MURANO et BURANO, deux îles incontournables à Venise

Façades colorées de Burano (lagune de Venise) - édouard photographie © Trace Ta Route

Quand on vient réaliser son rêve romantique en visitant Venise, on ne pense pas nécessairement à aller… ailleurs qu’à Venise. Mais, si vous y êtes pour plusieurs jours, je vous conseille vivement de découvrir deux îles incontournables qui se trouvent dans la lagune de Venise : MURANO, l’île des souffleurs de verre, et BURANO, l’île des couleurs et de la dentelle. On y accède en en prenant un gros vaporetto (ce sont des îles…) au départ de la Riva degli Schiavoni. J’ai fait cette petite escapade dans la journée avec un petit parfum d’exotisme maritime.

Où se trouvent les îles San Michele, Murano, Torcello et Burano dans la lagune de Venise ?




 

SAN MICHELE, l’île-cimetière de Venise

Pour accéder à Murano, le dernier embarcadère vénitien qu’on ait quitté était celui de Fondamente Nove. Le bateau longe l’île de San Michele. La particularité de cette île est, après avoir été une prison, d’être maintenant quasiment intégralement un… cimetière (voulu par notre Napoléon national en 1804) !! Et oui, où mettre les dépouilles sinon ? Les balancer dans l’eau comme dans le Gange ? Ben non, les vénitiens ont choisi le cimetière, à l’écart, et les corps y sont transportés en bateau (ça tue un peu le romantisme vénitien des gondoles…). Il est toujours d’usage et on peut visiter l’île. Vous pourrez y trouver la tombe de certains grands, dont celle d’Igor Stravinsky ♪ On y trouve également une église et des vignes.

la Chiesa di San Michele in Isola

 

MURANO, l’île des souffleurs de verre

Première des deux îles sur mon parcours, car c’est la plus proche (à quelques encablures à peine comme disait si bien Olivier de Kersauson).  Si vous avez un peu regardé les boutiques à Venise, vous avez surement vu plein d’objets en verre, très chers. Il s’agit du fameux Verre de Muranointernationalement réputé depuis de nombreux siècles. Au XIIIe siècle, les souffleurs de verre vénitiens avaient été sommés de s’installer sur cette île qui étaient anciennement investis par des vignes et des jardins. Les fours étaient une source potentielle d’incendie et pouvaient ravager tout Venise. Alors « Ciao ciao, va jouer plus loin s’il te plait !!  » Si vous visitez Murano, profitez-en pour visiter les verreries (que je vous conseille vivement). Vous y verrez un souffleur de verre s’exécuter juste devant vous (il y a même des gradins installés dans l’atelier pour que tout le monde voit bien le spectacle !!). Ensuite, il est bien vu de passer par la boutique… Après, perso, Murano ou pas Murano, ça reste plutôt très kitsch !

Si Murano est réputée pour son verre, elle l’est aussi pour ses jardins, ses palais et les casins (lieu de plaisir frivole… et d’argent qui ont donné leur nom aux Casinos). C’est dans un de ces casins, celui de l’ambassadeur français de l’époque, que Casanova retrouvait une nonne… Non mais quel queutard celui-là !! Mais, honnêtement, au-delà de cette anecdote, je n’ai pas eu non plus un réel coup de cœur en visitant l’île de Murano, même si elle est plutôt chouette quand-même (avec les ponts et les canaux rappelant par moment Annecy ou Bruges avec les façades en ocre rouge) et qu’on apprécie le côté insulaire. Bon, il faisait pas super beau non plus, ça a sans doute joué… La Basilique Santi Maria e Donato est assez chouette (avec son sol en mosaïque) et mérite largement d’y jeter un coup d’œil. Sinon, si vous en avez pas eu assez, il y a le Musée du Verre.

TORCELLO

On n’y est pas allé. Mais, même s’il y aurait une cathédrale remarquable, il y a apparemment rien d’autre de particulier à voir  sur cette île qui nécessiterait le détour. Si vous y êtes allés, on vous remercie de faire un petit retour dans les commentaires pour expliquer ce qu’il y aurait à voir et que j’aurais loupé. Merci 😉

 

BURANO, l’île des couleurs et de la dentelle

À l’inverse, la visite de l’île de Burano a été une très agréable surprise. Au départ de Murano, le chemin (maritime) pour atteindre Burano est un peu plus long (elle se situe à environ 8km de Venise). Mais cela n’a rien de déplaisant après la foule dans les rues étroites de Murano. Et puis, on se perd dans ses pensées en regardant la lagune vénitienne, bercé par les vaguelettes. À deux reprises, on se croirait même dans les peintures romantiques de Caspar David Friedrich lorsque l’on passe à côté de deux ruines, improbablement posées au milieu de l’eau.

 

L’île de Burano semble beaucoup plus agréable, beaucoup moins « zone à touristes » (contrairement à Murano). Son activité traditionnelle est spécialisée dans la confection de dentelle à l’aiguille qui remonte au XVIe siècle (il y a un musée qui se situe à côté de l’église). Mais, là encore, elle n’en fait pas un étalage commercial outrancier non plus. En fait, Burano est assez tranquille et on se balade sur l’île au milieu des locaux. La vraie activité sur l’île est en fait la pêche : il y a plein de barques « garées » le long des canaux, comme des voitures dans une rue.




Mais la vraie particularité de Burano, c’est les maisons… Superbes !! Les façades sont toutes peintes de couleurs vives unies ! Rouge, jaune, vert, rose, bleu etc… La petite histoire raconte que ce sont les femmes qui peignaient les maisons afin que leurs maris, partis à la pêche, puissent reconnaitre leur maison au loin. En tout cas, impossible ici de ne pas être heureux ! Avec les contrastes chromatiques de chaque maison, on en prend plein les yeux ! Visiter Burano, c’est un peu comme se promener dans une boite de crayons de couleurs géants !

© L’Oeil d’Édouard

 

🇮🇹 RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES SUR VENISE ET SUR NOS VOYAGES EN ITALIE. 🇮🇹



MURANO et BURANO, deux îles incontournables à Venise
4.9 (97.67%) 257 votes