STOCKHOLM, d’île en île…

Coucher de soleil sur Gamla Stan - Stadsholmen Stockholm Suède Sweden Sverige sunset

Comme souvent en Europe du Nord, Stockholm est une ville paisible et à taille humaine. Sa singularité tient dans le fait que la capitale suédoise est une constellation d’îles que l’on parcourt au gré des envies et des ambiances. L’ayant parcourue de long et presque large durant 3 jours, je vous livre mes impressions, mes coups de cœur et incontournables à voir, quartier par quartier.

 

STADSHOLMEN

la vieille ville

Si vous ne deviez visiter Stockholm qu’en une seule journée, c’est assurément ici que vous devez aller ! Centre historique de la ville, Stadsholmen est un ensemble de trois îles : Gamla Stan, la principale, Helgeandsholmen et Riddarholmen. C’est ici que se trouve la majorité des monuments, édifices religieux et politiques : l’iconique plus vieille place de la ville Stortorget, le Palais Royal Kungliga Slottet, l’église au clocher dentelé Riddarholmskyrkan, le Parlement suédois Riksdagshuset…

© L’Oeil d’Édouard

De ce fait, c’est également ici que se concentrent… les hordes de touristes (notamment dans la rue Västerlånggatan) ! Toutefois, en s’écartant de ces autoroutes, on plonge instantanément dans une ambiance scandinave caractéristique, avec le sol pavé et les façades ocre jaune et rouge.

Mais, comme il y a beaucoup de choses à dire sur ce quartier emblématique, j’ai écrit avec des détails (et plein de photos !) un article annexe spécifiquement sur ces trois îles ➜ STADSHOLMEN, le cœur historique de Stockholm.

 

DJURGÅRDEN

l’île parc

(Quasiment) préservée de l’urbanisation, cette île est une vraie singularité pour une capitale européenne. En effet, la majeure partie est un immense parc avec bois et clairières entrecoupés de chemins et promenades. Une parenthèse verte en plein ville où les familles et les joggers viennent respirer (j’avais déjà vu à Malmö que les suédois adorent les parcs durant les courts mois de lumière). C’est également sur cette île que se trouvent le grand parc zoologique Skansen, le Musée ABBA (si si, et y a foule à l’entrée !!), le parc d’attraction Gröna Lund et les musées que sont l’imposant Nordiskamuseet (et son cimetière annexe) et le Vasamuseet à l’architecture de bateau viking, sujet même de la muséographie.

astuce : pour éviter les files d’attente, acheter des billets coupe-file en pré-vente sur Tiqets.

En ce qui me concerne, je voulais surtout me balader sur l’île (du moins une partie !) pour découvrir cette curiosité. Dans l’herbe, ça et là, côte-à-côte, les oies arctiques partagent pacifiquement la verdure les robots tondeurs de pelouse dans un ballet pour le moins incongru. La météo scandinave étant soumise aux vents nordiques, elle change souvent du tout au tout en quelques minutes (prévoir une veste imperméable en fond de sac !). Après donc un gros orage digne de Thor, je repris les sentiers serpentant le long de l’eau et offrant une vue côtière sur les immeubles de Stockholm. On se sent déjà loin de l’agitation urbaine.

 

Libre à chacun de choisir son itinéraire (même si une carte ne fait pas de mal). Pour ma part, je suis passé devant la bâtisse du Rosendals slot (sans grand intérêt) avant de me laisser attirer, par hasard, par les Jardins botaniques de Trägården et sa splendide et succulente cafétéria ! Après un déjeuner maison à s’en relever la nuit (même s’il était déjà 13h !), petite errance digestive-bucolique dans les potagers. Ensuite, direction le petit port de plaisance de Biskopsudden pour revenir ensuite par le Sud de l’île, le long des berges, avec un moulin à vent et le musée du Prins Eugen Waldemarsudde. À noter que dans le jardin alentour, plusieurs sculptures ornent le parc dont un athlétique Heracles d’Antoine Bourdelle, une version du Penseur d’Auguste Rodin ainsi qu’une copie de la Victoire de Samothrace.

