Escapade à Bali

Rizieres du Gunung Kawi à Tampaksiring, Bali

Les couleurs des rizières, la richesse des fonds marins, le parfum des offrandes et des épices, les sourires ainsi que les fascinantes rencontres, voici en quelques mots mon invitation au voyage à Bali. Mon périple de trois semaines sur l’Île des Dieux a été une formidable aventure humaine en immersion dans la culture balinaise.

Introduction à mon escapade balinaise

UBUD, première étape de mon voyage

Après avoir passé une nuit (et seulement une seule) dans la ville complètement folle de Kuta, j’ai pris la clé des champs en direction d’Ubud. Située au centre de l’île, Ubud est une des plus grandes villes du Bali. Elle est surtout connue pour ses rizières, sa forêt sacrée, ses spectacles de danse et sa douceur de vivre (largement vantée dans le film Mange Prie Aime).

Cette première étape fut une magnifique introduction à la culture balinaise. Le marché des offrandes et la Monkey Forest ont été deux étapes incontournables. Assister au tissage des paniers destinés à confectionner les offrandes, visiter les temples de la forêt sacrée et prendre part à une crémation auront été des moments très forts auquel j’ai eu le privilège de participer.

 

Une des plus jolies surprises que mon séjour à Ubud me réservait m’attendait au détour d’un chemin, loin des rues animées. Après avoir arpenté la crête de Campuan (au Nord Ouest de la ville) je fus soudainement entouré par les rizières. L’étendue verte et infinie des rizières gorgées de soleil offre une harmonie de couleurs et de reliefs vous transportant dans une voluptueuse atmosphère. C’est dans ces paysages époustouflants que réside le réel intérêt d’une visite à Ubud.

UBUD, première étape de mon voyage

LA MONKEY FOREST : Visiter des temples habités par des singes en liberté, se promener dans une jungle peuplée de statues et de lianes, est une expérience unique. Loin d’être uniquement un site touristique, la forêt sacrée est un lieu très important dans la culture balinaise où ont notamment lieu des crémations.

 

LA CRÊTE DE CAMPUAN ET LES RIZIÈRES : Au Nord-Ouest d’Ubud, une randonnée d’environ 9 km vous mènera de la crète de Campuan jusqu’au cœur des rizières. Absolument immanquable lors de votre passage à Ubud. En chemin, il est indispensable de s’arrêter au Karsa Café, le meilleur endroit où boire un coco frais assis dans une paillotte en bambou surplombant les rizières.

Découverte du centre de l’île

BEDUGUL et le DANAU BRATAN, au cœur de Bali

L’étape suivante dans mon périple m’a conduit au centre de Bali et plus précisément dans la petite ville de Bedugul, située en pleine montagne sur les rives du lac Bratan. Cette ville abrite un des plus beaux temples de la région : le Danau Bratan.

 

Après avoir assisté aux prières matinales annonçant une journée de crémation, j’ai quitté le temple pour prendre la direction du marché de Pancasari. Il s’agit d’un marché balinais traditionnel où sont majoritairement vendus des fruits, des légumes, des offrandes et de l’encens. Encore à l’écart des itinéraires touristiques, il m’a fallu monter dans un bémo (bus collectif balinais) pour m’y rendre depuis le Danau Bratan.

À Pancasari, au détour de mes déambulations à travers les étals, je fus interpellé par de la musique qui provenait d’une cour d’une grande maison. En m’approchant du portique décoré de la maison j’ai été accueilli à bras ouverts par les hôtes qui semblaient très honorés que je vienne assister à ce qui me paraissait être un concert privé. La musique des percussions de cuivre, la précision des gestes des joueuses et les sourires des spectateurs, cette douce ambiance festive et pieuse m’a alors totalement envoûté.

