Test : Tenue Chef de File, la classe

Test Tenue Cyclisme Chef de File Vélo Outdoor Sport Cyclism Bike Wear Review Biking Lac du Bourget Savoie France Alpes French Alps

Dans le monde très concurrentiel des marques de fringues de vélo, les Français de Chef de File se distinguent par la qualité de leurs produits et un bon rapport qualité/prix, mais surtout en étant super classe.

Chef de File mène l’échappée

Ces dernières années, un grand nombre de « petites » marques de vêtements cyclistes est apparu sur le marché, côtoyant des grands noms déjà bien établis. Pour s’en sortir ces nouveaux venus doivent imposer un style, se démarquer et proposer des articles de qualité. Chef de File est de cette trempe. Et si les prix des cuissards et maillots se sont envolés aussi ces dernières années, la jeune marque française reste largement abordable, certes on trouvera toujours moins cher, mais il y a surtout beaucoup (beaucoup) plus cher.

Alexandre et Cédric, les deux compères derrière Chef de File ont lancé leur projet en 2015. Ancien coureurs de haut niveau, ils avaient plein d’idées en tête et notamment celle de créer des produits de qualité et de « casser les codes » très rigides du cyclisme avec des tenues originales. La marque a fait son bonhomme de chemin et propose désormais une large collection de maillots été homme et femmes ainsi qu’une collection hiver. Le tout est fabriqué proche de chez nous en Espagne et en Italie.

 

La claaaaasse

Chef de File se démarque par des tenues très élégantes, avec des couleurs sobres et des designs tendances tout en étant assez originales, voire très originales – les modèles « Marguerite » sont osés et franchement réussis. J’ai choisi pour ma part le modèle Vintage Petrol, avec de belles nuances de bleus et Chef de File inscrit en grand sur la poitrine dans une police encore une fois travaillée et élégante qui rappelle les maillots des années 50 (en tricot brodé à l’époque!) et qui donne cette touche vintage sympathique.

Le cuissard noir, avec le nom de la marque en surimpression légèrement brillante, ajoute à l’esthétisme de l’ensemble et est un joli clin d’œil aux cuissards noirs réglementaires jusque dans les années 1980 dans le peloton pro. Vous pourrez opter pour un cuissard bleu marine tout aussi élégant mais à ajuster avec goût au maillot. Enfin, les chaussettes noires, assez hautes comme on les porte aujourd’hui, avec la discrète broderie Chef de File en blanc est dans ce même esprit mêlant classe et sobriété.

 

Beau et technique

Les tenues Chef de File ne sont pas juste jolies, elles sont aussi techniques. Le maillot été est en lycra léger, très fin et respirant, idéal pour la belle saison ; tandis que les manches en nid d’abeilles, ajourées, permettent de bien évacuer la transpiration. Les poches arrières sont plutôt larges avec un petit rabat intérieur qui limite le risque de faire tomber des victuailles… ou le portable. Malin ! Enfin une petite bande réfléchissante a été ajouté sous la poche arrière centrale, afin d’augmenter la sécurité du cycliste à l’aube ou en fin de journée.

 

Le cuissard est en fibre de Ceylon (un lycra haute densité), plutôt épais au toucher, avec des coutures plates sensées limiter les risques de frottements. De larges bandes de 7 cm assurent un bon maintien au niveau des cuisses sans serrer trop fort. Les bretelles siliconées sont fines et très confortables également. Enfin, le plus important pour un cuissard : la peau de chamois. Pour ce point ultra technique et primordial, Chef de File a fait appel à la marque italienne Dolomiti. La peau est très épaisse et assez dense, notamment aux niveaux des ischions, un vrai petit matelas bien ferme.

Voilà pour les présentations, sur le papier, tout est beau et semble de qualité, mais qu’en est-il dans la pratique ?

 

Tout beau pour rouler

L’esthétisme est une chose, l’aspect technique une autre, et rouler des heures sur un vélo en est encore une autre.

