Quiberon et Carnac en automne : plage, côte sauvage et balades

Quiberon et Carnac des noms très évocateurs même quand on n’y a jamais mis les pieds ! Alors forcément, quand on m’a proposé d’aller y faire un petit tour, j’ai aussitôt dit OUI ! Après un séjour paradisiaque dans le Golfe du Morbihan au printemps dernier, difficile de résister à la tentation de retrouver le goût de la mer, à l’automne cette fois ? Là-bas, j’ai multiplié les tête-à-tête avec l’océan : rando sur la côte sauvage, croisière sur la Ria d’Etel, promenade sur le Port de Saint-Goustan, dégustation de moules-frites devant l’adorable village de Saint-Cado, longe-côte sur une plage de Carnac… Bref, une vague, que dis-je, un raz de marée de belles expériences iodées à découvrir dans cet article.

Carnet pratique : que faire à Quiberon et Carnac en automne ?

🌤️ POURQUOI PARTIR EN AUTOMNE ? MES 5 BONNES RAISONS :

1 – La foule en moins, la nature en plus !
Sous la lumière d’automne et délivrée de la foule, le spectacle de la nature prendre une toute autre dimension !

2 – Les embouteillages en moins, les parkings gratuits en plus ! 
Qui dit moins de monde dit moins de circulation et plus de place pour se garer. Un avantage non négligeable surtout concernant la presqu’ile de Quiberon et son unique route Quiberon-Continent qui peut vite devenir compliquée le week-end.

3 – Les logements complets en moins, les bons plans en plus
En automne, vous serez assuré de trouver un point de chute à peu près partout. Les hôtels sont bien souvent ouverts jusqu’à la Toussaint voire au-delà et proposent souvent des offres spéciales à cette période.

4 – La baignade en moins, les loisirs nautiques en plus
L’été est passé mais pourquoi se passer de plage ? Au contraire, en Bretagne, les joies du bord de mer se réinventent sans cesse au gré des marées et des ambiances : pêche à pied, balade, surf, longe-côte, char à voile, équitation… de quoi combler toutes les envies !

5 – L’agitation en moins, la tranquillité en plus
Avoir la plage pour soi, goûter à la toute-puissance de l’océan seul(e) au monde, des plaisirs inimaginables en plein été. Il y a quelque chose d’exclusif à prendre le large en septembre ou octobre, après tout le monde.

🚅 COMMENT Y ALLER ? Trains directs de Paris Montparnasse (2H45) ou Lyon jusqu’à Rennes. Liaisons Rennes – Auray très régulières en TER ou TGV. Aéroport à Rennes et Nantes  desservis par EasyJet et situés à 1H30 en voiture d’Auray

🧑 IDÉES DE VISITES DETAILLEES DANS L’ARTICLE :

  • 🥾Côté balades et randos pédestres :  la côte sauvage sur la presqu’île de Quiberon, le sentier de Cadoudal qui longe la Ria d’Etel
  • ⚓Les petits ports à ne pas manquer : le très pittoresque port de Saint-Goustan et le port miniature de Portivy
  • 🤪Côté loisirs : fat bike, char à voile, longe-côte, croisière sur la Ria d’Etel
  • 🏺 Côté culture : les alignements de Carnac et la visite de la Conserverie la Belle-iloise
  • ⛱️ Les stations balnéaires de Carnac et Quiberon

Que faire à Quiberon et sur la presqu’île

 

🥾 Randonnée sur la côte sauvage, l’incontournable en baie de Quiberon

Côte sauvage… ce nom à lui seul réveille tout l’imaginaire associé au littoral breton que je tenais tant à voir : falaises battues par le vent, vagues se fracassant contre les rochers… Une vision romanesque qui ne doit pas faire oublier la réalité : sur cette côte longue d’une dizaine de km la mer est un élément bien vivant. Elle est mer de tous les dangers. Veillez à ne pas vous écarter du sentier pour des raisons de sécurité et de protection du littoral ! Quant à la baignade elle est tout bonnement interdite du fort de Penthièrve au château Turpault.