Ensuite, retour sur le bitume et les trottoirs, bordés de maisons typiques jusqu’à l’Ouest de l’île et ses musées cités plus haut. Au final, j’y ai passé plus de 4 heures (pauses orage et repas compris) hors du temps, paisible. Honnêtement, j’aurais pu y rester la journée entière ! Mais je n’étais pas venu jusqu’ici pour trier les lentilles, visiter Stockholm en 3 jours étant tout juste suffisant.

 

SKEPPSHOLMEN

l’appendice culturel

Située entre Gamla Stan et Djurgården, on accède à cette petite île par une passerelle depuis Norrmalm. Aujourd’hui l’intérêt principal est culturel avec la présence du Modernamuseet, très très intéressant Musée d’art moderne et contemporain de Stockholm. Aucune excuse pour ne pas vous tenter à la culture puisque, en Suède, les musées nationaux sont totalement gratuits ! Aux abords, des sculptures de Nikki de Saint-Phalle et Jean Tinguely (Le Paradis fantastique, 1966), Alexander Calder (Les quatre éléments, 1961), Pablo Picasso (Déjeuner sur l’herbe, 1962)…

Puis, à l’intérieur, on retrouve les grands noms de l’art des XXe et XXIe siècles (Matisse, Braque, Léger, Abramovic, Hatoum, Twombly, Bacon, Dubuffet, Pollock, Klein, Rauschenberg,, Giacometti, Beuys, Polke… Pop Art, évidemment…) ainsi qu’un département design et architecture. Pour donner un élément de comparaison (qualitatif, sans évidemment pouvoir rivaliser quantitativement), on est proche du niveau du Centre Pompidou.

Sur Skeppsholmen, on trouve également le Musée des antiquités est-asiatiques (Östasiatiska Museet), la Collection Tidö de jouets & comics Bergrummet, la salle de concert Eric Ericson hallen, le théâtre contemporain MDT… Cependant, auparavant, ce n’était pas les arts mais les armées qui étaient les principaux résidents (tout un symbole, non ?). En effet, l’île était un site militaire où avait été établi des baraquements, partiellement reconvertis (en hôtel par exemple). Au Nord-Est, une partie portuaire assez charmante avec des bateaux typiques.

En prolongeant au Sud de Skeppsholmen, on rejoint un îlot nommé Kastellholmen. À vous de voir mais, en fin de compte, je n’y ai pas trouvé d’intérêt particulier sinon, tout au plus, un château non-visitable et une vue par dessus un grillage sur le parc d’attraction de Djurgården.

 

SÖDERMALM

belvédère et levers de verres

Si vous savez aisément traduire Krisprolls en français, vous comprenez logiquement que Södermalm est le quartier Sud de Stockholm. Pour cela, il faut passer le pont Katarinavägen (toute la zone était en énorme chantier lors de mon voyage au cours de l’été 2019). Ensuite, il faudra grimper. Le premier argument pour traverser la Riddarfjärden est sans conteste la vue imprenable sur Stockholm depuis Monteliusvägen. J’ai eu un peu de mal à trouver le mini-passage bien caché pour y accéder (c’est juste après être passé sous une passerelle métallique rejoignant un immeuble).

 

Mais, une fois atteint, ce belvédère offre un splendide panorama sur l’ensemble de la ville et ses îles. Locaux et touristes venant, là aussi, contempler le crépuscule. Le spectacle n’est pas loin d’être merveilleux à l’heure bleue, quand le ciel s’obscurcit en dégradé en même temps que les lumières s’éveillent. En parallèle de l’extase chromatique, le regard plonge sur la ville en cherchant et identifiant les détails vus et visités. En premier, Riddarholmen et son clocher pointant, à l’Ouest, à contre-jour du coucher de soleil, la Stadshus sur Kungsholmen.

