Au pied du GLACIER BLANC dans les Écrins

Le Glacier Blanc Massif des Écrins Hautes-Alpes France Randonnée Montagne Paysage - Mountain Landscape French Alps Outdoor Hike Hiking

Le Massif des Écrins est synonyme de haute-montagne, avec des sommets escarpés. Néanmoins, certaines de ses merveilles sont accessibles comme le Glacier Blanc. L’itinéraire de randonnée passant par le refuge éponyme permet d’atteindre le pied de la langue par un splendide sentier balcon.

Sommet : Glacier Blanc (2900 m)
Massif : Écrins (Hautes-Alpes)

Départ : Pré de Madame Carle (1874 m)

Carte IGN : Meije Pelvoux Écrins 3436 ET

Dénivelé : env. 1050 m (cumulé)
Distance : 12 km aller-retour

Durée : montée 2h30/3h30
(1h30/2h30 jusqu’au Refuge du Glacier Blanc)
Difficulté : ★★★☆☆

de juillet à octobre

Intérêt : ♥♥♥♥
Cascade
Glacier
Refuge

➜ Se rendre au Pré de Madame Carle

Depuis Grenoble ou Chambéry, passer par Briançon (via les cols du Lautaret ou du Galibier ou le Tunnel de Fréjus). Ensuite, suivre la direction de Gap puis prendre la route D4 pour rejoindre Les Vigneaux.

Depuis le Sud, suivre la direction de Gap puis Briançon en longeant le Lac de Serre-Ponçon. Au niveau de l’Argentière-la-Bessée, prendre la route D994e pour rentrer dans la vallée de Gyronde.

Ensuite, dans tous les cas, traverser Les Vigneaux, Vallouise puis Ailefroide et son camping de chaque côté. Poursuivre au bout du vallon sur une route sinueuse pour atteindre le parking du Pré de Madame Carle. L’accès est apparemment payant (2€) mais ça n’a pas été notre cas en août 2020… (et vous ? n’hésitez pas à partager vos infos dans les commentaires en bas)

Avant de partir, êtes-vous bien équipé ? ➜ retrouvez ma liste de contenu de sac à dos de randonnée ✔︎





Depuis le Pré de Madame Carle

Dès le (vaste !) parking, on est pris par l’immensité des montagnes qui nous entourent, le Mont Pelvoux (3946 m), le Pic de la Grande Sagne (3660 m), la Pointe des Arcas (3479 m)… La randonnée au Glacier Blanc commence par une grande allée en faux-plat jusqu’à un pont surpassant le torrent du Glacier Noir. Ensuite, le chemin se raidit mais les longs zigzags atténuent l’effort nécessaire. Au fil des pas, la perspective offre une vue d’ensemble de plus en plus attrayante avec le vallon du Pré de Madame Carle d’un côté et, de l’autre, le Glacier Noir, le Pic Coolidge (3775 m) et la face Sud de la Barre des Écrins.

Le sentier contourne ensuite les reliefs du Serre Soubeyran pour atteindre un surplomb rocheux à 2269 mètres. On découvre alors une magnifique vue sur une large combe, témoignant désespérément du recul du Glacier Blanc… Nombre de randonneurs, à l’aller et/ou au retour, y font déjà une étape fraicheur en se posant au bord du torrent. Il est vrai que l’on sent déjà un agréable petit air plus frais qui fait du bien.

Le Refuge du Glacier Blanc

Pour rejoindre ensuite le Refuge du Glacier, il faut redescendre un peu sur les dalles pour traverser le torrent par le pont (enfin, c’est ce que je vous conseille…). Le sentier longe alors une paroi avec quelques pas sur rochers irréguliers (attention si humides ; une main courante y a été placée). Après cela, on alterne entre sentier sur cailloux et passages un peu crapahutants sur rocher (là encore, toujours équipés d’un câble pour aider). Si, sur fond de cascades ruisselantes, la vue sur le Glacier blanc se fait de plus en plus proche, c’est dans le dos que l’impression est davantage remarquable avec le Mont Pelvoux, majestueux.

 

On arrive ensuite sur un petit replat où a été construit le Refuge Tuckett en 1886, vestige encore vivant des prémices de l’alpinisme et exposant son histoire à l’intérieur. Une “dernière” petite montée sur un large sentier, finissant avec un passage sur des grosses marches dans la roche, et nous atteignons le Refuge du Glacier Blanc, grosso modo 2 heures après le départ du Pré de Madame Carle. Le promontoire à 2550 m sur lequel il a été installé offre une vue imprenable sur le Mont Pelvoux en face. On peut alors admirer son glacier suspendu et, à droite, la suite de la chaine avec le Pic Sans Nom (3913 m) et l’Ailefroide (3827 m). De l’autre côté, on peut également observer les “roches moutonnées“, façonnées par le mouvement du Glacier Blanc pendant des millénaires et dorénavant décalottées…

Jusqu’au pied du Glacier Blanc

Que ce soit pour y passer une nuit ou pour une randonnée à la journée, le Refuge du Glacier Blanc peut déjà être un objectif en soi. Mais, si vous en avez la curiosité et l’énergie, je vous conseille vivement de poursuivre un peu en direction du Refuge des Écrins. Le sentier part derrière le bâtiment sur les dalles anciennement polies par le glacier puis monte en lacets sur un large sentier de pierres amassées sur la moraine latérale. Bien moins compliqué que les quelques passages rencontrés avant, le parcours balcon offre un splendide panorama sur le Glacier Blanc.

 

À un moment donné, un panneau informe que la suite de l’itinéraire est “réservé aux alpinistes“. Alors oui mais non, je l’explique : dans l’absolu, oui, parce qu’il conduit jusqu’à une randonnée glaciaire. Néanmoins, on peut encore poursuivre au-delà du panneau à condition de rester sur le chemin de randonnée. Au bout d’un moment, dans le virage du glacier, c’est évident, on ne peut plus continuer sans un équipement spécifique (baudrier, corde, casque…). Reste à alors à savourer le merveilleux paysage offert par la nature. Devant nous, la Pointe de la Grande Sagne (3660 m) puis une longue perspective se déploie sur le Glacier Blanc avec, en arrière-plan, le Dôme et la Barre des Écrins, point culminant du massif (4102 m).

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

Retrouvez tous nos conseils montagne et topos randonnée dans les Hautes-Alpes dans notre rubrique Trace Les Cimes△△