Les CASCADES DU CIRQUE DE SAINT-MÊME, merveille naturelle en Chartreuse

Randonnée Cascade Cirque de Saint-Même Massif de la Chartreuse Savoie Isère Alpes France Montagne Paysage Outdoor French Alps Mountain Waterfall Hike Hiking

Il est des trésors que la Nature offre, cachés au fond d’un vallon, où l’explorateur sera récompensé d’une merveille. Au cœur du Massif de la Chartreuse, le Cirque de Saint-Même est de ces lieux féériques. Cela dit, victime de sa popularité, il est très fréquenté en été. Spot “à la fraiche” pour un pique-nique en famille, il est également le point de départ de plusieurs itinéraires de randonnée permettant de se balader autour, en-dessous, le long, au-dessus… des différentes cascades du Guiers vif.

Sommet : Cascade de Saint-Même (1020 m)
Massif : Chartreuse (Savoie / Isère)

Départ : Parking Pont Drugey (850 m)

Carte IGN : Chartreuse Nord 3330 OT
Topos Randonnées Chartreuse

Difficulté : ★★☆☆☆

Dénivelé : 200 m (cumulé)
Distance : 3 km

Durée : 1/2h à 1h montée
descente 1/2h environ

Période : mars à novembre
(mais aussi hiver si bien équipé)

Intérêt : ♥♥♥
Cascades

Avant de partir, êtes-vous bien équipé ? ➜ retrouvez le contenu de sac à dos en randonnée ✔︎

➜ Se rendre à Saint-Même d’en haut

De Chambéry ou Grenoble (via Chapareillan), il faut passer le Col du Granier
Depuis Grenoble, passer par Saint-Nazaire-les-Eymes puis Saint-Pancrasse pour arriver au parking sous le Col du Coq (possible également depuis Chambéry si vous prenez l’autoroute).
Par Les Échelles, passer par Saint-Pierre d’Entremont.

De toutes les façons, une fois à Saint-Pierre d’Entremont, au niveau du pont reliant Savoie et Isère, prendre la route D45C qui traverse Saint-Même d’en bas puis Saint-Même d’en haut. À savoir que, en période estivale, l’accès au parking est payant le week-end puis tous les jours en juillet-août (4,5€ par voiture, détails et précisions ici). Si on ne veut pas payer ou qu’il est déjà saturé, on peut se garer dans le hameau de Saint-Même d’en haut (ce qui rallongera de 15-20 min à pied).


Pour votre matériel outdoor (équipement, accessoires, vêtements…), je vous recommande EKOSPORT (soldes permanentes !) ✅

 

Itinéraire depuis le Pont Drugey

Juste après le parking de départ, un panneau indique d’entrée de jeu la réglementation du lieu (propriétaires privés) : rester sur les sentiers balisés, chiens tolérés dans la prairie mais interdits au-delà, bivouacs et feux interdits. De plus, le Cirque de Saint-Même se tient dans la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse. Après la barrière fermant l’accès aux voitures durant l’été, il faut marcher quelques centaines de mètres sur la route bitumée avant d’arriver au lieu-dit du Pont Drugey. Au passage, une stèle commémore les maquisards entrés en Résistance dans le Massif de la Chartreuse. Après le Chalet du Cirque de Saint-Même abritant un gîte et un bar-restaurant, la route arrive à sa fin avec une buvette, La Cascade, judicieusement nommée pour un débit de boisson désirant couler à flots. Aux beaux jours, la vaste prairie herbeuse est envahie investie par les innombrables familles venues pique-niquer à la faveur de la fraicheur de la rivière et l’ombre des arbres. Mais il y a largement de la place pour tout le monde !

À partir de là, deux possibilités se présentent (un panneau expose d’ailleurs les différents itinéraires de randonnée au Cirque de Saint-Même) : soit traverser la rivière et rejoindre la Grande Cascade par le versant isérois (sentier terreux plus facile), soit poursuivre sur la rive Est pour y accéder par la gauche (sentier plus raide mais sans être particulièrement technique pour autant). Mon choix, autant que faire se peut, très stratégique s’il en est, est de faire une boucle dans le sens des aiguilles d’une montre, montant par le plus “dur” et redescendant par un chemin plus déroulant. Toutefois, l’inverse est tout aussi valable et difficilement contestable, question de goût. Au plaisir de chacun !

les différents itinéraires de randonnée au Cirque de Sant-Même

Le chemin à plat longe la rivière côté Savoie, jalonnée, ça et là, de quelques baigneurs de pieds. Il y a ici quelque chose d’étrange, d’incongru, dans la juxtaposition de nos deux ambiances respectives (mais pourquoi pas finalement). Puis, un embranchement marque le début des choses un peu plus physiques. À droite, le sentier conduit sur 200 mètres au “fond” du Cirque, menant au pont en bois de la Pisse du Guiers (chute la plus basse de l’ensemble arrivant dans un lugubre chaos de rochers et troncs enchevêtrés). Cependant, pour notre présente occasion, l’accès à la Grande Cascade se fait en grimpant sur la gauche. Même si des lacets ont été dessinés sur le coteau (150 m de dénivelé+, pente à env. 35°), les cuisses seront néanmoins quelque peu mises à contribution. L’ombre des arbres ne suffira pas à rafraichir les plus pressés et il faudra que chacun veille à son rythme. Sur le parcours, une micro-épaule fera office d’excuse contemplative pour les plus essoufflés. En effet, un banc offre une vue sur une des cascades du Cirque de Saint-Même.