© L’Oeil d’Édouard

Le second argument, autrement esthétique, est le très très bon musée de la photographie (≃ 16€ l’entrée). Réinvestissant l’ancien bâtiment des douanes de 1906, Fotografiska a ouvert en 2010 pour faire la part belle au 8e art. Présentées sur deux étages, les expositions temporaires proposées sont de premier ordre avec de grands noms du monde de la photo, artistique et documentaire (celle que j’ai vue sur le reporter de guerre James Nachtwey était véritablement saisissante !). D’autre part, le lieu est somptueux, mettant excellemment les tirages en valeur avec un éclairage vraiment parfait. Je me suis régalé !! Le musée propose également des conférences et des projections vidéo et cinéma. Le 2e et dernier étage abrite un bar lounge avec dj et une grande brasserie avec vue sur Gamla Stan et Djurgården. Classe !

 

Si la journée le quartier est plutôt commercial, sachez que Södermalm est LE quartier de la vie nocturne à Stockholm ! Après y avoir fait un court passage en journée (rien de terrible à se mettre dans la rétine), j’ai vite compris qu’il fallait en fait venir ici… le soir ! Pour connaitre mes bonnes adresses pour sortir boire « un » verre, je vous renvoie à mon city guide pratique avec les différents endroits que j’ai testés (bars, restaurants, hôtel… localisés sur un plan de la ville).

NORRMALM

la vie moderne

Réciproquement, maintenant que vous lisez suédois couramment, ce quartier se trouve au Nord de Gamla Stan. Il s’agit de la « nouvelle ville » avec tout « le confort moderne » dont la gare (ferroviaire ou routière), les rues commerçantes (comme la grande Drottninggatan) avec les grandes enseignes et les chaines des restaurants internationales… Pour info, c’est dans ce quartier que j’ai trouvé mon hôtel. Ce n’est clairement pas la partie la plus charmante de Stockholm. D’ailleurs, la place Sergels torg est très clairement absolument horrible avec, par exemple, le Centre Culturel Kulturhuset qui héberge galeries, cinéma, bibliothèques, le théâtre…). Un genre de Centre Pompidou mais en vraiment plus laid !

En revanche, la nuit, tout s’est magnifié ! La tour en empilement de blocs, les bâtiments de type garage ou raffinerie… même les grues ! À la faveur d’un jeu de lumières autant stupéfiant que presque féérique (quelque chose entre Matrix et Yayoi Kusama), la place a trouvé un intérêt radicalement différent ! L’idée d’être sur Mars m’a furtivement traversé l’esprit (oui, il était tard et j’étais fatigué…).

© L’Oeil d’Édouard

Pour trouver néanmoins un atout à Norrmalm, il faut se rendre à cette pointe Sud-Est. Tout d’abord,, l’architecture des grands hôtels luxueux donne une allure plus raffinée à la ville, puis, en poussant en direction de Skeppsholmen, le Nationalmuseum. Renové et réouvert en 2018, il s’agit d’un très beau palais (me rappelant les façades de la Piazza Unità d’Italia de Trieste) devenu le Musée des Beaux-Arts de Stockholm.

 

À l’intérieur, un charmant grand hall avec un majestueux escalier conduit aux collections. Il possède la plus grande collection d’œuvres de Suède avec quelques Goya, Rodin, Turner, Courbet, Rubens, Géricault, Cranach, Ingres, Guardi, Monet, Van Gogh, Manet, Tiepolo… (liste ici) au milieu d’artistes et designers scandinaves. En revanche, l’accrochage est « à l’ancienne », très dense, façon cabinet de curiosité. Personnellement, alors que je suis très branché art & culture, j’ai fini par saturer complet ! Mais, là encore, l’entrée est totalement gratuite ! Ce qui signifie que, si vous visitez Stockholm en plusieurs jours, vous pouvez très bien entrer et sortir comme bon vous semble, faisant un étage un jour et l’autre plus tard.

KUNGSHOLMEN

résidences et quais

On devine surtout cette île par la Stadshus à sa pointe. L’Hôtel de Ville de Stockholm est remarquable par sa la monumentalité et sa tour de 106 mètres surmontée des trois couronnes, symbole de la royauté suédoise. Ce bâtiment a été construit entre 1911 et 1923 mais emprunte au style médiéval italien par ses briques rouges et ses arcades de 18 colonnes semblant porter l’imposante masse (cf : Palais des Doges à Venise).

