Visiter les Pouilles en 5 jours et 5 incontournables

5 jours dans les Pouilles, Monopoli, villages des Pouilles en Italie.

 

Ahhh les Pouilles…Suite à un voyage mémorable il y  9 ans dans cette région du Sud de l’Italie,  je m’étais promis d’y retourner. Mars 2019, le projet se concrétise et je remets enfin… le pied dans le talon de la botte  ! Au menu de ce road-trip dans les Pouilles de 5 jours: architecture baroque, agritourisme, villages bijoux et balade en bord de mer. Andiamo !

Voir en plein écran

Carnet pratique road-trip dans les Pouilles

☀️QUAND PARTIR ? Évitez l’été car même si la région reste méconnue des touristes étrangers, elle est plébiscitée par les Italiens qui sont donc nombreux à venir faire bronzette sur ses plages et criques en pleine saison. Le printemps ou l’automne restent les meilleures saisons: moins de monde, moins de chaleur. Si vous êtes plutôt plage, optez pour l’automne, la mer sera encore chaude. Si vous être plutôt rando/nature, alors privilégiez le printemps !

✈️COMMENT Y ALLER ? Avec Easyjet. Vols direct depuis Paris, Bâle-Mulhouse vers Bari ou Brindisi. Pour info j’ai payé mon A/R Bâle > Brindisi moins de 50€ A/R !

⌚️ DÉCALAGE HORAIRE: néant

📸ITINÉRAIRE PROPOSÉ DANS CET ARTICLE :

  • L’intérieur des terres et plus précisément la vallée d’Itria. Une région agricole parsemée de beaux villages et de ces constructions typiques appelées trulli
  • Une petit bout de la côte Adriatique à la découverte de 2 charmants villages (Monopoli et Polignano a Mare) et de la réserve naturelle de Torre Guaceto
  • Lecce, bijou baroque à ne pas manquer !
  • Si vous avez le temps, poussez la découverte du côté de la Basilicate, région accolée aux Pouilles et qui réserve une surprise de taille: la ville de Matera. Je l’avais prévu au programme mais les routes tortueuses du sud de l’Italie et mon gros bidon de femme enceinte de près de 7 mois m’ont incité à y aller piano piano et à renoncer à quelques visites dont celle-ci, au profit de la détente et la contemplation.

Visiter les Pouilles en 5 jours  – incontournable n°1 – le village d’ Alberobello et les Trulli

Pour plus de simplicité, commençons par l’élément sans doute le plus emblématique des Pouilles, l’élément le plus instagrammé, photographié, bref impossible de passer à côté quand on évoque le tourisme dans cette région : je veux parler des Trulli au pluriel ou Trullo au singulier

Mais qu’est qu’un trullo ? Visuellement ça se résume à une maisonnette traditionnelle aux murs de pierre sèche avec en son sommet un toit conique sommairement taillé. En guise de décoration ?

  • Le pinacle d’abord, de forme plus ou moins complexe selon le niveau de richesse du propriétaire.
  • Les symboles peints en blanc ensuite, qui ornent le toit et empruntent le pus souvent à la culture chrétienne ou païenne. Ils seraient là pour conjurer le mauvais sort.

Symboliquement les trulli vont bien au delà de la simple curiosité architecturale. Ils témoignent d’un mode de vie qui n’a plus cours aujourd’hui et de techniques de construction en pierre sèche vielle de plusieurs milliers d’années ;

Et pourquoi ces constructions au fait ? A l’origine au XVIIe Siècle ces drôles de maisons étaient construites par des paysans peu disposés à payer la taxe foncière, la technique en pierre sèche présentant l’avantage de pouvoir être démontée facilement… avant l’arrivé du percepteur par exemple….

Le village d’Alberobello présente la plus grosse concentration de trulli de toutes les Pouilles. Qu’on se le dise le lieu classé à l’Unesco en 1996 est devenu un attrape-touristes, une vaste machine à cash qu’on se prend de plein fouet de l’arrivée puisqu’il faut débourser 2€/heure pour se garer dans les différents parkings qui environnent le village et « touristifient » un peu plus le lieu.