M’offrant chaleureusement du café et des pâtisseries, la propriétaire des lieux, vêtue de tissus dorés et de soieries, m’explique qu’il s’agit d’une très importante cérémonie pour la troisième crémation de sa maman, héritière du royaume de Sukasada, sixième royaume de Bali. J’ai passé une journée fantastique au sein d’une ancienne demeure royale, entre sourires et prières, où me furent tour à tour présentés le roi du Sukasada, les membres de la famille royale et leurs héritiers. À la fin de la journée, après avoir déjeuner avec l’héritière du royaume, sa fille et le roi, je suis retourné à pied vers Bedugul des souvenirs plein la tête et conscient du privilège qui m’a été donné.

 

Les immanquables VERS BEDUGUL

LE DANAU BRATAN : ce temple au bord du lac est très impressionnant, tant par sa grandeur que par le nombre de fidèles qui viennent y prier. S’assoir sur le bord du lac à écouter les chants et prières en le contemplant est un moment magique.

LE MARCHÉ DE CANDIKUNING : pour les fans de fraises et de cacahuètes fraîches, c’est l’endroit où aller. On y trouve de très beaux fruits à des prix modiques.

 

De Lovina à Amed, les côtes volcaniques de Bali

Une escapade sur les plages de sable noir

Après avoir vu les rizières et la montagne, je me suis rendu sur les plages de sable volcanique de Kalibukbuk, plus connu sous le nom de Lovina, puis à Amed par la côte. Si mon séjour à Lovina fut très paisible, entre plage, couchers de soleil et promenade vers les sources chaudes, mon passage à Amed fut riche en kilomètres parcourus à pieds ou en deux roues.

 

Outre les épaves sous marines et les récifs coralliens (idéal pour snorkeling ou la plongée), la région d’Amed regorge de magnifiques paysages ornés de temples et de rizières. Pour aller débusquer ces richesses, souvent en dehors des grands axes, j’ai loué sur plusieurs jours ce que les balinais appellent un motobike (un scooter quoi) pour faire le tour du Gunung Seraya (montagne de l’est de Bali).

 

Depuis Jemeluk, j’ai sillonné les petites routes à travers les plus anciennes rizières de Bali aux alentours de Tirta Gangga, me suis égaré dans les ruelles colorées de Amlapura et ai emprunté la magnifique route côtière qui termina ma boucle à Amed. Entre les couleurs des rizières, des temples, le bleu azur de l’eau et la verdure de la végétation, ces ballades ont été somptueuses (me faisant presque oublier que je conduisais un scooter). Les sourires des enfants que je croisais, leur hello et leur rire ont rendu d’autant plus agréable ces cavalcades.

 

À voir absolument à Lovina et Amed

BANJAR HOT SPRING : une source chaude à l’eau sulfurique située en pleine forêt où les balinais viennent se baigner. Facilement atteignable en motobike depuis Kalibukbuk en demandant son chemin sur la route ou en suivant les habitants qui transportent des serviettes de bain.

TULAMBEN : spot incontournable de snorkeling ou de plongée où l’on peut aller nager au-dessus d’une épave d’un navire de guerre américain coulé en 1942 par un sous-marin japonais.

TIRTA GANGGA : petite ville où se trouvent les plus anciennes rizières en terrasse de Bali. Tirta Gangga est également un carrefour pour les randonneurs puisque de nombreux départs de treks partent de cette petite ville.

 

De Bali à Gili Air

On the boat again

À une heure de bateau rapide de Jemeluk, il y a… le paradis. Oui, le vrai paradis, l’endroit où mère nature s’est fait plaisir et a décidé de se créer un petit nid douillet. Une petite île sans relief au large de Lombok où seuls les grands cocotiers cachent la lumière du soleil. Havre de paix pour les tortues, les raies manta et toute une pléiade de petits poissons tous plus beaux les uns que les autres qui nagent dans des eaux cristallines et de grands massifs coralliens.

Ne pas plonger ou faire du snorkeling à Gili, c’est ne pas profiter de ce que mère nature a fait de plus beau. Comment transcrire l’émotion qui me parcouru quand j’ai nagé avec les tortues ? Une expérience indescriptible emprunte de joie, d’émerveillement et d’une infinie fascination pour ces animaux à la nage majestueuse.

