mètres d’altitude. Le Refuge des Espuguettes apparait alors juste au-dessus de nous (annexe topo juste en-dessous). Si vous n’y allez pas, sachez que vous avez atteint ici le point culminant de la randonnée avec 365 mètres de dénivelé positif jusque là.

ALLER-RETOUR AU REFUGE DES ESPUGUETTES ?
Sur les enthousiasmants conseils de la dame de l'Office du Tourisme de Gavarnie qui nous avait décrivt une vue magnifique là-haut, on décide d'y aller pour ne pas louper cette occasion rétinienne. Sur le panneau, il est indiqué 1h mais ça semble pourtant vraiment à côté...
cliquer pour dérouler cette annexe du topo

Après juste quelques foulées, on sort de la forêt et la vue se déploie dans un alpage panoramique. Même si vous ne montez pas au refuge, laissez-vous au moins tenter par cet appendice topographique (1/4h aller-retour). Au-dessus de ce Plateau de Pailla se dresse une imposante barre rocheuse couronnée du Grand Astazou (3071 m) et du Roc Rouge de Pailla (2780 m).

 

La montée au refuge est douce avec un long zigzag épousant les courbes de niveau (éviter de couper les virages). Par moments trop creusé par le passage et l’érosion, il a été “réparé” avec des rondins de bois pour faire des marches et stabiliser le terrain. En 30-45 minutes, on atteint le Refuge des Espuguettes (2027 m). Quelques ânes porteurs se mêlent aux randonneurs montés pour la nuit ou redescendant du Piméné (2801 m) ou du Col de la Houquette d’Alans (2430 m). On ne nous avait pas menti, le panorama est splendide. La vue surplombe le Plateau de Pailla avec ses sommets escarpés puis plonge sur la vallée de Gavarnie.

 

Sur ses hauteurs, on peut observer l’iconique Brèche de Roland (2807 m), le Taillon (3144 m) et son doigt tendu, le Pic des Sarradets (2681 m) juste devant, la Vallée des Pouey Aspé avec le Col de Tentes (2207 m)… On peut apercevoir le Vignemale, plus haut sommet des Pyrénées (3298 m), avec sa langue glaciaire s’épandant sur la montagne de roche.

la Brèche de Roland et le Pic du Taillon

le Vignemale

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

Le Chemin des Espugues

En une vingtaine de minutes (soit environ 1h d’aller-retour), on retourne à notre bifurcation (1740 m) pour reprendre la direction du Cirque de Gavarnie. Après une poignée de minutes, on passe le Chalet de Pailha puis on s’engage sur le « Chemin des Espugues ». Ce superbe sentier balcon longe le flan de montagne via une corniche en offrant une vue plongeante sur la vallée de Gavarnie. Semblant naturellement taillé dans la roche, il passe parfois dans le creux de petites balmes et au près de micro-cascades ruisselantes, ornées de grassettes à longues feuilles, une plante carnivore endémique. Par moments, le sentier est un peu étroit et il faudra faire attention à la glissade sur le sol humide ou les cailloux roulants (cf : accident).

 

Ça et là, on croise d’autres randonneurs faisant la boucle dans le sens inverse, ayant préféré commencer par le Cirque de Gavarnie et finir par le plus ascendant et le plus long (c’est un choix…). Sur le chemin, nous avons eu la chance de tomber nez-à-bec avec un tichodrome échelette (désolé, pas le temps de le prendre correctement en photo). Relativement peu craintif au départ, ce petit oiseau gris posé au sol a fini par “s’envoler” laborieusement (on a pensé qu’il était blessé) en déployant de superbes ailes rouge vif. Il s’est ensuite accroché sur la paroi verticale et, tel un grimpeur, il sautillait de petits gratons et micro-aspérités (on a vraiment pensé qu’il était mal en point mais, en fait, c’est normal !). Une heure après le Chalet de la Pailha (soit 2 heures depuis Gavarnie sans aller au Refuge, 3h en y allant), on arrive à l’Hôtel du Cirque de Gavarnie, jonction avec la balade familiale classique où l’on retrouve la foule et son agitation bruyante.

Le Cirque de Gavarnie et la Grande Cascade

L’Hôtel du Cirque de Gavarnie n’est en fait qu’un bar-restaurant (sans jeu de mot, il était en cours de restauration sur le moment, en 2021). Originellement, cette simple auberge construite au XIIe siècle avait pour mission d’héberger les marchands et les pèlerins allant et venant d’Espagne. En 1843, elle est transformée en « Hôtel des Voyageurs » pour devenir un haut-lieu du Pyrénéisme avec le séjour des touristes du thermalisme et un camp de base pour les montagnards (plus d’infos sur son histoire). En effet, le bâtiment se situe sur une épaule formant une cluse juste à l’entrée de la fameuse enceinte rocheuse. Le chemin longe le torrent jusqu’à une passerelle où les sentiers se déploient sauvagement sur le plateau de l’Oule.

Pas loin de 1600 mètres d’épaisseur de montagnes rocheuses se dressent monumentalement sous nos yeux. Le théâtre naturel qui nous enclave est absolument grandiose avec ses multiples chutes d’eau coulant le long de la gigantesque falaise (me rappelant celles de Sixt Fer-à-Cheval). La plus majestueuse de toutes est la Grande Cascade du Cirque de Gavarnie, la plus haute d’Europe avec ses 423 mètres de verticalité. Celle-ci descend des glaciers supérieurs (enfin, ce qu’il en reste) du Pic de Marboré (3248 m), son Épaule (3073 m) et des bien-nommés Pics de la Cascade (3106 m). La brise de vent qui remonte la vallée puis tournoie dans le cirque (prévoir une veste ou un pull dans le sac à dos) fait danser la trajectoire de la cascade avant qu’elle ne retouche la paroi et s’écoule en filé. Fascinant. Presque hypnotisant. Le spectacle doit être encore plus merveilleux au printemps avec la fonte des neiges. Certains poussent jusqu’à l’aplomb sur un sentier tracé à travers le pierrier (possibles chutes de rocher), d’autres restent à distance, pour mieux observer l’ensemble architectural.

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

Pour retourner à Gavarnie, vous avez le choix des mêmes itinéraires, sachant qu’on peut également prendre un chemin parallèle à la “voie normale” qui se situe sur l’autre rive de la rivière. Pour notre part, après la montée par le Chemin des Espugues, on serait bien revenus en boucle par le Plateau de Bellevue mais on n’avait plus vraiment le temps de se réengager sur ce circuit (+ 2 heures ?) . Du coup, comme la très grande majorité des gens, on a tranquillement suivi le chemin classique longeant le gave jusqu’à Gavarnie (environ 1h). En fin de journée, les pentes douces et replats sont appréciables.

Retrouvez tous nos conseils montagne et topos randonnée dans les Pyrénées dans notre rubrique Trace Les Cimes△△

Ce blog est entièrement gratuit mais vous pouvez nous remercier ! 😀 Si vous pensez acheter du matériel, merci grandement de passer par les liens vers nos partenaires AMAZON ou HARDLOOP ou EKOSPORT (soldes permanentes !). Cela ne vous coûtera rien de plus, et nous, ça nous aidera à continuer l’aventure en partageant du contenu accessible à tous. Merci pour le coup de pouce ! 🙏