Le CRÊT DU REY, pyramide panoramique dans le Beaufortain

Le Cormet d'Arêches avec le Crêt du Rey et la Pointe de Combe Bénite, Le Beaufortain Savoie Paysage Montagne Alpes

La Crêt du Rey est un promontoire situé au Sud du Massif du Beaufortain, à la limite de la Tarentaise. Au départ du Cormet d’Arêches, on atteint en peu de temps son sommet qui offre une vue panoramique remarquable. Les quelques efforts fournis sont alors largement récompensés et en font donc une randonnée particulièrement rentable !

Sommet : Le Crêt du Rey (2633 m)
Massif : Beaufortain (Savoie)

Départ : Cormet d’Arêches (2070 m)

Carte IGN : Beaufortain 3532 OT

Dénivelé : 700 m (cumulé)
Distance : 3 km aller-retour (7,3 km en boucle)

Durée : montée 1h/1h30 (boucle 2h30/3h30)
Difficulté : ★★★☆☆

de mai à novembre

Intérêt : ♥♥♥♥

Se rendre au Cormet d’Arêches :

Parking du Cormet d'Arêches, Le Beaufortain Savoie Paysage Montagne Alpes

  • Depuis Albertville rentrer dans le Beaufortain sur la sinueuse route D925 qui remonte le vallon du Doron. À Beaufort, prendre à droite en direction d’Arêches puis du Lac de Saint-Guérin. La route, qui le contourne par l’Est, se transforme ensuite en une piste carrossable. Le Lac des Fées annonce bientôt la fin des efforts des amortisseurs, le Cormet d’Arêches est quelques centaines de mètres après.
  • Par la Tarentaise, monter à Granier depuis Aime-la-Plagne. Poursuivre dans le vallon en passant les parkings de Laval et Plan Pichu. Après une grande courbe, on rejoint le Refuge de la Coire. Le parking du Cormet d’Arêches se situe juste au-dessus.
  • télécharger la trace gpx




    Depuis le Cormet d’Arêches

    L’itinéraire part du parking du Cormet d’Arêches et remonte une piste carrossable serpentant sur plusieurs virages. Sur la gauche, les Chalets du Cormet, bâtis sous la Crête du Faillé (2303 m), et, avec arrière-plan, le vallon qui redescend jusqu’à Granier et la Pointe de la Portette (2607 m). Les talus d’alpage sont nervurés par le passage des vaches à beaufort.

    © L’Oeil d’Édouard

    Après quelques lacets coupés, on arrive sur un mini-col qui bascule sur le Lac de la Gouille (enfin… là, début août, il était à sec). Face à nous, la Crête de la Raisse, la Crête du Gros Riou avec la Pointe de Combe Bénite. Le Crêt du Rey réapparait. Au départ, on avait beau regarder la carte dans tous les sens au départ, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre et par quel angle l’aborder pour atteindre le sommet. C’est donc à cet endroit qu’on choisira réellement notre itinéraire de randonnée, alors encore indécis. Ayant le sens du défi autant que de la trajectoire courte, on opte pour le gravir par l’arête Nord-Est (plutôt que par le Col de Corne Noire, autre parcours possible). C’est plus direct et plus… excitant.

    L’arête Nord-Est

    On longe donc cette ligne de crête herbeuse dont la verticalité s’accentue au fil des pas. Ça « tombe » bien, on est là pour monter. 3/4h d’heure après le départ du Cormet d’Arêches, on arrive devant l’arête. Si c’est au pied du mur qu’on le voit le mieux, parait-il, c’est bien ici que tout a paru plus limpide. Il était encore temps de renoncer au cas où. Elle peut paraitre raide de prime abord mais les lacets permettent une ascension sans trop aller dans le rouge. Finalement, le principal danger vient de ceux qui descendent par la même voie pouvant ainsi vous envoyer de pierres sur le nez (je n’ai personnellement pas hésité à faire une pause sécurité quand j’ai vu en amont un couple aux appuis fébriles…). Bien évidemment, cette partie est déconseillée en cas de mauvais temps…

    Dré !!

     

    Le Crêt du Rey

    Le sommet du Crêt du Rey (2633 mètres) est assez exigu et mieux vaut ne pas arriver en pleine période de pique-nique un dimanche ensoleillé, quand toutes les familles se sont installées pour manger au pied de la croix (quand ce n’est pas carrément assis sur la base, « j’y suis, j’y reste maintenant ! »). Mais, un peu comme le Mont Charvin qui a une forme similaire, on peut trouver de la place sur les côtés (mais dans le passage des autres randonneurs). Ne reste plus qu’à choisir le versant et la vue qui va avec pour casser la croûte. Le panorama à 360° donne un aperçu de nombreux massifs de Savoie.

     

    Au Nord, le paysage expose la partie méridionale du Massif du Beaufortain avec le Lac Saint-Guérin, le Grand Mont, la Grande Paréi, l’Aiguille du Grand Fond, le Massif des Bauges, la Chaine des Aravis et… jusqu’au Mont Blanc. Au Sud, les sommets du Grand Arc, de la Chaine de la Lauzière avec le Mont Bellacha et du Massif de la Vanoise avec la Grande Casse, sommet culminant de Savoie, le Mont Pourri et les Glaciers de la Vanoise. On a aussi pu apercevoir le Glacier de l’Étendard et il parait même qu’on peut voir jusqu’aux Écrins par temps sec et dégagé (malheureusement pas le cas ce jour là…).

    Le retour en boucle

    Pour descendre de cette montagne pyramidale, on peut reprendre l’arête Nord-Est qui est assurément l’itinéraire le plus direct. Sinon, l’arête Sud-Ouest un peu aérienne offre un parcours très esthétique. Elle ne présente pas de difficulté particulière, juste quelques rochers à enjamber de temps à autre (les personnes particulièrement sujettes au vertige pourraient néanmoins sentir leur cœur qui se serre, je pense). Le sentier suit ensuite la ligne de crête herbeuse avec une vue frontale sur la Lauzière et le Col de la Madeleine.

     

    L’arête Sud du Crêt du Rey tourne ensuite légèrement sur la gauche. La suite du sentier continue alors cette orientation naturelle (ne pas redescendre sur Les Fontagneux, sauf si vous voulez pousser jusqu’à la Pointe de Dzonfié). Traverser le replat au creux du cirque montagneux en passant au-dessus du Lac du Grand Gau (s’il y reste encore de l’eau…). Remonter la dernière raideur qui conduit au Col de Corne Noire (2413 m). S’il vous reste un peu de cuisse, vous pouvez pousser jusqu’à la Roche de Corne Noire (2461 m) ou même à la Pointe de Combe Bénite (2575 m) pour un dernier point de vue. Dans tous les cas, du col cité, descendre ensuite pour retrouver le sentier de la montée qui ramène au Cormet d’Arêches.

    📷 L’Oeil d’Édouard ©

     

    Retrouvez tous nos conseils montagne et topos randonnée dans le Beaufortain dans notre rubrique Trace Les Cimes△△








    Notez cet article