Sur la route, la Wild Coast et la Garden Road

afriquedusud-coffee-bay-view-life-sunset

L’Afrique du Sud est un pays qui regorge de mille possibilités de voyages, d’itinéraires… Mais la Wild Coast et la Garden Road font parties des classiques. La Wild Coast s’étend de Durban à Port Elizabeth, longue d’environ 300km. La Garden Road quant à elle débute à Port Elizabeth jusqu’à Cape Town.

Le long de ces deux routes le plus dur sera de choisir où vous arrêter ! chaque ville vaut le détour… Moi j’ai fait un trajet rapide et j’ai sélectionné mes stop en fonction des activités à faire principalement : du Surf à Coffee Bay, plonger avec les requins à Mossel Bay, visiter Addo Elephant park à Port Elizabeth et enfin des dégustations de vin à Stellenbosh. 

 

On monte dans le BazBus

Je fais une petite aparté pour expliquer que j’ai donc depuis Durban pris le BazBus pour faire le chemin jusqu’à Cape Town. Je dois dire que le service est très bien rodé, réactivité e-mail et téléphone pour les réservations au top ; chauffeur de bus très sympa , confort ok, 15aine de passager maximum. Bref pour ceux qui voyage en auberge de jeunesse et sans voiture, ce système présente l’immense avantage de vous déposer et de vous prendre directement à l’auberge. Pour moi l’inconvénient est de se retrouver entre touristes uniquement, ce qui enlève un peu de charme au voyage ; mais dans l’ensemble vraiment la solution la plus pratique pour ce voyage.

Regardez bien les différentes formules, entre les pass 14 ou 21 jours, les illimités dans le temps mais dans une seule direction, vous trouverez surement votre bonheur. Ils organisent aussi des « Tours » ; par exemple la journée vers le Cape de Bonne Espérance ; ou 4 jours au parc Kruger.

Durban, on teste le Bunny Show

Enfin quitter la grande Jo’burg pour une ville en bord d’océan !!! et arriver sous la pluie… pendant 2 jours… :(((

Alors Durban, c’est la 2ème plus grande ville d’Afrique du Sud. Mais c’est surtout la ville balnéaire par excellence pour les locaux, en mode Biarritz par exemple, mais façon Indienne / Africaine ! Tous les jeunes Sud Africains rencontrés à Sowetto et Jo’burg semblaient hyper excités à l’idée que j’aille à Durban. Pour le Touriste, Durban c’est le premier pas vers l’océan et le point de départ pour descendre le long de la Wild Coast ou remonter vers le Kwazulu-Natal.

La ville est immense à l’instar de Johannesburg. Durban c’est 3M d’habitants. Donc des boulevards et des periph…. Mais quand même un front de mer qui permet de faire une belle balade, d’où on observe les surfeurs.. Car oui arrivée à Durban vous arrivez sur le territoire du surf, que vous ne quittez plus tout le long de la Wild Coast !

L’expérience Durban a été calme pour moi, dû à une météo capricieuse.. Pluie sans discontinuer pendant 2 jours, ce qui n’empêche aucunement les locaux de se baigner et les surfeurs de s’éclater.

 

Mais j’ai quand même explorer :

  • la rue où il faut « être vu » et sortir : Florida Road, j’ai dîné à Spiga. Un restaurant Italien très sympa, avec une salle de restaurant principal mais également le « Side Bar » qui sert à manger, et organise des dimanche DJ. Renseignez vous sur leur page FaceBook.
  • Pris mon petit dej dans le café surfeur du coin : le Surf Riders Food Shack.
  • Goûter la street food local : un Bunny Show.
  • Marché sur le front de mer et regarder les surfeur (sous la pluie)
  • Zonné dans le coin de l’aquarium….
  • Il y a quelque marché bien sur, je ne les ai pas fait. Disons que l’ambiance ne s’y prêtait pas plus que ça.

