La POINTE DE LA TERRASSE, belvédère sur le Mont Blanc

Sommet de La Pointe de la Terrasse avec vue sur le Mont Blanc, Le Beaufortain Savoie Paysage Montagne Alpes

La Pointe de la Terrasse est un sommet du Beaufortain plutôt méconnu du massif. Pourtant, il n’en est pas moins spectaculaire que ses confrères occidentaux plus populaires, bien au contraire. En effet, portant bien son nom, il est un splendide promontoire une vue panoramique à 360° sur toutes les Alpes du Nord avec le Mont Blanc en face.

Sommet : La Pointe de la Terrasse (2881 m)
Massif : Beaufortain (Savoie)

Départ : Cormet de Roselend (1968 m)

Carte IGN : Beaufortain 3532 OT

Dénivelé : 950 m (cumulé)
Distance : 12 km aller-retour

Durée : montée 3h – descente 2h/2h30
Difficulté : ★★★☆☆

de juin à octobre

Intérêt : ♥♥♥
Bouquetins

Le Cormet de Roselend en vélo, Le Beaufortain Savoie Alpes cyclisme

Se rendre au Cormet de Roselend :

Il faut traverser Albertville pour rentrer dans le Beaufortain en direction d’Arêches, du Barrage de Roselend qu’on contourne par la gauche (Nord) puis du Cormet de Roselend. Passer le Plan de la Lai et poursuivre quelques kilomètres jusqu’au Cormet de Roselend (en faisant attention aux cyclistes !). Si vous venez de la Tarentaise, vous monterez plus probablement La Pointe de la Terrasse par le Vallon du Charbonnet depuis Les Échines, au-dessus de Bourg-Saint-Maurice.

télécharger la trace gpx




Depuis le Cormet de Roselend

La randonnée à La Pointe de la Terrasse part du Cormet de Roselend, au milieu des tarines, des stands de vendeurs de charcuterie et fromages. Il y a également les cyclistes qui se prennent en photo devant le panneau pour immortaliser leur exploit du jour. L’itinéraire suit une piste parsemée d’épilobes, de campanules, d’épervières et quelques arnicas pour s’engouffrer dans l’aval de la Combe de la Neuva.

 

Au bout d’une petite demi-heure, on arrive au niveau de la mini-cascade du ruisseau de la Neuva. Plusieurs familles sont venues y pique-niquer pour fuir la canicule du bas et trouver la fraicheur des cimes. Les glacières viennent ainsi compléter la gamme chromatique des fleurs de cet agréable cadre.

 

Quelques mètres d’altitude supplémentaires suffiront à quitter la foule. La majorité des personnes s’arrête ici ou poursuit dans le creux de la Combe de la Neuva, en direction du Col du Grand Fond (itinéraire classique du GRP Tour du Beaufortain). De part et d’autre, la Dent d’Arpine (2467 m), l’Aiguille du Grand Fond (2920 m), la Pointe de Presset (2858 m) et l’Aiguille de la Nova (2893 m).

Le Passeur de Pralognan

Une petite montée ensuite pour se chauffer légèrement les cuisses et atteindre un plateau fleuri d’arnicas, de gentianes et d’orchis vanillés. Le Mont Blanc dans le dos annonce déjà la splendeur du panorama à venir. Après cette mise en jambe bucolique, notre première raideur se dresse maintenant devant nous. L’accès au Passeur de Pralognan est assez vertical et il faut parfois poser les mains. Le tracé n’est pas très bien indiqué mais toutefois assez évident avec un peu de bon sens. Viser le col en choisissant les zigzags. Je ne vous dis pas ça pour vous vexer mais parce qu’on a justement vu un couple se mettre dans le dur, sans raison apparente.

 

Arrivés à ses 2537 mètres, le regard bascule sur les hauteurs du Vallon du Charbonnet qui coule jusqu’à Bourg-Saint-Maurice. C’est classiquement par cette combe que l’on accède aux Lacs de la Forclaz (prononcer « forcle »). En toile de fond, le Mont Pourri et les pistes de la station des Arcs. En arrière-plan, l’Aiguille de la Grande Sassière à sa gauche ainsi que, à droite, la Grande Casse et les Glaciers de la Vanoise.