Quand je m’y suis rendue, point d’orage ou de tempête à l’horizon. C’est une brume épaisse qui m’accueille conférant au paysage une aura mystérieuse. Une ruine au loin peine à émerger, l’horizon a disparu… Ça me rappelle l’Écosse… Et puis, soudain, la météo bascule. Au brouillard se substitue un ciel nuageux ménageant des éclaircies et lumières inouïes. C’est la magie du climat Breton ! Le décor lui aussi change au fil de la randonnée. Me voilà à la pointe du Percho. Je fais face à un panorama grandiose avec plusieurs plages ourlées de vagues et d’écume où dansent des surfeurs…C’est la magie de ce sentier côtier. Criques paradisiaques, plages converties en spots de surfs, abrupts vertigineux, grottes, le spectacle se renouvèle constamment !

Selon la météo et les marées, le paysage offre un visage tantôt apaisé tantôt farouche. Mais une seule constante : la beauté saisissante et vivifiante du lieu !

➡️ Infos pratiques rando sur la côte sauvage :

Longueur : 8 km
Durée : Environ 2H30 (Aller)

Parkings gratuits le long de la petite route qui borde le sentier côtier. On peut donc commencer la promenade de n’importe où.
A ne pas manquer : la pointe du Percho et son ancien observatoire mililaire (la ruine dans la brume évoquée plus haut)

Balade-découverte de la station balnéaire de Quiberon : plage, port et visite de la Belle-iloise

Silhouette du château Turpault à Quiberon

Silhouette du château Turpault à Quiberon

Il m’a fallu un petit temps d’adaptation pour “assimiler” cette station balnéaire multi-facettes. Tout commence par la Grande Plage. Privilège du hors saison, elle est toute à moi (ou presque).

Un peu plus loin à Port-Maria, là aussi très calme (étant donnée la saison et la marée basse) mais pas totalement endormi. A la place du va-et-vient des dizaines de bateaux de pêche j’ai pu assister à un autre spectacle typique du bord de mer en Bretagne : les pêcheurs à pied armés de seaux et d’épuisettes, partis chasser coques, palourdes et autres coquillages enfouis sous le sable.

Ma balade s’est arrêtée ici malgré la silhouette imposante du château Turpault qui me faisait de l’œil. Cette drôle de bâtisse est un mélange de manoir et de château romantique. Posée sur la pointe de Beg-Er-lan, elle marque l’entrée de la côte sauvage et se rejoint en 10 min à pied depuis le port.

➡️Infos pratiques balade-découverte de Quiberon

Longueur : 1,7 km
Durée : environ 30 minutes/1 heure
A ne pas manquer : acheter une part de far breton à la Maison Riguidel entre le port et la plage; 3€ de pure gourmandise bretonne.

Bonus visite de la Belle-iloise

⛵️ Baie de Quiberon côté plage 

A faire la presqu'île de Quiberon ; du char à voile sur le plage de Kerhillio

A faire sur la presqu’île de Quiberon ; du char à voile sur le plage de Kerhillio

Char à voile sur la plage de Kerhillio 

Sur la plage de Kerhillio, il flotte un petit air de vacances en cette belle journée d’octobre. Grand soleil, marée basse et des km de sable mouillé qui m’apparaissent presque comme un mirage moi qui d’ordinaire ne jure que par les criques de la Méditerranée. Mon copain m’a toujours vanté la beauté et l’immensité des plages de Bretagne mais c’est bien ici devant ce panorama infini que j’en ai la preuve tangible. Pour ne rien gâcher elle est bordée de dunes à perte de vue. Cet immense ensemble dunaire (le plus vaste de Bretagne) est par ailleurs classée “Grand site de France” pour sa grande richesse écologique.