J’avais guère envie de m’attarder dans ses ruelles où les magasins de souvenirs se succèdent avec leurs produits dérivés de trulli plus ou moins douteux : en portes-clefs, en cartes postales, en sets de table… Seule consolation, en hors saison l’afflux touristique reste raisonnable. Parti fin mars, j’ai pu faire quelques photos sans que mon objectif ait eu à souffrir d’une instagrammeuse en pleine pose ridicule ou d’une armada de japonais

En fait, la meilleure façon d’admirer ces constructions si typiques reste de sillonner en voiture la vallée d’Itria. Chemin faisant, on les croise, le plus souvent à l’abandon, posés ici et là au milieu d’un champ d’oliviers ou d’amandiers.

Visiter les Pouilles en 5 jours – Incontournable n° 2 – Lecce ou la florence baroque

De tous les trésors patrimoniaux des Pouilles, mon coup de cœur va assurément à Lecce, sorte de manifeste à ciel ouvert de l’étendue des extravagances décoratives offertes par l’architecture baroque.

Ce petit joyau plein d’élégance et de raffinement est une délectation pour les yeux. Chaque place, chaque bâtiment, chaque façade est l’occasion d’un plaisir rétinien qui peut durer des heures si vous prenez le temps d’examiner chaque détail.

Car une des caractéristique du Baroque et plus particulièrement du « Barocco Leccese » c’est le foisonnement de décors richement ouvragés rendu possible grâce à l’emploi de la « pietra leccese », un calcaire local si tendre qu’il offre un terrain de jeu idéal pour ces créateurs du baroque débordants de virtuosité et de créativité.

Ces architectes qui ont tous vécu au XVIIe Siècle, ont conféré à leur ville une unité remarquable que ce soit dans le style ou le matériau employés.

L’homogénéité est telle que lorsqu’on y flâne, on a l’impression d’évoluer dans un décor de théâtre, un immense décor de théâtre…

…qui se déploie en un dédale de ruelles ponctuées d’innombrables églises (on en compte 23 dans le vieux-centre), de places et de palais plus ou moins grands et toujours ornementés. Cet effet décor de théâtre trouve son point d’orgue à la Piazza del Duomo, une place fermée sur chacun de ses côtés par un monument . Le tout forme un ensemble époustouflant de beauté.

  • Où dormir à Lecce ?

B&B PALAZZO BIGNAMI

A mi chemin entre le petit hôtel familial et la chambre d’hôtes de charme, j’ai particulièrement aimé la déco choisie avec soin, originalité et élégance, la belle entrée et son ascenseur fort appréciable (ça évite les escaliers avec moult bagages), les grande salle de petit-déjeuner et son buffet à volonté de spécialités italiennes sucrées ou salées, la terrasse panoramique et enfin la localisation dans un quartier calme et résidentiel à 10 min du centre de Lecce (si on ne se perd pas dans le dédale des ruelles !)

Prix: 65€/nuit avec petit déjeuner en basse saison

  • Où manger à Lecce ?

TRATTORIA NONNA TETTI

Une bonne adresse de Trattoria traditionnelle découverte grâce à une rencontre heureuse avec une française installée à Lecce depuis 20 ans. Prise de compassion en nous voyant, mon copain, moi et mon gros bidon de 7 mois déambuler péniblement dans les rues de la ville à la recherche d’un resto; elle est gentillement venue à nous pour nous aider et nous a même conduits en voiture jusqu’à l’entrée dudit resto ! Au menu: petites entrées variées et excellentes, pâtes maison et service efficace, le tout en bonnes quantités, parole de femme enceinte !

Visiter les Pouilles en 5 jours – Incontournable n° 3 : les villages perchés de la vallée d’Itria

Locorotondo, Ostuni, Cisterno ou encore Martina Franca, tous ces villages sont situés dans une vallée au centre des Pouilles. Sur la route il faut lever les yeux car bien souvent ils sont perchés sur une colline. On lève aussi le pied de l’accélérateur et on emprunte les petites routes de campagne encadrées d’oliveraies tapissées en ce mois de mars de petites fleurs d’un jaune éclatant. Cet environnement donne un accent très « nature » à notre virée et contraste avec les km de côte qui font l’autre l’identité des Pouilles.