 

On découvre maintenant la dernière partie de l’ascension à La Pointe de la Terrasse. Petit débat courtois sur les hypothèses de l’itinéraire en confrontant la carte IGN à la réalité. « Ça passe ici, ok. Et là, on traverse comme ça, puis on monte là-dedans pour arriver par là… » L’effet d’optique dû à la perspective nous fait également avoir quelques doutes sur la localisation de visu du sommet. Gauche ou droite ?

© L’Oeil d’Édouard

Sur la droite, au Sud, la montagne de la Platte Pointe de Leisette avec la Pointe de la Combe Neuve et Le Roignais (2995 m). À ses pieds, on peut observer le Lac Esola, le plus bas des cinq Lacs de la Forclaz (objectif du soir de notre trek de 3 jours dans le Beaufortain). Mais avant cela, avec ce beau temps estival, on a prévu de manger sur la Terrasse ce midi.

© L’Oeil d’Édouard

La Pointe de la Terrasse

Le sentier, terreux puis rocheux, part sur la gauche pour rejoindre un collet sous la Pointe de Pralognan. Une première vue frontale sur le Mont Blanc donne un avant-goût du spectacle sommitale. Après avoir délaissé les hommes, ce sont les végétaux que l’on quitte pour une traversée pierreuse à l’écho pasolinien. La vue sur le vallon et les sommets en face est, elle aussi, déjà splendide.

© L’Oeil d’Édouard

Une fois au pied de la barre rocheuse, un court couloir remonte assez raidement sur quelques dizaines de mètres. Rien de compliqué sinon le fait que les cailloux se dérobent un peu sous les pieds. Au détour d’un regard, j’observe un jeune bouquetin mâle, nonchalamment beaucoup plus à l’aise que moi ! Après un petit replat, les derniers pas nous amènent sur la pointe sommitale (2881 m). Le sommet est uniquement marqué par un cairn.

 

Promontoire panoramique sur toutes les Alpes du Nord, La Pointe de la Terrasse porte bien son nom avec le Mont Blanc en vis-à-vis. De là-haut, on a une vue grandiose à 360° sur le Massif du Grand Paradis à l’Est, le Massif du Beaufortain au Sud-Ouest avec Le Roignais, l’Aiguille du Grand Fond et la Pointe de Presset. Au loin, on aperçoit le Mont Mirantin ainsi que la Chaine des Aravis avec le Mont Charvin, La Tournette et La Pointe Percée.

 

Pour casser la croûte, on a poussé le long de la crête au Sud avec vue plongeante sur la Haute-Tarentaise : les Alpes Grées avec l’Aiguille de la Grande Sassière, le Massif de la Vanoise avec le Mont Pourri (3779 m), la Grande Casse (3855 m), les Glaciers de la Vanoise et de Greboulaz. « Un peu plus près des étoiles » (ou juste plus bas du moins), on a même pu admirer quelques vautours qui faisaient leur ronde charognarde.

le Mont Pourri © L’Oeil d’Édouard

 

Bouquetin femelle sous le sommet de La Pointe de la Terrasse, Le Beaufortain Savoie Paysage Alpes

Le retour au Cormet de Roselend depuis le sommet de la Pointe de la Terrasse se fait par le même itinéraire. Il n’y a pas d’alternative, tout du moins raisonnable en terme de durée (vous aviez peut-être prévu autre chose pour ce soir) ou d’exposition au danger (sauf si vous avez éventuellement pris un wingsuit). Pour notre part, dans le projet de notre traversée du Beaufortain, on a poursuivi en allant poser la tente au bord des Lacs de la Forclaz. Sur le chemin, on croisera une étagne et son cabri.

 

Retrouvez tous nos conseils montagne et topos randonnée dans le Beaufortain dans notre rubrique Trace Les Cimes△△