SRI LANKA #2 : montagnes, thé et safari

Paysage dans le train, Sri Lanka

À tous ceux qui ont soif de découverte et de nature, la région montagneuse qu’est le Centre du Sri Lanka sera pour vous un petit paradis. Entre montagnes, chemins escarpés, rizières, plantations de thé et cascades : votre envie de verdure et d’air frais sera largement assouvie. Ce deuxième article sur le Sri Lanka revient sur la deuxième semaine de mon voyage à savoir des randonnées, des marches, de crapahute et un safari dans la région la plus verte de l’île.

 

1) Le train de Kandy à OHIYA

Monter dans le train qui relie Kandy à Badulla est une étape obligatoire de votre voyage au Sri Lanka. Cette ligne de train a été l’objet de nombreux reportages dont un fameux Des Trains pas comme les Autres qui m’avait donné envie de faire ce trajet.

D’un point de vue pratique, il est vraiment simple de se rendre à pied à la gare de Kandy (elle est située derrière le Marché). Les trains partent régulièrement à destination de Badulla et desservent les gares principales (Nanu Oya, gare à 10kms de Nuwara Eliya, Hatton, Ohiya, Ella etc…). Pour connaître les horaires et les tarifs de tous les trains du pays, le site Slr.Malindaprasad.com sera votre meilleur allié au cours de votre voyage au Sri Lanka !

Pourquoi visiter Ohiya ?

Vous le verrez, il y a énormément de voyageurs sur le quai de la gare de Kandy. La plupart partent à Nuwara Eliya, une petite ville coloniale vantée par les guides pour son architecture et son golf. Personnellement, j’ai préféré l’éviter : l’hébergement et les restaurants y sont très chers, c’est très touristique donc j’avais peur d’un nouveau « Kandy ».

 

De plus, je n’avais ni mes clubs ni mon pantalon à carreaux et j’avais besoin de montagne, de cailloux, de frais, de marches et de courbatures dans les mollets ! Donc j’ai choisi (et j’étais bien le seul dans le train) de m’arrêter à Ohiya pour aller faire une étape randonnée de deux jours dans les plantations de thé. Non pas celles des cartes postales du Sri Lanka mais les plantations perchées tout la haut sur les montagnes sri lankaises.

 

Le train et l’arrivée à Ohiya

Le train qui relie Kandy à Ohiya a duré 5h. Pour la première fois au Sri Lanka, je n’ai absolument pas vu passer le temps. J’avais réservé une place en deuxième classe (avec ma fenêtre privative et ma petite banquette confortable). En terme de tarif cela revient à environ 1200 rupees par personne, le billet seul coûtant 180 rupees, le reste étant pour la réservation. Ce qui fait certes une différence importante mais je vous le conseille parce que vous serez largement remboursés en admirant les superbes paysages qui défilent à travers les fenêtres du train.

 

Montagnes, rizières, plantations de thé, villages, cascades, fleuves… Tout un panorama magnifique que vous aurez le temps d’apprécier puisque le train dodeline à 25kms/h. Les portes ouvertes du train vous permettent de prendre ces paysages en pleine poire en vous penchant dans le vide. Embaumé par les odeurs qui émanent des paniers des vendeurs de beignets, de mangues, cacahuètes et piments, j’ai passé un voyage en train tellement beau et déroutant que j’en garderai un souvenir très fort. Un des temps les plus forts de mon voyage au Sri Lanka.

Les randonnées à Ohiya

Le choix des randonnées est multiple voire infini à Ohiya, tous les chemins que vous emprunterez traverseront des plantations de thé et en fonction de votre motivation vous pourrez même atteindre le parc national des Horton Plains en quelques heures de marche. Pour ma part, logeant au Hill Safari Lodge (situé à 4kms de route vertigineuse depuis la gare) j’ai choisi de monter les différentes collines et de marcher sur les différentes crêtes qui entourent Ohiya.

 

De là, j’ai eu une vue absolument incomparable sur les montagnes, les vallées, les lacs et même jusqu’à la mer. De l’avis des locaux et de randonneurs, le point de vue du haut des collines de Ohiya est encore plus beau que celui de World’s End (et en plus c’est gratuit). Les chemins que vous emprunterez sont les routes que les cueilleuses de thé prennent pour se rendre dans les plantations. On ne peut que ressentir un immense respect envers elle lorsqu’on les croise pieds nus, portant sur la tête des sacs remplis de feuilles et marchant sur des roches abruptes.

