Partir à Bali : composer son voyage

Temple sur la route de Pancasari, Bali

Bali, cette petite île cristallise en son sein toutes les splendeurs et les déboires que l’on peut rencontrer en Asie du Sud Est. Ainsi, organiser son voyage à Bali peut s’avérer riche en reflexions, parce que selon les endroits où l’on se rend, l’ambiance et les prix changent de manière radicale. Les possibilités sont nombreuses et il y autant de manière de vivre son voyage qu’il y a de voyageurs. Préparer son itinéraire ou les étapes dans lesquelles on va poser son paquetage est primordial dans n’importe lequel de ses voyages, mais sur un territoire si petit et autant contrasté que Bali c’est d’autant plus important. Voici quelques petits conseils pour vous aider à organiser votre voyage.

Itinéraire voyage à Bali

Si le fait de voyager sur Bali est considéré à juste titre comme facile et non risqué, il convient de faire les bons choix d’étapes, comme partout ailleurs, pour réussir son voyage. En effet, tout dépend de ce que l’on recherche pendant ses vacances mais tous les types de tourismes sont représentés sur Bali. De la fête à outrance dans le sud de l’île aux treks difficiles du centre de Bali, son territoire est construit en différents spots battis autour d’un type d’activité.

LE SUD DE L’ÎLE

Le Sud de Bali est vanté pour le surf, pour la fête et pour sa vie de débauche. Si pour le surf, vous pourrez facilement louer une planche et prendre des cours, il faut simplement avoir à l’esprit que Bali n’est pas spécialement un spot pour débutant puisque les vagues atteignent facilement deux mètres. Ceci étant, cela rend également compliquée la baignade sur la plupart des plages du sud de l’île.

Kuta ou Sanur ?

Voici deux villes qui représentent les deux extrêmes de ce que le sud de l’île propose. L’une complètement folle et l’autre une station balnéaire familiale et romantique. Afin de vous aider à choisir, quelques informations sur les deux villes.

À Kuta, on y vient pour faire la fête et surfer. Toute la nuit les bars et les boîtes de nuit sont ouverts, des fêtes sont organisées sur la plage, l’alcool coule à flots. On y vient pas pour sa vie diurne mais uniquement pour la nuit. Le jour il est possible de surfer, mais pas de nager, et c’est tout. Pour qui recherche un endroit où faire la fête non stop c’est là où il faut se rendre. Avec bien entendu tous les désagréments de ce genre de ville : prostitution, drogue (qui est passible de lourdes peines en Indonésie) et bruit permanent.

À Sanur, destination privilégiée des jeunes mariés australiens, l’ambiance est plus feutrée et plus familiale. Déjà il est possible de se baigner du fait que la barrière de corail casse les vagues au large, il n’y a pas de boites de nuits mais des restaurants et l’atmosphère est moins survoltée. Du fait cette ambiance, l’hébergement est un peu plus cher qu’à Kuta et particulièrement pris d’assaut. Sanur est la destination privilégiée pour le farniente en sirotant un cocktail les pieds dans le sable tout en parfaisant son hale.

Deux ambiances différentes, où l’on vient chercher soit le repos (et accessoirement le luxe) soit la fête. Dans ces deux atmosphères totalement différentes par essence, il y a un point commun : on est pas vraiment à Bali. En effet, on y retrouve surtout un mode de vie occidental. Gastronomie, bars, enseignes tout vous rappellera la maison. Alors pour les assoiffés de culture balinaise, explorer les autres parties de l’île est nécessaire. C’est d’ailleurs pour cette raison que pour beaucoup, le sud de Bali n’est qu’une étape dans un périple, juste là où dormir le temps de se remettre du voyage.

LE CENTRE DE BALI

Tout comme il s’agit du coeur de l’île, un passage vers le centre de Bali peut s’avérer être le cœur de votre voyage. Treks, visites de temples, marche dans les rizières et rencontres, cette région très riche mérite d’être une étape importante dans un voyage à Bali. Une nouvelle fois, les lieux où l’on séjourne vont déterminer les pratiques. Ubud, Munduk, Candikuning ou Bedugul? Voici quelques éléments clés qui pourront orienter votre choix.