J’ai choisi ma taille en me référant au guide situé sur le site de la marque, avec toujours ce petit doute sur la coupe du produit sa taille réelle. A peine reçue et tout de suite enfilée. Verdict : la tenue est bien ajustée et « tombe » très bien. Le guide des tailles sera donc un allié sûr pour choisir votre tenue, sachant que, comme précisé d’ailleurs sur le site, j’ai opté pour la taille S (alors que j’étais à la limite entre S et M) puisque j’apprécie les maillots très serrés qui ne flottent pas d’un millimètre. Le cuissard est aussi relativement serré mais ne compresse pas du tout les cuisses et les bretelles sont très légères. La peau de chamois semble se placer « naturellement », sans faux-plis qui pourraient créer des points de frottement désagréables.

Après des heures de selles et notamment des sorties longues, de plus de 6 h, le verdict est sans appel : la tenue tient toutes ses promesses !

 

Le maillot est très léger, respirant et agréable à porter même par très forte chaleur comme nous avons connue cet été. Je n’ai jamais ressenti le besoin de l’ouvrir en grand, même dans les cols, comme je le fais souvent avec d’autres tenues. Comme j’apprécie, le maillot est bien ajusté et ne flotte absolument pas. Il se fait finalement vite oublié. Les poches arrières sont très accessibles et permettent d’emmener pas mal de bazar, ce qui peut être pratique quand on part pour du très long. Petit revers de la médaille : les dites poches sont un petit peu lâches à mon goût ; pas d’inquiétudes cependant, je n’ai jamais rien perdu en route.

 

Le cuissard est également très, très, très confortable. Chose assez rare pour le préciser : je me suis tout de suite senti à l’aise sur la selle, confortablement « installé ». Comme toujours avec un nouveau cuissard, je l’ai d’abord essayé sur de courtes distances, pour voir s’il convenait et pour « faire » la peau de chamois, mais j’ai ici eu l’impression que j’aurais pu faire des sorties longues dès le début (ce que je ne conseille toujours pas néanmoins!). L’épaisseur de la peau de chamois est certainement la clef de la réponse, mais sa pose parfaite joue également sur ce confort. La peau ne bouge pas, suit le mouvement de votre corps parfaitement, assis en bec de selle ou plus en arrière comme en danseuse, dressé sur les pédales. Aucune gêne quand on se rassoit sur la selle, comme on peut en avoir parfois avec certains shorts. Testé en mode bikepacking sur la traversée des Pyrénées, avec un enchaînement de journées à plus de 10 h de selle, sous la pluie ou sous la chaleur ; le résultat est sans appel : aucune douleur. J’ai d’ailleurs préféré le cuissard Chef de File à celui de rechange, d’une marque suisse bien connue (et bien plus chère). Bref, le top. Et si le tissu me semblait assez épais il est néanmoins très respirant. Comme le maillot, ce cuissard se fait oublier, et c’est bien ce qu’on lui demande finalement.

Un mot sur les chaussettes : noires mais fines, avec deux tissages différents au niveau du pied, dont un plus léger, elles sont elles aussi très confortables, avec juste ce qu’il faut de compression pour rester bien en place et laisser le pied respirer.

📷 prises de vue : L’Oeil d’Édouard / post-traitement : Fabrice ©

MON VERDICT

J’aime

● la peau de chamois
● la respirabilité du maillot
● le confort général

 

● le rapport qualité/prix
● l’esthétisme (et le choix!)

À améliorer

● les poches un petit peu lâches

Un sans faute pour Chef de File avec une tenue qui tient toutes ses promesses. Très élégant, cet ensemble vous donnera envie d’aller rouler. Et avec une tenue aussi classe et confortable, un seul mot d’ordre : pédaler en tête, en bon chef de file !

 

 

D’autres articles sur les mêmes thématiques

Cyclisme

Conseils Matériel

Tests

Vous aimez cet article ?
Parlez-en à vos amis et inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé de nos dernières publications




Laisser un commentaire