Malgré ce beau soleil il n’est nullement question aujourd’hui d’étendre sa serviette. Les caisses à savon armées de mats au loin préfigurent une activité très exotique : le char à voile ! Les 6 km ininterrompus de sable de Kerhillio forment un terrain de jeu rêve pour ce sport de glisse d’une simplicité enfantine ! Une fois installé dans le siège, il faut :

  • Jouer avec un cordage (appelé l’écoute) pour orienter sa voile selon la direction du vent. C’est sans doute là que c’est le plus technique surtout en cas de vent faible. Mais dès que la houle se lève les sensations de glisse sont immédiates et terriblement grisantes !
  • Manœuvrer avec les pieds grâce une barre latérale faisant office de cale-pied et de gouvernail… et voilà ! Un jeu d’enfant à mi-chemin entre le kart et l’optimiste.

➡️ Infos pratiques Sortie Char à voile

Prestataire : Zef Attitude
Prix : 27€ par personne
Accessible dès 7 ans
Durée : 1h à 1H30 après un briefing rapide du moniteur
EQUIPEMENTS
Fourni : Surpantalons et casques
Prévoir si possible : Gants mappa ou jardinage, lunettes de soleil, veste ou kway

Fat bike sur la plage de Kerhillio

Après cette séance décoiffante je loue un fatbike pour un aperçu “en accéléré” de cette étendue grandiose où se croisent toutes sortes d’occupants : surfeurs, kitesurfeurs et autres accros aux sports de glisse, cavaliers, familles qui font des pâtés de sables ou du cerf-volant, randonneurs. A croire qu’ils s’étaient tous donné rdv pour me donner à voir l’étendue des plaisirs du littoral breton. Pas de quoi détrôner la Méditerranée qui m’est si chère mais…. de quoi la délaisser de temps en temps histoire de varier les plaisirs !

➡️ Infos pratiques location de fatbike près de la plage de Kerhillio

Prestataire : Cyclo Loisirs à Erdeven, à 5 min à vélo de la plage.
Prix : autour de 20€ la 1/2 journée.
Possibilité de louer sur une semaine.
Nouveauté : mise à dispo de vélo sur votre lieu de vacances !

Visite de la conserverie la Belle-iloise

Quelle bonne surprise de découvrir que Quiberon est le lieu d’implantation historique des fabuleuses conserves la belle-iloise et qu’il est possible de visiter le site de production. L’occasion pour moi de percer les secrets de fabrication de ces conserves de poisson dont je raffole ! Une visite de 45 minutes passionnante à plus d’un titre :

  • la guide maitrise le sujet sur le bout des doigts : saison de pêche des sardines et maquereaux, effectif de l’usine, fonctionnement des machines… posez-lui n’importe quelle question, elle saura y répondre.
  • L’espace muséographique offre un éclairage historique très intéressant. On y apprend par exemple que si la pêche était un métier d’hommes (Quiberon était le 1er port sardinier dans les années 60), la production de conserves était une affaire de femmes.
  • la vue sur le site de production où d’innombrables mains expertes et agiles s’affairent : couper les têtes des poissons, les éviscérer, les placer dans les conserves, des opérations restées manuelles pour préserver la chair délicate des poissons. Les machines elle servent pour d’autres opérations comme  frire les poissons, stériliser les conserves ou encore les fermer hermétiquement.
  • Passage obligatoire par la boutique. A l’est de la France où j’habite, les boutiques de vente directe se font de plus en plus nombreuses mais elles restent bien plus rares qu’en Bretagne, alors… j’ai fait le plein !

➡️ Infos pratiques visite de la conserverie

Tarifs : visite guidée gratuite
Public : tous publics, visite pensée pour toute la famille
Horaires des visites : Du mardi au vendredi, 2 visites par jour : à 11h et 15h. Il n’y a pas de visite le samedi, dimanche et lundi.
Aucune réservation possible : Se présenter directement en magasin, au moins 15 minutes avant l’heure de visite.
Photos du site de production interdites par respect pour le personnel qui y travaille.