Infos pratiques sur le Train au Sri Lanka et Ohiya

Le Train et différents trajets

Pour ma part j’ai pris le train qui part de Kandy à 8h47 (platform 2). C’est un bon compromis au niveau des horaires puisqu’il vous permettra d’arriver à destination en fin de matinée ou début d’après midi. Au niveau du tarif, si vous ne prenez pas de réservation il vous en coûtera 180 rupees en seconde classe (je conseille la réservation). Je déconseille la première classe, qui est plus chère, bondée (tout le monde veut voir le wagon panoramique qui n’a que peu d’intérêt) et très bruyante.

 

Petit aparté : pour ceux qui souhaitent aller sur l’Adam’s Peak (je ne l’ai pas fait parce que j’étais en période de pèlerinage au Sri Lanka et l’ascension pouvait s’avérer être très très longue), il faut emprunter le même train, descendre à Hatton et de là prendre un tuk tuk pour Dalhousie (prononcez « Delahouse ») qui vous coûtera 1500 rupees.

 

Où dormir à Ohiya ? Combien de temps y rester ?

Pour dormir et manger : pour ma part j’ai dormi au Hill Safari Lodge. Alors attention : c’est spartiate, la nuit n’est pas vraiment donnée mais il n’y a pas de meilleur endroit pour les départs de randonnées. Si le confort est rudimentaire dans les chambres économiques (4000 rupees quand-même), les chambres luxe (8000 rupees) sont vraiment jolies. Gros plus du lodge : la vue imprenable sur toute la vallée et jusqu’à la mer. Le dîner et le petit déjeuner sont inclus.

Pour pouvoir profiter de toutes les randonnées, selon votre rythme de marche et si vous choisissez ou non d’aller voir les Horton Plains, il faudra passer une nuit voire deux à Ohiya. Pour ma part, ayant marché sans arrêt, j’y ai passé 2 jours et une nuit (j’étais reparti en fin de journée vers Ella en train).

2) ELLA, temple du thé au Sri Lanka

Pour ceux qui ne le savent pas, le Sri Lanka est le 3ème producteur de thé au niveau mondial, Lipton a notamment été fondé au Sri Lanka. La plupart du thé qui est produit dans le pays provient de la région Centre. De ce fait, du thé, il y en a partout ! Ella est un petit village de montagne qui possède sa propre fabrique de thé. C’est une étape bien connue des voyageurs, elle est réputée pour sa douceur de vivre..

 

Les randonnées à Ella

Avant tout, quand vous arriverez à Ella vous serez surpris par le soin qu’il est apporté aux randonneurs, il est inégalé au Sri Lanka : des plans de la ville et des cartes de randonnées sont distribués, les rues portent des noms, les distances sont affichées et les itinéraires de randonnées sont balisés. Que demande le peuple ? C’est royal ! Après l’étape à Ohiya, tout m’est apparu comme génial à Ella ! 🙂

En rayonnant en étoile (et exclusivement à pied ou par de petits trajets de 15 minutes en bus) de nombreuses opportunités de randonnées s’offrent à vous : le Little Adam’s Peak, la fabrique de thé de la ville, le Ella Rock et les chutes d’eau de Perawella. Pour toutes ces balades qui sont relativement faciles, le petit plan est d’une utilité incroyable ! N’hésitez pas à le réclamer.

 

➤ Le Little Adam’s Peak

Si chacune des randonnées que propose la ville est magnifique parce qu’elles vous emmèneront à travers la végétation luxuriante, les plantations de thé, les cascades et les falaises aux à-pics vertigineux, la première à faire est le Little Adam’s Peak. Empruntez la Pasara Road jusqu’au Ella Flower Garden Resort puis tournez à droite sur le petit chemin (indiqué) qui marquera le début de l’ascension. Tout au long du chemin, on est dans les plantations et arrivé au sommet, on s’offre un point de vue magnifique sur les montagnes, les cascades ainsi que tous les autres chemins de randonnée qui vous attendent à Ella. C’est une étape incontournable à Ella.

