La Via Ferrata de la TOUR DU JALLOUVRE

Via ferrata de la Tour du Jallouvre : la passerelle du bostriche

Il y a des vias ferratas qui ne laissent pas indifférent. Celle qui se trouve sous le Pic du Jallouvre est de celles-là. Déjà, le cadre est magnifique mais le parcours est varié tout au long de l’itinéraire. On alterne entre crapahutes, traversées, verticales, passerelle et pont avant d’arriver sur une arête et un sentier balcon sur les Aravis et le Mont Blanc.

Sommet : Tour du Jallouvre (2050 m)
Massif : Bornes-Aravis (Haute-Savoie)

Départ : Chalets de Cuillery (1450 m)

Carte IGN : La Clusaz 3430 ET

Dénivelé : 500 m (+ 100 m d+ approche)
Longueur : 1100 m

Durée : 3h (+20 min de marche d’approche)
(+ 1h / 1h30 de marche retour)

Difficulté : ★★★★
Équipement : 1 passerelle (16 m) ; 1 pont

de mi-mai à mi-novembre

Intérêt : ♥♥♥♥

Se rendre aux Chalets de Cuillery :

On y accède en 3/4 d’heure depuis Annecy (via Thônes) et depuis La Roche sur Foron (via Le Petit Bornand). Ensuite, il faut prendre la direction du Col de la Colombière et se garer au parking des Chalets de Cuillery, dans le virage au-dessus de Samance. Si vous avez deux voitures, vous pouvez en placer une plus haut, dans les lacets sous le Col de la Colombière pour alléger un peu le retour.

Marche d’approche à la via ferrata du Jallouvre

Au départ des Chalets de Cuillery, il faut compter entre 20 et 30 min de marche pour atteindre le départ de la via ferrata du Jallouvre. Au parking, descendre de quelques pas dans le vallon et suivre la piste qui part tout droit. Après le petit pont, le chemin remonte en partant sur la gauche de la falaise jusqu’à une pancarte faisant reprendre à droite avec quelques lacets. Si vous avez une bonne vue, on peut voir briller le panneau de départ (en bas à gauche de la paroi) depuis le parking.




1ère partie : traversée par l’arche du bouquetin

Le 1er tronçon de la via ferrata de la Tour du Jallouvre permet de se mettre tranquillement en jambe (et en bras pour le coup). On crapahute en zig-zags sur des vires avec de bonnes grosses prises pour les mains et les pieds. Certains passages s’apparentent même à la randonnée. On passe ensuite sous la petite balme de l’arche du bouquetin avant de faire une première et courte ascension verticale avec des barreaux. Celle-ci finit par le dévers du cul tourné, un passage surplombant qui n’a vraiment rien de folichon (sur un mètre) mais sollicite tout de même un peu les bras (considérez que ça vaut l’équivalent de trois cafés napolitains en terme de stimuli cardiaques).

 

À la sortie, un nouveau passage rando pour se reposer, s’il en est, de ses émotions musculaires. Le câble nous conduit en direction de cette partie en passant par le couloir des pesses dans lequel on crapahute gentiment. On peut alors voir le gros steak qui nous attend ensuite avec la passerelle et le pilier. À vous de voir maintenant si vous vous sentez ou pas. Un passage en descente amène sur un sentier où il est possible de quitter la via ferrata par l’échappatoire la sortie à Fred.

© L’Oeil d’Édouard

 

2e partie : des passerelles et un pilier

1h30 après le départ, on se rapproche de la partie la plus difficile de la via ferrata du Jallouvre. On remonte droit sur quelques mètres jusqu’à arriver à la passerelle du gypaète. Longue de 16 mètres et suspendue à des câbles, elle est assez mouvante (émotions…) et aérienne avec le « vide » en-dessous (…frissons !). Pas de quoi flipper non plus, elle peut accueillir jusqu’à 5 personnes en même temps donc vous avez de quoi rassurer les plus sceptiques. Ne reste plus qu’à déployer vos grandes ailes de vautour et vous laisser avancer.