🛏️ Où dormir sur la presqu’île de Quiberon ? L’hôtel Europa***

Les avantages à choisir l’hôtel Europa*** en hors-saison :

– Comme il y a moins de monde, sautez sur l’occasion de pouvoir réserver une chambre avec vue mer !
– En octobre, se lever aux aurores ça veut dire 8h30, timing parfait pour regarder le lever du soleil avant d’aller prendre son petit déjeuner.
– Avoir la piscine couverte pour soi après une journée au grand air !
– Profiter en toute quiétude sans la foule et les voitures de la balade qui longe la mer jusqu’au la pointe du Conguel située à 2km seulement de l’hôte

Prix : à partir de 85€  la nuit, un très bon rapport qualité/prix pour une destination aussi populaire et fréquentée que la Baie de Quiberon !

lever soleil depuis l'hôtel Europa à Quiberon

lever soleil depuis l’hôtel Europa à Quiberon

Visiter la Ria d’Etel : à pied et en bateau

 

🥾 La Ria d’Etel à pied : le sentier de Cadoudal

C’est d’abord une balade en forêt sur petit chemin qui sent bon… la noisette… Non, l’iode et la marée ! Et pour cause la mer est là tout près et après avoir cheminé au milieu de chênes séculaires, je débouche sans transition  sur une étendue d’eau assez indéterminée mélange de mer et de fleuve. Mon odorat reconnait le parfum de l’air marin mais mon regard, lui, ne reconnait nullement l’océan et son l’horizon lointain, là où le ciel et la mer se rencontrent. En fait, par ici c’est plutôt la terre et la mer qui se rencontrent pour former une Ria autrement dit une vallée fluviale envahie par la mer.

A marée basse c’est la terre qui prend possession de la mer créant une multitude de vasières, d’îles et d’ilots brouillant encore plus la géographie de ce site. A marée haute au contraire c’est la mer qui gagne du terrain et créée des ramifications propices à l’élevage d’huitres. Le sentier côtier de Cadoudal qui suit au plus près les multiples échancrures et dentelles formées par la Ria permet de marcher sur le fil entre terre et mer.

Pour moi c’est définitivement à pied que j’ai préféré découvrir ces drôles de paysages qui donnent parfois l’impression d’être à la campagne et parfois à la mer.

➡️Infos pratiques sur la balade

Durée : 50 min
Distance : 3 km
Difficulté : très facile
+ d’infos sur le site de l’Office de Tourisme de la Baie de Quiberon

Sentier de Cadoudal Ria d'Etel, Morbihan

Sentier de Cadoudal Ria d’Etel, Morbihan

⚓ La Ria d’Etel en bateau : croisière commentée

La croisière permet de découvrir l’autre facette de la Ria D’Etel, avec ses courants très forts, ses remous et ses naufrages… En effet le bateau nous amène à proximité de l’embouchure de la Ria, là où se produit un phénomène naturel nommé “Barre d’Etel”.  Il est formé par un banc de sable qui se déplace et peut provoquer des remous très dangereux lors de marées à fort coefficient. Un danger bien réel pour les marins et matérialisé par la présence d’un sémaphore qui assure la surveillance.

La suite se veut une jolie balade dans cette mer intérieure où se succèdent parcs ostréicoles, iles et petits ports. Sans oublier l’animation apportée par la faune humaine (pêcheurs, kayakistes, randonneurs…) et marine, oiseaux marins en tête.