➤ Uva Halpewatte : la fabrique de thé

Envie de voir plus de plantations de thé ? De comprendre comment le thé est vert sur l’arbuste mais arrive noir dans votre boule à thé ? Et bien rien de mieux que la visite de Uva Halpewatte ! C’est la fabrique de thé de Ella. Surtout ne commettez pas le sacrilège d’aller à la fabrique en tuk tuk, allez y à pied. En partant tôt (il y à 7 kms) vous arriverez sur place pendant que les employés de la fabrique s’affairent à vous créer un nectar de boisson. La visite coûte 350 rupees par personne, dure environ 1h, on apprend plein de choses et à la fin (comme chez Guinness), on déguste une tasse de thé sur un roof top qui offre une vue géniale.

 

Infos pratiques à Ella

Où dormir à Ella ? Combien de temps y rester ?

Pour dormir : je vous conseille la Home Holiday Guest (située Pasara Road). Les tarifs sont peu élevés (entre 1500 et 3000 rupees la nuit), la propriétaire est hyper gentille et il ne vous faudra que quelques minutes de marche pour atteindre le centre de Ella. Petit conseil : pour les sorties nocturnes, pensez à la lampe frontale.

Pour manger : il y a plein de restaurants et de bars occidentaux à Ella dont le très connu Chill Café. Si bien entendu je vous le recommande pour le soir, pour le midi je vous conseil le Curd and Honey Shop. Les plats sont excellents, vraiment pas chers et l’établissement est central.

Pour profiter au maximum de tout ce que la ville d’Ella et ses alentours vous offrent deux jours est un bon compromis. Pour venir à Ella, le train est le meilleur plan. C’est le même train qui part de Kandy et qui m’a amené à Ohiya. Seulement il faut ajouter 2h de plus. Si vous faites une halte à Ohiya, il y a un train qui part à 13h30 et un autre à 15h56 (horaires qui ne prennent bien entendu pas en compte les retards). Le tarif en deuxième classe est de 70 rupees par personne.

3) ARUGAM BAY, les grosses vagues du Sri Lanka

Après avoir crapahuté dans la montagne pendant quelques jours, il faut bien reposer ses jambes et calmer le feu des courbatures. Pour cela rien de mieux que de prendre un bus qui vous emmènera vers Arugam Bay, le hotspot du surf au Sri Lanka.

Glandouille ou surf à Arugam Bay

C’est un changement de décor radical qui vous attend si vous décidez de faire une halte sur la côte Est. De longues plages de sable doré qui s’étalent à perte de vue, de la chaleur, des longues et grosses vagues ainsi qu’un rythme beaucoup plus calme. Effectivement, même s’il y a quelques temples ou lieux à visiter, dans cette région l’activité principale est la baignade ou le surf dans une mer chaude et agitée.

Pour ceux qui s’adonnent à la bronzette ou au surf, passer plusieurs jours dans cet endroit est vraiment agréable. Pour ma part, j’ai adoré y passer une journée au calme, sur la plage en alternant l’écriture du carnet de voyage et la baignade. Une journée était assez, après il fallait retrouver de la verdure ! 🙂

Infos pratiques à Arugam Bay

Comment se rendre à Arugam Bay ?

Au départ de Ella, il y a un bus qui part à 9h30 du matin devant le Curd and Honey shop. Ce bus vous permet d’atteindre Siyambalanduwa (accrochez vous pour le prononcer correctement et vous faire comprendre) en 3h30 (soit environ 190 rupees). De là, il y a un bus qui part à 13h30 pour Arugam Bay. Pour rejoindre l’arrêt pour le deuxième bus, arrivé à Siyambalanduwa, il vous faudra marcher à peine 200 m (le prix du bus, qui dure 1h est de 70 rupees). Autrement, un tuk tuk coûte 1000 rupees et vous amène à Arugam Bay en 45 min.

Où dormir à Arugam Bay ? Combien de temps y rester ?

Pour dormir : je vous conseille le Paradise Sand Beach (située Pasara Road) Si son nom sonne comme celui d’un hôtel de luxe, il n’en est rien. C’est un petit hôtel sans prétention, vraiment sympa, tenu par un couple d’Australiens très gentils. Ils louent de petits bungalows tout confort (terrasse, ventilateur et très bonne literie) à 30m de la plage pour 2500 rupees la nuit.

