L’APERITIVO, l’happy hour à l’italienne

Happy hour aperitivo - Terrasse du Bar Bhangrabar de Milan, Corso Sempione

L’Italie est assurément l’autre pays de la gastronomie européenne. Evidemment, on pense tout de suite aux gelati et succulentes pizzas qui ne trouvent nulle part ailleurs d’équivalents gustatifs. On pense également aux vins de Vénétie et de Toscane. Mais une autre tradition culinaire opère en fin de journée dans le Nord de l’Italie… l’aperitivo !

L’Aperitivo, ma che cosa è ?

Traditionnellement, il s’agit de l’heure de l’apéritif en Italie (la traduction était certes facile). Comme en France, nos cousins transalpins adorent se poser à une terrasse en fin de journée après le travail (dorénavant marketinguement “after work” parce que là, étrangement, on n’a pas su traduire…). Sauf que, art de vivre esthétisé oblige, en Italie, les choses sont un peu plus classes. On n’est pas trop sur le projet “pinte de bières entre bonhommes” à l’anglaise mais plutôt un moment convivial entre amis à siroter un apéritif comme le fameux Spritz vénitien ou un autre cocktail à base de Vermouth ou de Campari. Un verre de Chianti, d’Asti ou de Trentino est tout aussi indiqué. De plus, pas besoin de pleurer pour avoir quat’ cacahuètes aux serveurs, les verres sont très généreusement accompagnés de biscuits apéro et/ou de parts de piadini, focaccia ou pizza…

Mais en fait, le concept d’aperitivo, c’est bien plus que ça ! Cette formidable tradition culinaire est originaire du Nord de l’Italie (apparemment de Turin) et a gagné l’Italie, jusque dans le quartier Trastevere de Rome. Le principe est simple : en début de soirée, lors de l’happy hour (18-22h), on paie « il compto » d’avance (grosso modo entre 8 et 15€) pour une boisson et on a ensuite accès illimité au buffet ! Oui, à volonté !! C’est vraiment à se demander comment ça peut être rentable cette affaire. Économie sur le service (chacun va se servir) ? sur la plonge (assiettes en plastique) ? pas sûr… Petits bénéfs sur grande quantité ? peut-être bien… L’explication tiendrait aussi dans l’idée d’une certaine correction des usagers, en n’allant pas se goinfrer comme si on était chez Flunch. Et puis, comme on est bien, on reprend un deuxième verre (et un troisième… ?).

Il faut davantage le voir comme un antipasti, un mise en bouche gourmande qui accompagne les verres plutôt qu’un vrai repas (mais parfois, ça peut être très copieux !). Le contenu de l’aperitivo varie en quantité et en qualité selon les bars et l’ambition qu’ils ont (quelques exemples plus bas). Les plus prestigieux sont véritablement une exposition de la gastronomie italienne dans ce qu’elle offre de meilleur. Cela dépend de la culture régionale où l’on est mais on retrouve évidemment de la pizza, des bruschette, des salades diverses, des plateaux de charcuterie et de fromages, des légumes grillés ou marinés mais aussi de vrais plats cuisinés. Ainsi, l’aperitivo est l’expression culinaire de la célébrissime Dolce Vita où l’on savoure les plaisirs des sens.

J’ai fait l’aperitivo à…

Milan

C’est lors de ma visite de Milan que j’ai participé à mon premier aperitivo (et que j’ai été le plus impressionné !). La faim venait et j’étais en train de passer devant des terrasses de bars au Nord du Parco Sempione. Je vois les gens boire et faire des allers-retours à l’intérieur avec leur assiette. J’ai tourné en regardant depuis la rue et le Bhangrabar semblait pas mal avec sa déco orientale mais finalement, je suis allé à Duomo dal 1952 qui était déjà bondé. Je me suis inscrit sur la liste d’attente et 20 min plus tard, le responsable m’appelle pour m’installer à une table. Le buffet était opulent : nombreuses salades composées, plein de légumes, petite buffala, moules, omelettes, rôti énorme à découper directement dedans, plein de plats cuisinés (thon, poulet, paëlla, genre de choucroute…) et gâteaux et pastèques en dessert pour l’alibi diététique. Bref, je me suis explosé le bide et ça fait toujours du bien de faire un bon gros repas à la fin d’un voyage après pas mal de repas sur le pouce.

 

Turin

Après ma découverte du concept des aperitivi à Milan, j’ai réitéré à Turin en allant au Blah Blah Bar. Situé sur la Via Pô, il ne s’agit pas d’un site de covoiturage mais d’un bar à évènements avec concerts et, ce soir là, théâtre d’impro blah blah (salle remplie). L’aperitivo est à environ 10€ et donne accès à un buffet à volonté (qualitativement basique) et une boisson. Il y a aussi les versions petit déj et brunch.

 

Florence

La tradition de l’aperitivo s’est étendue dans toute l’Italie et donc en Toscane également. À Florence, nous l’avons savourée au Tamerò Pastabar. Les plats préparés sont bons et variés (toasts, pasta, salades diverses, charcuterie…). On peut agrémenter ça d’une bière, d’un cocktail ou d’un verre de vin toscan. C’est plus que correct pour 10€. Mais le vrai plus de ce bar est son emplacement avec une terrasse sur la très vivante et hyper-agréable piazza Santo Spirito. Situé dans le quartier de l’Oltrarno, on est loin des flux de touristes et retrouve une population locale.

 

Indirectement recommandé par une habituée de la cité toscane, nous nous sommes également posés dans Chiaroscuro, petit café qui ne paie pas de mine depuis l’extérieur. L’aperitivo est à 10€ pour une cuisine classique sans trop d’ambition (mais pas trop mal) avec essentiellement des salades composées de légumes ou à base de pâtes, riz ou blé. L’avantage est qu’il se situe en plein centre de Florence, vial del Corso, à mi-chemin entre le Duomo et le Palazzo Vecchio.

© L’Oeil d’Édouard / Instagram 📷

🇮🇹 Retrouvez tous nos articles sur nos voyages en ITALIE 🇮🇹




Etiquettes