Test : Suplest Edge 3, des chaussures rigides et confortables

Test chaussure de cyclisme Suplest Edge 3 bike shoes review

Suplest est la marque de chaussures qui monte dans le monde du vélo. La marque Suisse, plutôt élitiste côté tarifs, est plébiscitée par les pros. A juste titre ? J’ai testé le modèle Suplest Edge 3 (de 2019), milieu de gamme de la marque.

Description technique

Matériau : micro fibre
Poids : 310 g (la chaussure)

Semelle externe : carbone
Semelle interne : Solestar

Serrage : un BOA IP-1 + un scratch
Adaptabilité : Look, Speedplay, SPD-R, Tim

Un milieu de gamme haut-de-gamme

De manière très subjective, je trouve que ces Suplest Edge 3 en jettent ! A défaut d’être salissant, les souliers blancs semblent à la mode en ce moment dans les pelotons, et c’est vrai que cela a une certaine classe (et s’associe avec n’importe quelle paire de chaussettes si vous êtes pointilleux). La mode du fluo semble être passée, ce qui n’est pas un mal. Sachez tout de même que les Edge 3 existent aussi en noir.

des chaussures qui iront avec toutes vos tenues

Plus important que le look, la Suplest Edge 3 est très bien finie. Milieu de gamme de la marque (qui possède seulement trois modèles), elle possède néanmoins tout ce qu’on attend d’une chaussure haut-de-gamme. Le chaussant WRAP en micro-fibre typique de Suplest avec les deux pans de la chaussure qui se superposent, plus de languette à proprement parlé donc. Ce concept promet d’envelopper le pied.

plus de languette avec la technologie WRAP

Le serrage est assuré par un système BOA, désormais assez standard sur des chaussures à ce prix, et qui offre un serrage très précis. Un scratch permet d’ajuster la largeur sur le devant du pied. Le modèle numéro un de la marque se distingue ici avec deux systèmes BOA.

réglage précis grâce au système BOA

Une semelle interne elle aussi rigide de la marque allemande Solestar. Cette dernière peut surprendre tant les chaussures de vélo, même haut-de-gamme, offraient jusque là des semelles très souples. Pourtant, celles-ci ressemblent au modèle d’entrée de gamme de Solestar (le nom du modèle n’est pas marquée, difficile de vérifier).

les semelles Solestar sont très fines et rigides

Une semelle externe en carbone, avec deux aérations, l’une placée sur l’avant du pied, permettant à l’air de pénétrer dans le soulier, et une seconde au milieu permettant à l’air d’être évacué. Les cales peuvent être plus ou moins avancées, en fonction de la position de son pied et des préférences de pédalage. Enfin, la semelle est marquée d’une grille permettant un réglage des cales précis.

les deux petites aérations permettent de ventiler les petons

Suplest a soigné les détails avec une matière réfléchissante au niveau du talon et des talonnettes remplaçables. Le tout est proposé dans une “boîte-tiroir” et un sac à chaussures siglé d’un Grizzly, le logo (aussi très classe) de Suplest.

sac de transport, talonnettes remplaçables et bandes réfléchissantes : une finition soignée

Niveau poids, la Suplest Edge 3 (modèle 2019) n’est pas la mieux placée, avec 310g (taille 42,5). La marque suisse s’est d’ailleurs améliorée sur ce point pour son modèle 2020 qui passe sous la barre des 300g, avec un petit 279g, semelle incluse. Cela ne changera pas énormément la donne, sauf pour ceux cherchant à grapiller le moindre gramme.

On les enfile…

Sur un vélo, les pieds sont les seuls points d’appui avec les mains et les ischions pour des heures de pédalage. Autant dire qu’il vaut mieux être bien dans ses baskets quand on pédale. C’est également au niveau de la semelle que se transmet votre puissance sur la machine. Des chaussures très souples ne transfèrent pas efficacement les watts déployées à chaque coup de pédale. Autrement dit, vous appuirez “dans le vide” et irez moins vite. Le poids n’est pas non plus à négliger puisque, comme les pédales et les roues, ces éléments sont en rotation. Il est donc préférable de gagner quelques grammes ici plutôt que sur une selle. Sur ce dernier point, on l’a vu, la Edge 3 n’est pas la mieux placée.

les Suplest Edge 3 englobent bien le pied. L’échancrure au niveau de la maléole est parfaite

Il est très facile d’enfiler la chaussure, qui s’ouvre largement en desserrant le laçage BOA. A peine le pied installé, on sent la rigidité de la semelle interne, dont la courbure au niveau de la voûte plantaire est d’ailleurs assez prononcée. Si vous avez les pieds plutôt plats, cela risque par conséquent de ne pas être très agréable.