Ubud

Etape incontournable dans le centre de Bali, Ubud est une des plus grandes villes de l’île : surpeuplée, très fréquentée par les touristes et trépidante. En centre ville ou non, y trouver un logement est très facile. Pour les personnes en quête des rizières, de la nature, du calme et d’échanges avec les balinais, je vous conseille de prendre un hébergement dans les villages du nord ouest d’Ubud (aux alentours de la crête de Campuan). En revanche, pour ceux qui préfèrent les spas, la piscine, les restaurants à l’ambiance cosie, les boutiques souvenirs, il est préférable de s’orienter vers le centre ville d’Ubud. Au niveau de la durée de séjour, il vous faudra 3 ou 4 jours pour visiter Ubud et les temples aux alentours de la ville.

La région des lacs

Au Nord d’Ubud se trouve la région des lacs, à proximité de Bedugul et Munduk. Beaucoup moins fréquentée par les touristes, se rendre dans cette région vous plongera littéralement dans le cœur de la culture balinaise. Quelques petites précautions avant de visiter le centre de l’île : il y fait froid (les villages sont en altitude), la religion prédominante est l’Islam (donc on se réveille très tôt à l’appel à la prière) et il n’y a aucune activité le soir (même les restaurants sont rares). Quant à l’hébergement, il est assez rustique, il y a souvent des guesthouse et l’hôtellerie est un peu plus onéreuse qu’à Ubud.

Que vient on y faire alors ? Du trek essentiellement. Pour les randonneurs chevronnés, il y a de nombreux guides expérimentés qui pourront proposer des treks en montagnes, sur les volcans ou autour des lacs allant de la demi journée à la semaine. Pour les promeneurs, de nombreux chemins de randonnées partent à travers les rizières, passent par des temples et des marchés. Autrement, louer un véhicule (motobike) et parcourir les magnifiques routes qui bordent les villages est également faisable. Selon vos centres d’intérêt, si vous êtes randonneur ou non, la durée de séjour peut s’échelonner entre 2 jours et une semaine.

Où se rendre dans le centre? Voici une question qui peut se poser justement en fonction de ses intérêts. Si vous cherchez uniquement le trek, préférez Munduk. Si vous souhaitez plutôt la marche douce, les visites de temples et les marchés, préférez Bedugul. Simplement, pour vous déplacer vers d’autres villages en partant de Bedugul il est préférable de louer une moto.

LE NORD ET L’EST DE L’ÎLE

Le Nord et l’Est de Bali sont des région côtières, bordées par des plages de sable volcanique. Les deux sites les plus visités de cette partie de l’île sont Lovina et Amed. Lovina et Amed ne sont pas des villages mais des noms donnés à deux groupements de villages de pêcheurs. Dans ces deux régions les paysages et l’ambiance sont très différents.

Lovina or not Lovina ?

Souvent qualifiée du Kuta d’il y a 30 ans, Lovina fait cohabiter des villages de pêcheurs traditionnels et des hôtels éparpillés sur 3 villages. C’est Kalibukbuk qui est le plus visité et c’est là où est concentrée dans une ruelle la nuit nocturne de Lovina, à savoir quelques bars et restaurants plutôt sympas. L’ambiance y est cosie, c’est comme si on avait prit Sanur, qu’on l’avait rendu plus abordable et prit Kuta et qu’on y avait retiré toute sa folie. Ça donne un endroit reposant avec des lieux où sortir, mais qui manque cruellement de sites à visiter dans ses alentours.

 

Lovina est donc idéale pour quelques jours de farniente au bord de l’eau, sympa en famille et surtout à un budget très abordable. De plus, étant à la base un groupement de villages de pêcheurs, on se sent à Bali et non pas dans une extension de l’occident. Où sinon c’est une étape détente après avoir faire un trek dans le centre de l’île.