 

Pour l’hébergement j’avais réservé au Happy Hippo Backpackers. Sur le papier : ancienne boite de nuit reconvertie en auberge de jeunesse, intéressant me dis je ; bar en roof top ; hum comme je vais être bien avec ma bière et mon livre ; le tout dans le quartier de « la Pointe » c’est à dire sur la partie avancée dans l’océan, excentré du centre ville, mais proche des activités balnéaires. En vrai : avec les 2 jours de pluie, roof top impraticable, grand espace de l’ancienne boite de nuit non chauffé donc froid, et le bord de mer sous la pluie c’est tout de suite moins extatique ! Mais il parait que la veille il ne pleuvait pas, et que nous avons loupé une soirée très sympa au bar. Tout ce que je peux dire c’est que le personnel n’était pas des plus sympathique et que le réseau WiFi n’a pas été le meilleur de mon séjour en Afrique.

Coffee Bay, surf, peace & love

Alors, tout l’intérêt du BazBus réside dans le fait de pouvoir s’arrêter dans la moindre petite bourgade qui présente un intérêt touristique même minime ; du moins la quasi totalité le long de la wild coast et de la garden road. A vous de faire votre choix !

Alors je commence par 3 jours à Coffee Bay ! Village reculé du monde, à 45 min de Umtata ; le village de naissance de Nelson Mandela (Umtata, pas Coffee Bay). Coffee Bay c’est enfin la première claque de paysage que je prends ! Outre la surprise de découvrir un Umtata qui a plus l’air d’une ville que d’un village de hutte 🙂 et oui les temps changent. L’arrivée à Coffee Shack, mon auberge se fait en mode « woodstock » . Responsable hébergement pieds nus, clients qui jouent au jumbee, verre de bienvenue et l’océan juste au pieds des tentes dans l’espace bivouac. Nous ne résistons pas à courir immédiatement voir la Baie ! A couper le souffle.

 

C’est à Coffee Bay que vous trouverez les cours de surf les moins cher d’Afrique du Sud (selon la pub en tout cas, je n’ai pas vérifié, car en fait c’est très peu cher partout !) Mais si vous avez l’occasion faîtes en également à Jeffrey’s Bay, la Mecque du spot de surf où vous trouverez également nombre de magasin « d’usine » ou du moins de destockage de surf. Les auberges proposent parfois des packs de 5 jours en pension complète et cours de surf, pour un tarif plus qu’abordable ! A Coffee Bay, le jeune surfeur Sud Africain qui nous donne cours à fait de la compétition fut un temps, donc vous êtes vraiment entre de bonnes mains.

 

En plus du surf vous avez quelques randonnées à faire également, seul ou accompagné. Seul il faut juste prévoir de faire du stop pour rentrer ou de marcher 2 fois plus. Donc prévoyez bien vos journées car le soleil se couche très tôt sous ces latitudes. En prime pendant la marche le long des falaises pleine vue sur les dauphins et les baleines qui passent au large… Magique !

 

L’histoire de l’auberge de Coffee Shack est assez exceptionnelle. En fait c’est un couple de touriste qui débarque dans cet endroit, et se dit que tenir une auberge dans ce coin reculé d’Afrique du Sud pourrait avoir un impact positif sur la communauté. Ils s’installent donc, ont 2 petits enfants tout blanc et tout blond ! et montent également une association pour participer activement au développement de la région, aider les enfants à l’accès à l’éducation etc… Renseignez vous auprès de l’auberge. Super staff, super séjour.

Port Elizabeth et Addo Elephant Park

Port Elizabeth, c’est une autre grande ville … C’est un stop obligatoire avec le BazBus, cette ville marque la fin de la Wild Coast et le début de la Garden Road.

Moi je m’y suis arrêtée 2 nuits, car j’ai profité de cet arrêt pour faire le deuxième plus grand parc d’Afrique du Sud : Addo Elephant Parc. Je n’avais qu’un seul jour à consacrer à un parc, donc j’ai couplé la journée avec un parc privé Schotia private reserve, afin d’être sur de voir le plus d’animaux possible en peu de temps.