les semelles sont bien rigides, mais fortement prononcées au niveau de la voûte plantaire

L’espace à l’avant du pied est large ce qui me sied particulièrement bien. Enfin des chaussures dans lesquelles je n’ai pas le petit orteil qui frotte contre la paroi. L’arrière du pied semble plutôt bien calé avec une tige remontant relativement haut et des petits picots en silicone devant limiter la remontée du talon, en danseuse notamment. Enfin, grâce au système WRAP et au serrage BOA, le pied est bien englobé.

de la place pour les orteils et des picots pour éviter que le talon ne remonte quand on tire sur les pédales

 

…et on part rouler

J’ai fait l’erreur sur mes premières sorties d’à peine serrer la chaussure. Etant sujet aux échauffements sous les pieds, j’ai préféré laisser un peu de place pour mes petits petons. L’effet inverse s’est produit ! Après deux sorties, je pensais rendre les souliers. J’ai persisté en serrant davantage le BOA. Le pied est bien en place et ne bouge plus et grâce à la largesse à l’avant, pas de problème pour remuer les orteils. Le système WRAP permet de vraiment englober le pied sans avoir de point de pression. Ce sont les chaussures qui s’adaptent à votre morphologie et non l’inverse.

des chaussures confortables

Le serrage est assez délicat à ajuster et on peut rapidement comprimer un petit peu trop le pied et avoir des douleurs au niveau de la voûte plantaire. L’avantage du système BOA est de pouvoir visser ou dévisser le laçage en roulant, ce qui règle le problème. Notons que le pied a tendance à gonfler avec l’effort et la chaleur, mieux vaut donc ne pas trop serrer la chaussure au départ, quitte à redonner un petit tour de vis après quelques kilomètres. Dommage par contre qu’on ne puisse repérer la force de serrage qui nous convient afin de pouvoir l’ajuster dès le départ à la prochaine sortie, mais ceci ne peut être attribué à Suplest puisque la marque suisse est tributaire de la compagnie BOA.

le système BOA permet de régler le serrage en roulant

Après plusieurs sorties, dont quelques une de plus de 4h sous une forte chaleur, je peux dire que ces Suplest Edge 3 sont super confortables. C’est simple, on les oublie rapidement… et on peut se concentrer sur l’essentiel : son effort. La chaussure s’avère donc d’un grand confort et bien aérée. En effet, les petites aérations placées sous le soulier combinées à une semelle perforée sur la pointe permet à l’air de circuler dans le chausson. Les Suplest Edge 3 sont donc à privilégier quand la belle saison est là. Finis les échauffements sous les pieds !

une chaussure et une semelle aérées

 

Confort mais aussi rigidité

Niveau rigidité et transmission d’énergie, rien à redire. La semelle carbone et la semelle interne, elle aussi particulièrement rigide, ne souffrent d’aucune déformation même quand on appuie comme un sourd sur les pédales. Pas de soucis, vous ne perdrez pas de watts en route avec ces Suplest Edge 3. Cela est d’autant plus vrai en montée, en grimpant assis sur la selle et en déroulant bien le pied, ou même au sprint pour peu qu’on écrase les pédales au sens propre. De manière générale, j’ai trouvé le pédalage légèrement plus efficace en appuyant plutôt qu’en tirant sur les pédales.

le pédalage est efficace

Le talon remonte d’ailleurs légèrement en danseuse, malgré les picots en silicone. Cela est certainement dû à la présence d’un seul système BOA. Il faut cependant préciser qu’en plus d’avoir un pied assez large au niveau des métatarses, j’ai des chevilles et un talon plutôt fin et ai souvent eu ce léger désagrément, que ce soit à vélo, en randonnée ou à ski. Cela n’est donc peut-être dû qu’à mes pieds mal foutus.

pas de douleur, même après des heures de selle

MON VERDICT

J’aime

● le look
● la finition
● la rigidité

 

● le confort
● l’aération
● la largeur au niveau des orteils

À améliorer

● le prix (249€ pour le modèle 2020)
● un seul BOA
● le poids

Confortables, rigides, aérées, il n’y a pas grand chose à redire sur ces Suplest Edge 3. La finition est particulièrement soignée, on sent les deux Suisses derrière la marque Suplest attentifs au moindre détail. Les budgets plus serrés pourront se tourner vers le modèle Sport à 169€ (entrée de gamme de la marque… élitiste je vous avais dit) tandis que les plus exigeants s’offriront les modèles Pro à 359€… mais avec deux BOA.

Tous nos circuits à vélo dans notre rubrique À Bicyclette ainsi que tous nos tests matériel





Etiquettes