Simplement, il est vrai que si Lovina est connue pour ses excursions pour aller voir les dauphins, il faut savoir que c’est assez cher, il faut se lever à l’aube et il ne faut pas s’attendre à un moment magique mais plutôt à un spectacle finalement assez triste. Voyez donc comme Lovina comme une jolie entrée en matière aux plages volcaniques de Bali et un avant goût avant Amed.

Amed ou les plus belles plages de Bali

Aaaaah la douceur de vivre d’Amed… Largement vantée dans tous les guides elle n’est pas une légende. Il s’agit, comme pour Lovina, de plusieurs villages de pêcheurs dont le plus central est Jemeluk. Seulement, pour ceux qui trouvent Kuta à leur goût, qui pensent que Lovina avec uniquement ses quelques bars est déjà un endroit ennuyeux, passez votre chemin pour Amed. En effet, si les sites sont magiques et les eaux cristallines à partir de 18h30 il n’y a plus grand chose à faire à Amed (à part un restaurant et c’est tout).

 

C’est donc entre 6h et 18h que le vrai spectacle a lieu à Amed. C’est un des meilleurs spots de snorkeling de Bali. En effet, à très courte distance de la plage vous serez au milieu des poissons et des massifs coralliens. De nombreuses écoles de plongée vous proposeront de plonger à Tulamben pour voir l’épave du Liberty (navire ayant été coulé pendant la Seconde guerre mondiale non loin de Amed) ou bien de faire des randonnées en snorkeling.

Outre la plage, pour ceux qui souhaitent bouger il y a de nombreux départs de treks depuis Amed, notamment sur les différents « Gunung », dans les rizières, dans les villages. Qui plus est, les routes sont beaucoup moins fréquentées que dans la région de Lovina ou bien même Ubud rendant la circulation plus buccolique. Pour apprécier Amed et ses environs, il vous faudra 3 voire 4 jours pour visiter sans se presser et avoir le temps de faire un trek.

 

LES ÎLES GILI

Souvent décrites comme une étape obligatoire lors d’un voyage à Bali, ces îles s’adressent surtout aux voyageurs amateurs de plongées et en quête de plages idylliques. Ces trois îles sont très petites et en souvent moins d’une heure vous en aurez fait le tour à pied. Pour les accrocs de la marche ou pour les hyperactifs de la rando, ce n’est pas sur ces îles que vous pourrez assouvir votre soif. En revanche, de l’avis de plongeurs chevronnés il s’agit d’un des plus beaux spots du monde.

Quelle île visiter à Bali ?

Trois îles, trois ambiances, trois budgets et par conséquents trois types de voyageurs différents s’y rencontrent. Sur Gili Trawagan, clairement c’est la fête qui prédomine. Des bars, des boîtes de nuit, des hôtels et une vie nocturne agitée c’est le paradis des clubbers en recherche de fête au bord de l’eau. Plus calme mais plus exclusive, Gili Meno s’adresse au tourisme de luxe. Établissements cinq étoiles au service d’exception et aux tarifs prohibitifs. On ne peut pas faire la fête sur cette île mais on peut s’y ressourcer en sirotant des cocktails homemaid dans une chaise longue les pieds dans le sable blanc. Gili Air, est le paradis des roots et est entre les deux îles. Hôtels pas cher, restos BBQ de poisson cuits au feu de bois sur la plage, cette île fleure bon la bohème. Même s’il y a quelques établissements chers, la plupart des hôtels sont bons marchés. Le soir pas de fête mais une ambiance lampions colorés et musique douce. On y prends le temps de vivre…

 

Sur les trois îles, il y a de nombreuses écoles de plongée qui proposeront de faire aussi bien des baptêmes ou passer les examens pour obtenir l’open water. Plus économiques que celles de l’Hexagone, elles vous permettront de vivre un moment magique sans vous ruiner (40 € le baptème de plongée, qui durera environ 3h de l’initiation en piscine à la plongée). Petit plus, les écoles sont toutes certifiées PADI ou de la Fédération Française de plongée et nombres d’instructeurs sont français.




