Randonnées islandaises au Parc National de SKAFTAFELL

Glacier Skaftafellsjokull et sa moraine à Skaftafell, Islande

Depuis 2008, le Þjóðgarður Skaftafell (comprendre Parc National de Skaftafell) fait partie du beaucoup plus vaste Parc National du Vatnajökull. La zone se situe dans le Sud-Est de l’Islande, sous le géantissisme Vatnajökull, plus grand glacier d’Europe ! Avec 5 jours (pas toujours beaux…) passés sur place lors de mon voyage en Islande, j’ai pu faire plusieurs randonnées.

Le camping de Skaftafell

Skaftafell en est le point de base avec le Centre du Parc et son camping. Le centre comporte un hall d’accueil avec des livres, tish, cartes etc… une salle d’exposition sur l’histoire de l’Islande (avec une vidéo sur la très impressionnante éruption du volcan Grímsvötn de 2011) et un cafétéria. Il est possible de recharger ses batteries mais vous devrez lâcher quelques pièces. C’est un peu salaud mais bien pratique quand on a plus le choix. Le camping est vraiment chouette et spacieux. Par contre, les douches sont payantes (comme souvent en Islande) et l’espace abrité est plutôt p’tiot (on a assisté à une ridicule friction italo-américaine à cause du nombre limité de places).

 

Le Centre est le point de départ d’excursions sur le Vatnajökull en crampons ou même en… 4×4. À vous de voir votre conception de la montagne… Sinon, plusieurs sentiers très bien balisés partent du camp pour faire les randonnées pédestres.

Par ailleurs, il serait absolument incompréhensible, voire même totalement scandaleux, que vous n’alliez pas au sublime lagon glaciaire Jökulsárlón et ses icebergs, juste un peu plus à l’Est. À voir absolument !

 

Quelques randonnées à Skaftafell

SVARTIFOSS et SEL

Pour ce qui est de petites baladounettes autour du camping, n’oubliez pas de ne pas oublier d’aller voir la cascade Svartifoss, chute d’eau sur un joli fond de roche basaltique (« orgue basaltique » ). Elle fait partie des cartes postales d’Islande. On peut se rapprocher sans trop de problèmes pour être au pied du bassin. Normalement, vous serez déjà passé près d’une autre cascade en contrebas, Hundafoss.

Difficulté : ☆☆☆☆

▲ Hundafoss

Svartifoss ▶︎

 

Petite balade pas trop loin, à ne pas rater : Sel, ancienne bergerie du début du XXe siècle avec le fameux toit en herbe islandais. On peut rentrer à l’intérieur et découvrir son histoire en visitant les différentes pièces (chambres avec le pied pour tisser la laine – fallait bien s’occuper durant les longs hivers…) puis l’étable. Depuis là, vous avez un beau panorama sur la plaine avec les multitudes rivières qui descendent des glaciers.

Difficulté : ☆☆☆☆

 

SKAFTAFELLSJÖKULL

Skaftafellsjökull est le premier glacier est à portée de godiots depuis le Centre (20 min). Petite balade sur un sentier plat au milieu de la végétation verte fluo et violette sur le sol gris. En poussant, le glacier a formé une moraine  puis en fondant, l’eau a rempli le creux formant un petit lac.

 

Si des fois l’envie vous traversait l’esprit, des panneaux vous indiquent de ne pas y nager ou de ne pas tenter de monter sur les éventuels icebergs des fois que vous soyez complètement inconscient… Le pire, c’est que, si les panneaux existent, c’est qu’il y a dû avoir une sacrée brochette d’abrutis qui ont pensé que ce serait une idée géniale !!

 

SVINAFELLSJÖKULL

Plus loin à l’Est du Skaftafellsjökull, à déjà quelques kilomètres du camping (environ 1h de marche), le Svínafellsjoküll. Comme Jökulsárlón ou le Skaftakellsjökull, il a son petit lac avec de petits icebergs. Un chemin monte sur la gauche et permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble sur le glacier que pour le dernier cité. On arrive à hauteur de la glace. Là encore, si des fois vous aviez des envies téméraires, une plaque indique le nom de 2 jeunes personnes parties sur le glacier et dont on n’a toujours pas retrouvé les corps…

Difficulté : ☆☆☆☆

KRISTÍNARTINDAR

L’ascension du Kristínartindar (1126m) passe par Svartifoss et permet ensuite d’avoir une vue sur les deux glaciers : le Morsárjökull et le Skaftafelljökull. Le sentier monte petit à petit jusqu’à Fremrihnaukur qui offre une première vue plongeante sur Morsárdalur depuis une falaise. Ensuite… non, rien ! Il faisait trop mauvais temps pour continuer jusqu’au sommet (récit ici) mais c’est sûrement très beau alors s’il fait beau, allez-y !! Vous viendrez ensuite le raconter à ma place. 😉

Difficulté : ★★☆☆☆

MORSÁRJÖKULL

Une randonnée un peu plus longue part du côté de Morsárdalur (plaine avec des rivières) et Morsárjökull (le glacier). Il faut compter 3 heures pour y aller, en passant à travers une forêt d’arbustes, des champs sauvages, des gués à traverser… Le tout est plutôt plat, face au massif rougeâtre de Skaftafellsfjöll. Sur la fin, il faut faire attention à ne pas écraser les multiples chenilles noires et jaunes. L’arrivée est grandiose puisque la vue s’élargit de plus en plus sur la fin. Le lac est plus grand que le Skaftafellsjökull ou le Svínafellsjoküll. Au cœur du glacier, une chute d’eau, mais tout ça est assez lointain tout de même alors pensez aux jumelles ou au téléobjectif. Le côté massif et impressionnant du glacier s’oppose au calme et à la beauté du lac où meurent les blocs qui se détachent.

Difficulté : ☆☆☆☆

📷 L’Oeil d’Édouard ©

 

🇮🇸 Retrouvez tous nos articles sur l’ISLANDE 🇮🇸