Comme toujours depuis le début de mon voyage, j’ai réservé mon activité directement avec les partenaires de l’auberge de jeunesse où je logeais; Lungile Lodge. Me voici donc embarqué avec John, près de 20 ans d’expérience dans les « game » et toujours la même passion pour la vie des animaux. Une journée organisée aux petits oignons ! départ 9h de l’auberge, il faut compter une petite heure de route jusqu’au parc, pause café et c’est partie pour Addo Elephant Park. Addo est le second plus grand parc d’Afrique du Sud. Il est surtout connu pour être un parc terrestre et marin, il peut donc se vanter d’avoir les Big 7 et non juste les Big 5 (Big 5 : Lion, Léopard, Buffle, Eléphant et Rhinocéros + Baleine et requin blanc = Big 7).  Donc on passe la matinée à Addo , pause dej puis départ pour Schotia, fin de journée dîner à la lumière des feux de camps, avec un bon repas classique : de la viande, de la viande, de la viande 🙂 et quand même des légumes pour faire passer le tout. Vraiment la journée vaut son pesant de cacahuète ! marcher au milieu des girafes, découvrir la tête d’un hippo qui sort de l’eau, observer les éléphants déambuler en famille… J’ai juste un conseille, je ne l’ai pas fait lors de ce voyage mais je le ferais la prochaine fois, que vous choisissiez n’importe quelle réserve privée ou nationale, Kruger ou un autre, passez au moins une nuit sur place ! minimum. pour l’expérience d’abord, et surtout car on petit matin vous avez plus de chance de voir les animaux en activité, à la fraîche. Un couple nous racontait qu’ils avaient vu les lions juste manger leur prise, à 20m d’eux…

 

Mossel Bay, j’ai plongé avec les requins !

Pour les activités de croisière baleine, de plongé avec les requins… vous pouvez le faire aussi au départ de Cape Town, avec des excursions à la journée dans la région de Hermanus. Moi j’ai décidé de m’arrêter plus en amont sur le chemin, à Mossel Bay et mon choix s’est porté sur le « Shark Cage Diving » !!! ou se mettre dans une cage pour regarder passer les requins blancs ….

 

Mossel Bay semble être un lieu très touristique, un peu comme aller à Deauville ou au Grau du Roi (au choix) ; pour les locaux. Le front de mer en partant de la pointe est bordé de maisons de vacances. En tant que lieu touristique, mais quand même pas trop hein, je veux dire la ville n’est pas du tout aseptisée. Donc en tant que lieu touristique la région propose pas mal d’activité, la plus connue : plonger avec les requins, mais aussi du saut en parachute ou alors des randos le long des falaises, ou tout simplement surf et plage !

 

Même avec la présence des requins blanc dans le coin Mossel Bay ne recense aucune attaque d’humains. En fait, juste en face de la plage de Santos il y a Seal Island, l’île des phoques, c’est à dire le garde manger des requins, ils n’ont pas besoin de chercher plus loin. La légende dit que la seule attaque contre un humain fut sur une jeune femme qui avait décidé de plonger autour de l’île des phoques ….

J’ai dormi à Mossel Bay Backpackers. L’avantage : situé tout au bout de la rue principale, à la pointe. Dépaysement garantie à 5 min à pieds, à regarder les surfers, sentir les embruns sur votre visage… L’auberge ne m’a pas soufflée plus que ça, elle peut sembler un peu froide. Mais un jeune à l’accueil très sympa, de bonnes journées bien remplies et on est toujours content de rentrer dans sa maison !

Une fois vos activités faîtes : Mossel Bay c’est :

  • la pointe, départ de rando, café en bord d’océan, promenade de front de mer.
  • March Street, la rue principale avec ses pubs et quelques restaurant.
  • Santos Beach
  • Bartolemeu Dias Museum

La super adresse pour se goinfrer de poisson et fruit de mer : Gypsey Café ; pour se prélasser avec un super cappuccino : Blue Shed Roastery Café, pour sentir les embruns de l’océan avec un copieux petit déj : Delphinos, pour un buffet sushi du lundi soir : King Fisher.