Info pratiques pour réussir son voyage à Bali

 

✈️ SE RENDRE À BALI

Incontestablement, la meilleure compagnie aérienne pour s’y rendre est Malaysia Airlines. Les avions sont récents, le service irréprochable et les escales à Kuala Lumpur (hub de la compagnie) sont plus courtes que celles des concurrents.

🚌 SE DÉPLACER À BALI

Inutile de stresser pour vous rendre quelque part à Bali ! Dans la rue, peut importe l’endroit, vous trouverez toujours quelqu’un qui se proposera de vous emmener où vous voudrez (contre rémunération bien sur). Autrement, les bureaux où réserver les shuttle bus (transports collectifs qui sont beaucoup moins cher que les taxis et mettent le même temps entre les étapes) sont très faciles à trouver, souvent ils ont des bureaux sur les grandes artères. Où que vous soyez, ils viennent systématiquement vous chercher entre 9h et 9h30 à votre hôtel.

🚖 Quelques petites idées de prix de taxi

Kuta-Ubud : 250 000 rpa (soit 16.5 €) pour 1h30 de taxi ou 90 000 rpa (soit 6 €) en shuttle bus.
Ubud-Bedugul : 250 000 rpa (idem) pour 1h15 de taxi. Perama shuttle bus ou Pariwasata shuttle bus 100 000 rpa (soit 6.60 €).
Bedugul-Lovina : 250 000 rpa (idem) pour environ 1h45 de taxi. Perama shuttle bus ou Pariwasata shuttle bus 100 000 rpa (soit 6.60 €)
Lovina-Amed : 320 000 rpa (soit 21.20 €) pour 2h00 de taxi. Le shuttle bus (que vous pouvez réserver partout dans la rue principale de Kalibukbuk) est à 90 000 rpa (6 €).
Bateau aller-retour Bali-Gili Air : 600 000 rpa par personne (et déjà c’est presque une arnaque : 40€ pour l’aller retour). Un conseil, achetez à Bali l’aller et le retour. Parce que les agences sur l’île vous vendront le retour plus du double.

🥗 MANGER À BALI

Les plats nationaux à Bali sont le nasi goreng (riz frit) et le mie goreng (nouilles frites). Ils coûtent entre 20 000 rpa (1.30€) et 40 000 rpa (2.60 €) selon où on est.

 

🛏 SE LOGER À BALI

Si vous galérez, partout dans la rue des personnes se présenteront spontanément pour vous proposer un hébergement. Les tarifs des chambres oscillent entre 200 000 rpa (13.5 € la chambre) et 400 000 rpa (26 € la chambre) par nuit pour des établissements de charme. Sinon vous en trouverez partout entre 100 000 et 180 000 rpa (entre 6.65 € et 12 € la chambre).

Quelques bonnes adresses logement à Bali

à Ubud : le Ubud Terrace, petit hôtel pas trop cher avec piscine et vue sur les rizières. Pour une chambre avec air climatisé, comptez 300 000 rpa la nuit (soit 20 € la chambre).

à Bedugul : le Warung rekreasi, un hôtel qui propose de passer la nuit dans des petites maisons en bambou construites dans la forêt, plus cher (et surtout hyper froid, prenez la doudoune !) il est à 500 000 rpa la nuit (soit 30 € la chambre), mais ça vaut le détour.

à Lovina : le Lovina Beach Hotel, les pieds dans l’eau, à deux pas des restaurants. Pour 250 000 rpa la nuit (17 € la chambre) c’est le bon rapport qualité prix de Kalibukbuk.

à Gili Air : le Tangga Bungalow, magique de passer la nuit dans une maison de bambou non loin de la plage. Rudimentaire mais tellement charmante, cette guesthouse est l’hébergement le plus écolo de Gili Air et surtout le plus zen. 200 000 rpa la chambre (soit 13 € la nuit).

🇮🇩 Retrouvez tous nos articles sur l’INDONÉSIE 🇮🇩



Partir à Bali : composer son voyage
5 (100%) 14 votes

Etiquettes