Pour rendre ce lieu encore plus magique, les habitants qui ont décidé d’y poser leurs bagages sont pour la plupart des adeptes de la philosophie rasta. Sur Gili Air, Bob est le seul roi, tout le monde s’appelle brother ou sister et malgré les restrictions draconiennes en Indonésie, Marie-Jeanne pousse partout.

 

Les musts de Gili Air

LES FONDS MARINS : En moins d’une heure de marche vous aurez fait le tour de l’île, en traversant de superbes plages où vous pourrez vous prendre pour Robinson. Le mieux pour apprécier votre séjour étant de louer (dans la rue) un masque, des palmes et un tuba pour aller nager avec la faune marine.

 

De retour au centre de Bali

Escapade à travers les temples

De retour à Bali, j’ai décidé de consacrer mes derniers jours à la visite des trois temples les plus importants de Bali : le Gunung Kawi, le Tirta Empul et Mengwi. C’est en louant un motobike totalement ruiné (sans frein, sans autre jauge a essence que mon doigt à plonger dans le réservoir pour juger le niveau de carburant, crevant tous les 2 kilomètres et faisant un bruit monstrueux) que j’ai pris les routes allant de Pejeng à Tampaksiring au départ d’Ubud afin de visiter les temples.

 

Le Gunung Kawi est un énorme temple qui abrite en son sein des tombeaux creusés à flan de montagne où repose l’ancienne famille royale. Ce temple est entouré par de magnifiques rizières, une forêt luxuriante et de petites cascades. Pour l’atteindre il faut gravir 293 marches bordées par les offrandes et baignées par les reflets vert pastel des rayons du soleil passant à travers les feuilles de grands bambous.

 

Plus loin, au Tirta Empul, les balinais viennent se purifier en s’immergeant dans des bains sacrés et en priant. Vêtu de mon sarong et ma ceinture, je n’ai pu résister à l’envie de les imiter. La sensation de plénitude qui m’a envahi était gigantesque. Plongé dans de l’eau glacé, alors qu’il faisait une chaleur étouffante, écoutant les prières et ressentant la ferveur qui m’entourait, je me suis senti soudainement très léger et peut être moi aussi purifié.

 

S’y rendre

TIRTA EMPUL et GUNUNG KAWI : depuis Ubud, il faut prendre la direction de Tampksiring (où se trouvent les deux temples). Le mieux est de partir très tôt le matin (avant 8h) afin d’éviter la circulation, les bus de touristes et les fortes chaleurs. C’est le seul moyen de venir prier en même temps que les balinais et de comprendre l’importance de ces temples.

MENGWI : de même il vous faudra partir tôt pour profiter des lieux sans les bus de touristes. Depuis Ubud, la route est longue mais bordée de magnifiques rizières qui la rendent très agréable. Poussez votre route jusqu’à Tabanan pour aller y acheter des sarongs et autres accessoires en batik (coton tissé recouvert de cire) dans des échoppes où seuls les balinais viennent s’approvisionner.

 

Matur suksma Bali

Fin de l’escapade à Bali

Après avoir visité le temple de Mengwi, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, ma route prit la direction de Sanur. Cette station balnéaire du sud de l’île est idéale pour terminer son voyage à Bali. L’eau y est claire et les plages en sable fin. C’est également the place to be quand on est un jeune couple australien en honeymoon. Venir faire sur la plage des photos de couple kitsches à souhait est le sport favori des amoureux australiens. Tellement risible que j’en oubliais parfois que Sanur est surtout à 4kms de l’aéroport. Après deux jours à me reposer sur la plage, c’est le cœur lourd et avec la promesse d’y revenir un jour que j’ai quitté Bali.

🇮🇩 Retrouvez tous nos articles sur l’INDONÉSIE 🇮🇩