© L’Oeil d’Édouard

Sur l’extérieur de l’architecture (pourtant sobre même monumentale), quelques ornementations ont été placées. Sur la tour, un étrange balcon dénote (j’ai appris après-coup qu’il s’agissait d’un carrousel rajouté en 1924, visible donc uniquement à certains moments de la journée), une sculpture de Saint-Georges combattant le dragon (allégorie du bien contre le mal, rappelant le manifeste politique Les effets du bon et du mauvais gouvernement d’Ambrogio Lorenzeti au Palazzo Pubblico de Sienne. Au pied de la tour, le cénotaphe de Birger Jarl, fondateur Stockholm au XIIIe siècle.

 

L’accès à la cour intérieure et au le parc est gratuit mais je n’ai pas visité l’intérieur de la Stadshus (il faut bien faire des choix). Néanmoins, il semblerait que ça vaille le coup avec le Hall bleu, la Salle dorée et ses mosaïques de 19 millions de feuilles d’or, la Galerie du Prince et sa fresque ainsi que le beffroi et son panorama à 360° sur tout Stockholm !

 

En revanche, je suis allé dans le jardin au bord de l’eau. Cette romantique esplanade verte avec sculptures et fontaines semble flotter à la surface du Riddarfjärden. Nombreux sont ceux, là aussi, qui viennent se poser sur les marches ou les parapets et observer le paysage stockholmois allant de Norrmalm à Södermalm en passant par Riddarholmen en premier plan.

 

En prolongeant à l’Ouest, j’ai suivi le « bord de mer » et ses bateaux à quai. On en trouve de particulièrement folkloriques (d’ailleurs, certains ont des panneaux expliquant leur histoire !). Puis, j’ai poursuivi sur un agréable chemin du parc Norr Mälarstrands lekplats. Les joggers à oreillettes bluetooth et montrées électrocardiogrammes dépassent les badauds. Pour ces derniers, plus contemplatifs, des pontons permettent de se poser au-dessus de l’eau… Impressionnistement romantique ! Au bout, le parc Rålhambshovsparken. Enfin, la partie plus centrale de l’île est composée de bâtiments résidentiels avec de nombreux restaurants au rez-de-chaussée.

OSTERMALM

boutiques et bourgeoisie

En quittant Norrmalm par l’Est, j’ai d’abord été surpris par le côté américain (j’ai pensé aux Métropolis de Fritz Lang mais aussi Superman!) de l’architecture : les routes-ponts passant d’un bâtiment à un autre, de grandes tours, de larges avenues… Un peu déroutant, loin de la représentation urbaine scandinave.

 

Puis, arrivé vers la place Stureplan et son étrange champignon métallique servant de parasol urbain, les immeubles se sont carrément embourgeoisés. Là, on se sent sur les Champs-Élysées stockholmois ! Du reste, sur l’avenue Birger Jarlsgatan, les magasins vont de paire : Prada, Louis Vuitton, Zadig & Voltaire, Chanel, Gucci… Peu sensible à la chose, j’ai préféré lever la tête et ai découvert quelques autres préciosités ornementales sur les façades. La curiosité oculaire est moins coûteuse !

Plus bas, l’architecture du Théâtre dramatique royal est séduisante, et même éblouissante avec ce soleil estival. Avec son parfum de Croisette, la promenade sur Strandvägen entre immeubles bourgeois et bateaux est assez agréable. Mais vous l’aurez compris, n’étant pas né avec une cuillère en or dans la bouche (et n’ayant pas non plus de manger plus tard ma soupe avec), je ne me suis pas attardé dans ce quartier, ne faisant que le traverser pour rejoindre Djurgården, via le pont Djurgårdsbron.

 

J’ai vraiment aimé Stockholm ! A l’image de Reykjavík ou Copenhague, la capitale suédoise est calme, sereine et dans un charme sans prétention. Du reste, elle offre une diversité qui permet à tout à chacun de s’y retrouver avec monuments (notamment à Gamla Stan), musées, vie nocturne mais aussi espaces verts et balades sur et au bord de l’eau. Idéal pour un week-end « city break » ou en quelques jours.

🇸🇪 Retrouvez tous nos articles sur STOCKHOLM et sur nos voyages en SUÈDE 🇸🇪