Sur les sentiers de Corse (1) : de Calenzana à Girolata

Vue sur le village de Girolata depuis le sentier du douanier, Corse, Mare e Monti

Voilà, vous y êtes, déposé ici. C’est donc parti pour 4 jours de marche avant la pause à Girolata.




Étape 1 : de Calenzana à Bonifatu

La première étape de ce parcours,  de Calenzana à la forêt de Bonifatu est très accessible, facile même pour une débutante comme moi. C’est un chemin de 12km que j’ai fait en 4h22. Timing sans compter les pauses rivière, bronzage et sieste !

 

Dîtes au revoir à votre dernier village :

 

Et bonjour à la montagne Corse :

 

A peu près à la moitié du parcours on longe la rivière figarella, vous trouverez 2-3 fois des accès faciles pour aller au bord de la rivière. La partie qui se trouve dans la forêt est plus agréable pour la baignade. Attention ça reste une rivière,  c’est froid !!! glagla.

 

Arrivée sur la route on prend à gauche et en 10-15min à peine on arrive au gîte d’étape, l’Auberge de la forêt.  Accueil sympathique, propre, bon service, bien mangé etc… Rien à redire.

 

En arrivant à l’auberge prenez le temps d’aller voir les vasques de Figarella par les passerelles. (Renseignez vous auprès du Gîte)

 

La récompense de tous les instants pendant ces 9 jours de marche les points de vue, coucher de soleil, plage, rivière etc… et pour ce 1er réveil en montagne : BONJOUR

 

Etape 2 : de Bonifatu à Tuarelli

Une grosse étape pour une novice comme moi….16,5km, 650 de dénivelé positifs et 1100 en négatif !!!  Impossible de se perdre il n’y a qu’un seul sentier quasiment tout le long !! Sentier entretenu tant bien que mal, malgré les nombreux arbres déracinés qu’il faut parfois enjamber. Bon point on ne manque pas d’eau sur ce parcours qui croise à 3 reprises des sources.

 

Les 3/4 du temps de marche se trouve en forêt, pas hyper palpitant,  mais dès qu’on a un point de vue on en prend plein les mirettes et on comprend le nom de ce parcours du coup !!

 

La récompense au bout du chemin.. l’arrivée au gîte de Tuarelli avec accès direct à une piscine naturelle de la rivière Fangu.  Température de l’eau beaucoup plus clémente qu’en forêt hier,  au top pour quelques brasses bien méritées et une petite séance bronzage. Super site.

 

Pour le gîte,  tout bien… C’est à la bonne franquette quand même, mais assez marrant au final. Pour trouver le Gîte d’ailleurs, attention vous c’est en bas à droite quand vous arrivez. Oui car en face de vous vous trouverez le fameux site avec la Ferarri laissée à l’extérieur de la maison… non ce n’est pas la ! Vous vous descendez, ok ?!

 

Retrouvez toutes les informations pratiques avec coordonnées des gîtes, entre autre, ICI

 

Que c’est bon d’arriver et de se prélasser au bord de la rivière.

 

En cette saison il n’y a pas foule, et comme je suis une randonneuse tranquille c’est petit déjeuner en solo pour moi…




Etape 3 : de Tuarelli à Galeria

3ème jour de marche pour une street trotteuse plus habituée à fouler le bitume en recherche de bar à cocktails… La fatigue commence à s’installer. Mais les paysages Corses et la pause plage à l’arrivée permettent de garder le rythme. Sur ce tronçon Tuarelli – Galeria, on commence par longer la rivière le Fangu. C’est une petite étape,  avec peu de dénivelé, donc profitez en pour faire une petite grasse mat, partir avant 9h30 ne sert à rien.

 

Moi je suis partie à 9h30 et au bout de 30 min je m’arrêtais déjà pour une séance baignade et bronzage au bord du Fangu. J’ai pris le second accès pour la rivière, mais le 1er avait l’air vraiment bien aussi ! Alors nous sommes début juin et c’est le matin, donc encore une fois c’est froid !!! Mais tellement génial d’être seule au milieu de cette rivière. Je vous conseille de vous arrêter sur ces premiers accès pour plus de tranquillité, car par la suite le chemin est très fréquenté par les touristes qui se garent au pont du Fangu et viennent à pieds pour profiter de la rivière.

 

Donc, après ce super sentier de bord de rivière, on passe 1,5km sur la route, on rejoint un sentier et la à chaque point de vue la baie de Galeria, magnifique !

 

Avec 1h d’arrêt à la rivière, j’arrive quand même à 15h au gîte de l’étape Marine. Malheureusement celui ci n’ouvre qu’à 16h30… Que faire ??! j’ai vu ce panneau « Plage » en arrivant..  Mais avec mon sac et mes chaussures de rando hors de question. Finalement je laisse un mot sur le sac à dos, et laisse tout sur place pour aller profiter d’un plouf gigantesque et bien mérité. Depuis le gîte il faut compter 10min pour aller à la plage. Ne soyez pas étonné de trouver des vaches sur la plage !

 

A Galeria, vous avez une supérette et la banque postale ! idéal pour un ravitaillement.

 

Le gîte l’étape Marine est tenu par 2 sœurs depuis 26 ans ! (à partir de 2017 leurs enfants reprennent le flambeau) A mon retour de la plage elles sont toutes deux en cuisine pour nous préparer le repas du soir. Au menu crudités râpés et sa mayonnaise maison (un privilège accordé uniquement parce qu’elles m’apprécient je crois !) moussaka, fromage et tiramissu…  super !

 

Un bon accueil, tout en « familiarité » de deux grand-mères à une jeune femme, mais surtout je crois en simplicité des rapports. Je prends l’apéro et je papote avec Aznavour en fond sonore…
Demain petit déjeuner à 7h30 pour une grande étape jusqu’à Girolata.

 

Etape 4 : de Galeria à Girolata

Et 4ème jour de marche….  !!! Un pied devant l’autre dans des dénivelés toujours plus rocailleux ! Mes genoux et mes chevilles sont à bout… Vous partez pour une étape de 6h annoncées, avec 754m de dénivelé positif et 784 en négatif.

 

Mais toujours ces paysages qui vont font tenir. Girolata n’est accessible que par bateau ou à pieds ! Après 3h de montée on atteint un premier point de vue imprenable…  pause déjeuner au sommet, au pied d’un chêne qui nous protège de son ombre. Et la mer à nos pieds et la montagne autour.

 

Mais le meilleur reste à venir pendant environ 45min je dirais on longe les crêtes de Lucciu….  Et là..   C’est à couper le souffle littéralement. On se retrouve avec une vue à 240degres sur les baies de Calvi, Girolata, Scandala… Et la montagne.

 

Et ensuite c’est partie pour une bonne descente….  jusqu’à Girolata ! comme à chaque fois la beauté des lieux font oublier l’effort fourni pour y parvenir.

 

Et toujours le plouf du réconfort ! petite séance plouf-sieste-plage et hop ! c’est reparti.

 

Je pose mon sac à dos au Gîte du Cormoran. Après un Corsica Cola et la libération de mes petits pieds je décide de faire 2 nuits ici pour me reposer avant de reprendre la marche.

 

Girolata vaut vraiment le coup de s’y attarder. Découvrez mes 2 jours hors du temps, de la technologie, et de la pollution à Girolota.

 

CORSE

Entre mer et montagne




Cet article vous a plu ?
Dites-le avec des étoiles ! 🙂

Sur les sentiers de Corse (1) : de Calenzana à Girolata
1.6 (32.5%) 24 votes