 

Stellenbosh, du viiiiinnnn !

Voila, j’ai donc quitté la Wild Coast pour la magnifique Garden Road… et l’arrivée tant attendu à Stellenbosh, c’est à dire les WineLands ! la contrée du vin made in South Africa. « mon précieux… »

 

Bref, Stellenbosch c’est le point d’accès le plus facile pour explorer un peu les fermes alentours. Le moindre hôtel organise des Wine Tours, mais le mieux c’est encore de louer une voiture et de faire votre journée à votre guise. Alors oui c’est sur, la voiture en roulant à gauche après quelques dégustation de vin … il va falloir faire des compromis.

Les winelands ne sont qu’à une 30aine de minutes de Cape Town, mais il est agréable de profiter de quelques nuits à la campagne loin de la tumultueuse Cape Town.

Si vous devez retenir une notion de vin c’est celle ci : il existe un seul cépage originaire d’Afrique du Sud : le Pinotage. C’est un cépage issu du croisement du Pinot noir et de l’Hermitage (Cinseault). Bien sur il y a bien d’autre caractéristiques à connaitre, mais disons que si vous voulez vous ramener une bouteille pour vous faire plaisir, prenez du Pinotage tant qu’à faire. Un conseil en prime : essayer d’eviter les tours pour backpackers ; la plupart des jeunes touristes sont réputés pour faire ces winetours uniquement pour « picoler toute la journée ». Résultat lors des visites le groupe n’est pas pris au sérieux et on nous apprend pas grand chose de l’histoire de la ferme. Vraiment je crois que le mieux c’est de prévoir plusieurs jours dans la région et se pointer au petit bonheur la chance dans les fermes que vous trouverez.

 

A Stellenbosh, les auberges de jeunesses ne sont pas folichonnes, j’ai dormi à Stumble Inn. Pas si mal, un rien étrange dans l’atmosphère très « baba cool » ; foyer centrale, table de billard, la répartition même de la maison désoriente un peu, mais surtout extrêmement bien placée, à 2 pas du centre.

Pour la petite histoire j’arrive enfin en territoire viticole à environ 20h, je demande un bar à mon réceptionniste qui m’envoie au Bohemia, où il y a a priori des musiciens live le mardi soir. Chouette j’y fonce donc avec plaisir ! et me retrouve en mode « retour vers le futur » dans un bar étudiant, fumée de cigarette, black label et du vin oui.. en brique !!!! Plus sérieusement, bar avec une grosse ambiance, même si la clientèle est un peu jeune.

 

Quelques adresses pour vous restaurer : un lieu à la mode le De Weranmarkt, j’y suis allée  pour  le petit déjeuner, mais pour le déjeuner c’est à faire également. C’est un lieu dans la tendance « Halle street food produit de producteur… ». Ensuite, parce que c’était en face de l’hôtel, et qu’après une journée de dégustation de vin on a bien besoin d’un burger avec Bloody Mary, je suis allée à Hudson, Burger Joint.

 

Ce parcours est passé bien trop vite ! mon rêve à présent retourner en Afrique du Sud, louer une voiture et prendre le temps et les routes que je veux pour en prendre pleins les yeux, se laisser inspirer et respirer tout simplement.

Découvrez la suite de mon parcours, à Cape Town. 

 

Vous aimez Trace Ta Route ? Si oui, on vous propose de ne rien louper de Trace Ta Route en vous inscrivant à la Newsletter du Voyageur 🙂 Restons en contact !

Cet article vous donne envie de découvrir ce pays ?
Dites-le avec des étoiles ! 🙂

AFRIQUE DU SUD

Tous les articles
Sur la route, la Wild Coast et la Garden Road
5 (100%) 1 vote