Après un agréable replat, le parcours remonte sur un sentier essentiellement recouvert en pierres affleurantes. Pour ceux qui n’ont pas l’habitude, cela peut être un peu moins aisé techniquement (d’où l’intérêt, selon moi, de la faire à la montée plutôt qu’en descendant, plus éprouvant pour les genoux). D’ailleurs, entre la raideur et le terrain irrégulier, l’utilisation de bâtons de randonnée sera un vrai atout. Vers 1045 mètres d’altitude, point culminant de cette randonnée, on atteint une bifurcation permettant de gravir l’enceinte rocheuse jusqu’à aller aux abords de la Source du Guiers (sentier toutefois délicat, équipé d’une main courante). Mais pour rejoindre la Grande Cascade, il faut maintenant descendre sur la droite.

La Grande Cascade du Cirque de Saint-Même

Quelques mètres plus bas, 30 à 45 minutes après le départ, on arrive aux abords de la chute d’eau chartrousine, bondissant dans son écrin montagneux. De là, la vue plonge sur la barre rocheuse d’où jaillit l’eau de toute sa grâce. Au pied de la cascade, l’esplanade jonchée de rochers éboulés permet un face à face vaporisé. Le souffle produit par le flux projette une bruine des plus réjouissantes lors de températures estivales. Les enfants ne s’y trompent pas, même si leurs cris d’exaltation sont couverts par le barouf de l’eau qui s’écrase sur le sol. Au-dessus, on peut apercevoir le trou de la Source du Guiers, surgissant puissamment de la falaise supérieure (le Massif de la Chartreuse, constitué de calcaire, est un immense gruyère karstique !).

En suivant le cours de l’eau, on peut alors se poser et profiter de la fraicheur avant de redescendre dans la chaleur de la vallée. Pour parfaire l’ambiance féérique, le site naturel de la Grande Cascade de Saint-Même a été agrémenté d’un pont en bois enjambant le torrent (ne pas le traverser à pied car la roche est très glissante et possible chute mortelle en aval). Passe-frontière, la passerelle permet de relier la Savoie et la France l’Isère. Les photographes iront alors chercher les points de vue qui leur semblent les plus propices pour mettre en valeur le lieu (vous pouvez retrouver quelques conseils dans mon article consacré). À savoir également qu’on peut tout à fait randonner au Cirque de Saint-Même en hiver et que cela offre une atmosphère radicalement différente avec la neige (exemples sur mon compte Instagram ou sur mon site perso).

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

 

Circuit en boucle par la Cascade isolée

Libre à chacun de retourner à la voiture par le chemin qu’il préfèrera, revenir ou poursuivre (un psychothérapeute pourra peut-être vous aider, un astrologue aussi éventuellement). Toutefois, personnellement adepte de la variété, je vous recommande le retour en boucle qui offre une autre ambiance. En prime, il est plus facile. Ne manquez pas, après quelques pas, de vous retourner pour admirer une dernière fois le romantiquement pittoresque tableau de la Cascade de Saint-Même avec le pont en bois, encadrés des feuillages (carte postale, merveilleusement colorée à l’automne !). Ensuite, le pas déroule sur un sentier en terre, avec parfois quelques spaghettis de racines affleurantes. L’ambiance de sous-bois est agréable et édulcorée par quelques énormes rochers chus.

Sur le chemin, à 940 mètres d’altitude, un sentier part en épingle sur la droite. Rien n’indique où il conduit… Maintenant, grâce à ce topo, vous saurez ! En suivant le sentier légèrement oscillant, on atteint en 5 minutes la bien nommée “Cascade isolée“, prolongement du Guiers ruisselant depuis sa grande sœur en amont. À son pied, deux gros rochers se font la conversation au bord de la petite piscine naturelle. Pudiquement logée le long d’un mille-feuilles rocheux, orné ça et là de quelques fleurs sobres, l’atmosphère de la surnommée « voile de la mariée » aurait presque, dans cette scène quasiment toujours ombragée, quelque chose de beau et de sépulcral à la fois (Leopardi, un poème ?).

le « voile de la mariée »

Il faudra ensuite revenir par le même chemin, rattrapant ainsi l’itinéraire principal. La suite est une descente tranquille menant jusqu’à la prairie du Pont Drugey, avec, en fond, la barre des Rochers de Fouda blanc et la Roche de Fitta (1737 m). Compter 20-30 minutes depuis la Grande Cascade du Cirque de Saint-Même, soit un circuit en boucle d’environ 1h-1h30 au total, sans les pauses. Avant de repartir, il serait alors bien regrettable de ne pas profiter de ce lieu bucolique et, à votre tour maintenant, se baigner les pieds, lesquels ont dû un peu chauffer.

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

Pour votre matériel outdoor (équipement, accessoires, vêtements…), je vous recommande EKOSPORT (soldes permanentes !) ✅

Randonnée

Chartreuse

Conseils Montagne

Vous aimez cet article ? Parlez-en à vos amis !