➡️Infos pratiques croisière

Compagnie : Navix
Départs en octobre : mercredi et dimanche à 10h30 et 15H30
Durée : 1H30
+ d’infos :  https://www.navix.fr/
Prix adulte : 21€

A ne pas manquer du côté du port d’Etel : s’abandonner à la contemplation du soleil se couchant sur les eaux… en apparence tranquilles de la Ria

Coucher Soleil sur l’estuaire de la Ria Etel, bretagne

Saint-Cado : un îlot, un village, une maison et des moules-frites

Arrivée autour de 13H30 avec le ventre criant famine, c’est les pieds sous la table d’un restaurant situé aux premières loges que j’ai pu contempler à l’envi l’adorable village de Saint-Cado. Rien ne vaut une grande marée et un peu de temps devant soi (+ un plat de moules frites) pour observer la mer monter et Saint-Cado redevenir un îlot relié au continent par un petit pont en pierre.

Il m’est bien difficile de m’arracher à la contemplation de ce petit bijou régulièrement cité parmi les plus beaux villages de Bretagne. Je prends quelques photos de l’iconique et ultra instagrammé maison de pêcheurs aux volets bleus avant de repartir vers d’autres aventures iodées.

Village de Saint Cado à marée basse

Village de Saint-Cado à marée basse

🛏️ Où dormir près de la Ria d’Etel – Dihan Evasion

Je n’y ai dormi qu’une nuit et je n’ai pas vraiment eu le temps de m’y attarder. Et pourtant ! C’est le genre d’endroit où une fois installé, on n’a plus du tout, mais alors plus du tout envie de ressortir. A quoi bon quand on nous met à disposition des hectares de nature, une piscine en plein air et de multiples habitats pensés comme de véritables petits cocons pour déconnecter : matière bois partout, des hautes herbes ou la forêt en guise d’horizon, quelques moutons et ânes à saluer… Un éden écolo à l’écart des sentiers battus.

Hébergements proposés : écolodges, cabanes insolites avec ou sans spa privatif, roulottes, yourtes et cabanes dans les arbres
Prix : très variable selon la saison et le type d’hébergements choisi. Plus d’infos et réservation sur leur site web.

Ecolodge d- Dihan Evasion

Ecolodge d- Dihan Evasion

Carnac : menhirs, plage et balade

coucher de soleil à carnac

coucher de soleil à carnac

Les alignements de Carnac : des menhirs par milliers

Carnac c’est avant tout un site mégalithique unique au monde et d’ailleurs candidat (très légitime !) au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est du reste la seule image que j’avais accolée à ce nom : des menhirs et dolmens en pagaille. Quand on se renseigne les choses se précisent : plus de 3000 menhirs alignés sur près de 4km et datant de plus de 6000 ans (époque Néolithique). En 1830, Prosper Mérimée alors inspecteur des Monuments Historiques écrivait à leur propos.

 Du haut des dolmens les plus approchés d’Erdeven, la vue de ces immenses allées offre un spectacle imposant et solennel.

De tout temps l’homme a cherché à percer les secrets de ces pierres énigmatiques. A chaque époque son lot de mythes et interprétations erronés :

  • au Moyen âge les milliers de menhirs sont des traces des Géants;
  • pour le XVIe, ce sont les œuvres des Romains;
  • au XVIIIe, le site va être associé à la culture celtique.
  • La dernière théorie scientifique en date fait valoir la notion de “site de passage” : une frontière marquant la rupture entre 2 mondes. Les alignements de pierre deviennent alors un avertissement, ils délivrent un message à ceux qui traversent cet espace.

Une seule certitude : le mystère reste entier.

Ma visite éclair ne m’a pas vraiment permis de mesurer toute la valeur exceptionnelle du site. Le mieux pour bien comprendre les mégalithes de Carnac est de commencer par le centre d’interprétation puis de prendre part à une visite avec un guide-conférencier. Bien souvent quand on visite un site préhistorique , sans clés de compréhension ou médiation, l’essentiel du lieu nous échappe…

A Carnac les visites guidées sont la seule option en haute saison (avril à octobre) pour découvrir les alignements de l’intérieur. Car petite précision, il sont entourés de clôtures. Mais la simple balade reste tout à fait possible puisque chaque site (Ménec, Kermario et Kerlescan) disposent d’un chemin piéton gratuit pour approcher les pierres au plus près.