Chacun de ces villages à son charme propre et en cette fin mars, nous avons croisé pas mal de familles italiennes le week-end. De quoi apporter toute cette vie et cette animation indissociables pour moi au Sud de l’Italie.

A Ostuni il faut viser la cathédrale. Facile a repérer (mais pas à trouver sauf si on un minimum le sens de l’orientation, ce qui est loin d’être mon cas) elle surmonte un fouillis de façades blanches.

A Locorotondo qui fut notre camp de base pendant 2 jours, il faut se perde dans le dédale de ruelles et s’imprégner de ses faux air de village grec.

A Cisterno, après un petit tour dans le village, nous avons pris un verre sur une mini terrasse en surplomb de cette fameuse vallée d’Itria. C’est le lieu de rendez-vous de jeunes et on s’y sentait tellement bien que ce fut difficile de s’en extirper pour faire le petit tour du village qui va bien.

  • Où dormir dans la Vallée d’Itria ?

CHAMBRES D’HÔTES PIETRA PESARA à LOCOROTONDO

Francesca est une enfant des Pouilles mais pas précisément de la vallée d’Itria. Ca ne l’a pas empêché de s’y installer et de retaper magnifiquement une ancienne ferme avec trulli pour la métamorphoser en 3 chambres d’hôtes au luxe dépouillé et rustique. Francesca est disponible 24h sur 24 pour ses hôtes. C’est elle qui prépare toutes les bonnes choses du petit déjeuner : focaccia, gâteaux, yaourts… tout est fait maison et toujours à base de produits locaux ! Nous ne sommes restées que deux nuits et c’est avec regret qu’on a quitté cet endroit entouré d’oliviers séculaires (la région est la 1er productrice d’huile d’olive du pays) et de calme, le tout stratégiquement placé pour rayonner dans la région.

Prix: 70€/ nuit avec petit déjeuner en basse saison

  • Où manger dans la Vallé d’Itria ?

CASA PINTO à LOCOROTONDO

Pas de devanture ostentatoire, juste une  porte discrète à l’abri d’une petite ruelle. A l’intérieur, quelques tables, un four à bois et des pizzas succulentes à prix imbattable (autour de 10€). Servi ultra rapide, à peine trop peut-être.

Visiter les Pouilles en 5 jours – Incontournable n° 4 – villages du bord de mer

Voilà ce que j’aime dans le Pouilles : on passe en quelques kilomètres de la campagne à la mer (ou inversement) ; de belle étendues vertes parsemés de boutons d’or au bleu captivant de la mer. On passe des troncs noueux d’oliviers au petits bateaux de pêche qui s’agglutinent dans de minuscules ports ou vu différemment de l’olive au poisson le deux produits phrase de la cuisine des pouilles, enracinés dans un terroir aride bordés par deux mers (mer Adriatique et mer Ionienne)

De Monopoli je retiens cet équilibre parfait entre un centre historique ravissant aux ruelles tortueuses et une mer couleur turquoise. Polignano a Mare de distingue par son emplacement à flanc de falaise. Indéniablement elle porte bien son nom car elle ne peut pas être plus « sur la mer », ce qui lui confère un petit air de bout du monde. Les promontoires rocheux plongeant dans les eaux cristallines de l’Adriatique sont comme une invitation à faire le saut de l’ange. Quant aux 3 terrasses panoramiques, elle nous invite à contempler, tout simplement et s’imprégner les yeux de bleu et d’infini.

Visiter les Pouilles en 5 jours – Incontournable n° 5 :  Aire marine protégée de Torre Guaceto

Le shoot d’iode se poursuit à la réserve marine de Torre Guaceta une bande de terre de 6 à 8km composée de dunes et de petites criques forcément désertes en cette journée de mars. Ce fut notre dernière étape avant de dire adieu à ce beau soleil du sud qui réchauffe le visage et le cœur à la sortie de l’hiver. Adieu à ces réjouissants instantanés visuels typiques des vacances d’été et particulièrement appréciés en cette fin mars. Adieu le sud, la mer, les oliviers, rendez-vous pour une prochaine cure méridionale sous peu !

Visiter les Pouilles en 5 jours et 5 incontournables
4.8 (95.29%) 17 vote[s]