© L’Oeil d’Édouard

 

La vraie difficulté de la via ferrata de la tour du Jallouvre est sans conteste la très verticale montée du pilier des courants d’air sur environ 35 mètres, légèrement tournoyante sur la paroi. Dans l’absolu, rien d’insurmontable. Les barreaux sont très rapprochés les uns des autres, idem pour les relais. Pour les personnes sujettes au vertige (mais téméraires tout de même d’être venues jusque là), monter lentement mais sûrement en respirant profondément et éviter de regarder en bas (une cinquantaine de 50 m de gaz sous les semelles).

 

Là encore, la nature étant bien faite, un replat herbeux vous attend pour souffler un coup et reposer les bras (fallait pourtant pas tirer dessus : sur les jambes qu’on vous a dit). Quand vous êtes prêts, c’est une belle traversée sur dalles exposée au vide qui vous attend pour arriver à la passerelle au bostriche, un pont en bois taillé dans un mélèze. Les concepteurs de la via ferrata nous ont choyés, il n’y a aucun câble sur le côté pour se tenir sinon celui des longes mais il n’est pas tendu donc n’y pensez pas. La moitié de tronc est très stable et ne bouge pas d’un poil quand on est dessus ! Par sécurité, il est quand-même indiqué 2 personnes maximum (il n’est pas précisé si c’est avant ou après la tartiflette).

 

Voilà, c’est fait, vous avez passé le plus dur ! Encore quelques passages exposés au vide mais la traversée se poursuit en étant nettement plus facile. Un replat randonnée tout tranquille amène ensuite jusqu’à un dernier gros rocher puis on atteint l’arête qui sera la dernière partie de la via ferrata de la Tour du Jallouvre.

 

3e partie : l’arête de la faim

Ce que j’aime dans ce parcours, c’est la diversité des situations. Après des passages très « via ferrata », on se déplace désormais au fil d’une arête façon alpinisme rocheux, le câble remplaçant la corde. Un peu en haut, un peu plus bas, sur la droite puis sur la gauche. Cette partie est vraiment ludique et esthétique avec le Pic de Jallouvre droit devant.

 

L’itinéraire part ensuite sur la droite face Est, en traversant et remontant des lapiaz avec de jolies cannelures. Le parcours câblé de la via ferrata de la Tour du Jallouvre s’arrête là, se terminant par cette bien-nommée arête de la faim : il est midi et c’est vrai qu’il est temps de casser la croûte. À force de traverser des dalles, la via a fini par nous la donner ! Si vous n’avez pas encore pu/su profiter de la vue, c’est le moment. Savourez la place en terrasse avec le panorama sur la Chaîne des Aravis et ses combes, de la Pointe Percée, son sommet culminant à 2752 mètres, jusqu’au Mont Charvin. Le Mont Blanc en arrière-plan. Au Nord à gauche, le Haut-Giffre avec les Dents Blanches, le Pic de Tenneverge et le Buet.

Le retour

Vous aurez sûrement vu un panneau rouge indiquant de ne pas quitter son équipement de via ferrata. Effectivement, il y a aura encore deux petits passages câblés sur le retour (à moins que vous n’ayez décidé de monter au Pic de Jallouvre par l’arête des bouquetins). L’itinéraire type randonnée traverse horizontalement sous le sommet sur un sentier balcon jusqu’à descendre pour rejoindre le bas du vallon du rasoir. Attention si le sol est humide, ça peut glisser !

© L’Oeil d’Édouard

 

Arrivé dans la combe, on retourne le sentier de randonnée qui mène au Col de la Colombière. Les pierres sont assez roulantes au début et il faut rester vigilant sur ses appuis. Plus bas, une bifurcation « retour via ferrata » bifurque sur la droite pour arriver sur le parking où vous avez peut-être placé une deuxième voiture. Non ? Alors comptez encore en une petite demi-heure de marche par le sentier descendant jusqu’au parking de départ.

 

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



La Via Ferrata de la TOUR DU JALLOUVRE
5 (100%) 21 votes