Pour manger : une des institutions sur place est le Why not. Fruits de mer, rice & curry et autres plats cuisinés aux épices vous seront servis pour des tarifs peu élevés.

Le séjour sur place dépend vraiment de ce que vous aimez : si vous aimez le surf, restez peut être deux jours histoire de taquiner les vagues. Si vous ne surfez pas, une journée est suffisante, histoire de souffler après les randonnées.

4) TISSAMHARAMA, un coup de cœur

Tissamharama est connue pour son lac et sa proximité avec le parc national de Yala. Outre la beauté des paysages, c’est une toute petite ville qui jouit d’une certaine douceur de vivre et qui est entourée par de magnifiques montagnes.

 

Le plus beau safari du Sri Lanka

La visite de la ville de Tissamharama, bien que douce et agréable, ne dure que peu de temps. Le must c’est de la visiter au moment du soleil couchant. Les couleurs que la lumière du soleil tombant donne aux eaux du lac est absolument magnifique. C’est d’ailleurs à ce moment que les chauves-souris viennent se donner rendez vous dans les grands arbres qui poussent au milieu des eaux et également le moment choisi par les crocodiles pour pointer le bout de leur nez (donc pas de baignade).

 

Là où réside le véritable intérêt d’une étape à Tissamharama est de faire un safari dans le parc de Yala, qui est à seulement 28kms de la ville. Tous les hôtels organisent ce genre de safari. Pour profiter pleinement de l’expérience, je vous conseille les safaris du matin (départ à 4h30) et de le faire durer jusqu’à 12h ou 13h maximum. Après c’est très compliqué de voir des animaux et surtout les pistes du parc sont vraiment bondées. En terme de tarif, c’est environ 5000 rupees par personne. Si ça peut paraître cher, une fois dans le parc vous serez (je vous le souhaite) totalement émerveillés par ce que vous verrez.

 

Des éléphants, des ours, des buffles, des léopards (qu’on a eu la chance de voir et d’approcher), des oiseaux, des crocodiles et un paysage d’une rare beauté. Le parc de Yala est pour ses visiteurs un ravissement permanent. Nul besoin de faire la course à la photo, de faire la chasse à qui va voir le plus d’animaux. En partant tôt et en étant patient (et en ayant un bon guide) tout viendra à point à qui saura attendre. Je garde un souvenir très ému de mon passage dans le parc. Je ne saurais que trop vous le recommander, c’est une expérience intense !

 

Infos pratiques à Tissamharama

Comment se rendre à Tissamharama ?

Plusieurs options sont possibles, si vous partez de Arugam Bay, il y a un bus qui met 5h pour s’y rendre. Il part de Pottuvil (à 3kms de Arugam bay) s’arrête Monaragala et de là vous prendrez un autre bus direction Tissamharama. Au total, le trajet doit coûter environ 250 rupees. Autrement, si vous n’allez pas à Arugam Bay, il y a un bus qui part de Ella directement et s’y rend en 4h (environ 200 rupees). Pour ma part, j’ai craqué, j’ai pris un taxi de Arugam Bay à Tissamharama. Pour 9000 rupees (on était deux) pendant 3h de route on a roulé à tombeau ouvert, j’ai serré les fesses tout le trajet tellement j’ai eu peur et le chauffeur a voulu nous arnaquer. Donc mauvaise expérience. 🙂

Où dormir à Tissamharama ? Combien de temps y rester ?

Pour dormir et manger : la meilleure adresse est l’Hôtel River Front. Un hôtel tenu par une famille charmante qui n’hésitera pas à vous accompagner pour une visite de la ville quand le soleil se couche. Les chambres sont tout simplement superbes et la nourriture y est divine. C’est une excellente adresse. Les nuits sont à environ 3500 rupees.

Si vous arrivez dans l’après midi (avec le trajet), que vous visitez la ville dans l’après midi, une nuit est suffisante à Tissamharama. Par contre, il faudra vous lever tôt si vous faîtes un safari.

🇱🇰 Retrouvez tous nos articles sur le SRI LANKA 🇱🇰




SRI LANKA #2 : montagnes, thé et safari
5 (100%) 7 vote[s]

Etiquettes