Carnac côté plages : bouffée d’air marin et de tranquillité

Carnac c’est aussi une station balnéaire, chose que j’ignorais totalement avant de venir. Avec ses 5 plages de sable fin orientées sud, elle attire la foule en été : famille, parisiens en vacances dans leurs résidences secondaires, vacanciers en camping ou camping-car… C’est une version sans touristes que j’ai peu découvrir pour mon plus grand plaisir ! J’ai particulièrement apprécié la balade en bord de mer dans la douceur de l’été indien. En segway ou à pied, il suffit de longer les plages jusqu’au minuscule village de Saint-Colomban avec ses maisons en pierre.

J’ai testé le longe-côte sur une plage de Carnac

Un lundi d’octobre, 18h30, j’ai rdv avec une dizaine d’habitants du coin pour une session de longe-côte. Une belle convivialité règne par ici. Les participantes (il y a surtout des femmes entre 30 et 60 ans voire plus) semblent se connaitre depuis longtemps, l’engouement est palpable. Moi la pièce rapportée j’avoue appréhender un peu la fraicheur de l’océan.  On me rassure immédiatement, grâce à la magie de la combinaison, on ressent le froid uniquement les 1eres secondes. J’en fait le constat une fois dans l’eau. D’ailleurs l’activité se pratique toute l’année, peu importe la météo, qu’il pleuve, qu’il vente, été comme hiver !

Le spectacle du jour qui décline et la sensation immédiate de bien-être dans l’eau me donnent envie de barboter, de contempler, de m’abandonner à l’instant présent.

Mais ce n’est pas le programme ! Sur son paddle, le sympathique moniteur m’explique la technique de la nage aquatique. Puis me voilà embarquée avec le groupe dans une séance bien plus éprouvante que ce que j’imaginais ! Très vite je me retrouve à la traine et réalise que le longe côte se veut un sport d’équipe. Le peloton se forme avec en tête ceux qui ouvrent la voix et derrière ceux qui bénéficient de leur poussée de l’eau. Puis le moniteur enchaine les exercices à deux ou en petit groupe. Et à chaque fois j’en bave ! Moi qui pensais que c’était un “sport de grand-mère” je découvre une activité très complète qui fait travailler l’équilibre, la respiration, le tonus musculaire. Et ce bonheur ultime de se retrouver dans l’eau devant un merveilleux coucher de soleil…

➡️Infos pratiques longe-côte à Carnac

Des créneaux sont ouverts à tous, quel que soit votre niveau de pratique et vos capacités physiques.
Possibilité de louer la combinaison sur place
Contact : Sports Nature

A Faire non loin de Carnac (18km) : le port de Saint-Goustan

C’est le 1er endroit où j’ai atterri après 7H de train avec cette impression d’être larguée au milieu de la carte postale des vacances bretonnes : le combo nuages-soleil, des  gens en terrasse ou qui se baladent sur les quais, le petit train touristique qui prend les derniers touristes de la saison… L’été n’a pas dit son dernier mot par ici !

🛏️ Où dormir à Carnac : hôtel de la Licorne

Une adresse comme je les aime qui ne fait pas dans l’ostentation mais qui offre des prestations de grande qualité pour un prix très honorable. Déco soignée, jolie vue sur les anciens marais salants, salle de petit déj très agréable, jardinet… Tout ça à partir de 70€ en moyenne saison. Que demander de plus ?

Carte des visites et hôtels autour de Quiberon et Carnac




Vous aimez cet article ? Parlez-en à vos amis et inscrivez-vous à notre newsletter

D’autres articles sur les mêmes thématiques

Bretagne

Plage

France

Laisser un commentaire