Le LAC de la VOGEALLE en boucle par le Pas du Boret

Le Lac de la Vogealle et les Dents Blanches

Sixt-Fer-à-Cheval est surtout connu pour son Cirque (même si le site est très calme…). Mais si on prend un peu de hauteur, on découvre d’autres merveilles, insoupçonnées depuis le bas. Le Chalet du Boret et le Lac de la Vogealle font partie de ces lieux splendides ! Le premier offre une superbe vue sur le Pic de Tenneverge et le « Bout du Monde » et le second est au pied des magnifiques Dents Blanches → 😀

« Sommet » : Lac de la Vogealle (2001 m)
Massif : Haut-Giffre (Haute-Savoie)

Départ : Cirque du Fer-à-Cheval (951 m)/p>

Carte IGN : Samoëns 3530 ET

Dénivelé : 1050 m

Durée : montée 2h30/3h – retour 3h

Difficulté : ★★★☆☆
(Pas du Boret plus physique que technique)

d’avril à novembre

Intérêt : ♥♥♥♥
Lacs de Montagne
Refuges
Cascades

Se rendre au Cirque de Fer-à-Cheval :

Depuis Taninges, remonter le Giffre en traversant Samoëns puis Sixt-Fer-à-Cheval et poursuivre en direction du Cirque du Fer-à-Cheval (ça commence déjà à en mettre plein la vue !). Après Nambride, un péage rend l’accès au parking est payant entre 8h30 et 17 heures (4€ afin de financer l’entretien du site).

 




Montée par le PAS DU BORET

Le départ pour le Lac de la Vogealle se fait depuis le parking du Plan du Lac, en direction du Fond de la Combe, peu importe la rive du Giffre. Toutefois, je vous conseille celle « de droite » qui part du Chalet de la Réserve (restaurant) et le point info touristique. Elle est plus plane et surtout, surtout, elle permet une vue reculée sur les parois rocheuses ensoleillées (exposées Sud-Est) ! À un moment donné, du coup, il faudra juste traverser un des ponts… Mais tout est très bien indiqué. 🙂

 

La montée se fait au niveau du Chalet de Prazon (buvette) qu’on atteint en 1/2 h. Inspecté la veille lors de la balade au Bout du Monde, le Pas du Boret s’annonçait comme raide, délicat et vertigineux. D’ailleurs, au départ depuis le Chalet de Prazon, un panneau indique « réservé aux randonneurs expérimentés, ne souffrant pas le vertige… dangereux et glissant par temps de pluie » . (« souffrant » , les mots sont choisis…). Du coup, ça peut inquiéter un peu (du moins forcer à être vigilant) et puis quand on voit les personnes qui s’y engagent (…), ça rassure… On se dit que… D’ailleurs, il y a beaucoup de monde ! La montée commence par un passage sur la dalle rocheuse (ce qui légitime les recommandations par temps humide) puis cela devient un sentier sur terre, en zig-zag. Tout cela est sécurisé par de nombreux câbles (plus qu’il n’en faut !) et la possibilité de vertige n’est que très très légère… La vue devient plongeante sur le Bout du Monde et le Giffre qui serpente au Fond de la Combe.

Plus on monte, plus le sentier devient végétal et il se finit même par une partie sous les arbres (ce qui fait du bien !) et au bout d’1/2h environ, on aperçoit le Chalet du Boret, posé sur une « butte ». L’endroit est splendide ! Un petit chalet en bois, joliment décoré, posé sur une terrasse herbeuse qui offre une superbe vue à 180° : la Tour St-Hubert (2430m), le Grand Mont-Ruan (3053m), les cascades du Bout du Monde, le Pic de Tenneverge (2989m) et un bout du Cirque du Fer-à-Cheval. Les parasols de couleurs vives donnent assurément un atout supplémentaire à la beauté du lieu. Ne soyez pas surpris en arrivant, des poules sont en liberté au milieu des tables : autant d’œufs à ne pas monter pour faire les tartes aux myrtilles et autant de déchets qui ne sont pas à redescendre ! Les tarifs sont vraiment abordables et Sylvie et Hubert sont très accueillants ! 🙂 De là, on peut rejoindre le Bout du Monde en 1h, sans monter au Lac de la Vogealle.

Rejoindre le REFUGE DE LA VOGEALLE

Le sentier pour rejoindre le Lac de la Vogealle passe par le Refuge. Il monte en lacets à la verticale du Chalet du Boret puis arrive sur un large plateau herbeux, à la Pierre du Dard. La vue gagne de la hauteur et on découvre petit à petit les glaciers et les sommets invisibles depuis le Fond de la Combe. L’itinéraire longe la barre rocheuse et devient de plus en plus minéral. Après un passage au pied de la cascade du Dardet (en début de saison) et une jolie petite arche, on atteint un champs de pierres puis de rochers.

 

Après une grosse 1 heure depuis le Chalet du Boret, on atteint le Refuge de la Vogealle (1901m), situé sur un replat où la végétation semble avoir été incroyablement coupée au laser : orthogonalement façon « déboisement Sim City » ! (hypothèse : zone d’atterrissage de l’hélicoptère pour le ravitaillement) Une nuit sur place permet d’atteindre les plus hauts sommets alentours (Pointe de Bellegarde, Tête des Ottans, Pointe de la Golette, Lac des Chambres etc…). Là aussi, on trouve des poules et des parasols colorés.

Le LAC DE LA VOGEALLE

L’itinéraire pour atteindre le Lac de la Vogealle monte à gauche du lit puis d’une mini-gorge du torrent. Des fois que vous changiez d’avis comme ça d’un coup, vous avez la possibilité de partir au Lac des Chambres ou à la Pointe de Bellegarde par le Pas de l’Ours ou bien à la Tête du Perua ou au Col de Sagéroux. Mais déterminé (et conscient du temps nécessaire…), vous poursuivez droit devant dans un vallon fleuri, légèrement ascendant. Au bout d’une petite demi-heure, le Lac de la Vogealle s’offre à vos yeux…

 

…et aussi à vos pieds, vos mollets ! Et plus si affinités… Effectivement, certains se prennent un rapide bain rafraichissant et une « sénior » s’en est même allée de plusieurs brasses pour aller jusqu’au tiers du lac ! Respect ! Mais la vue trouve davantage d’intérêt dans la cadre naturel. Le Lac de la Vogealle est au pied de la chaine des Dents Blanches, avec tout à droite, la Dent de Barme (culminant à 2759 m) et, à gauche, la Pointe de la Golette (2638 m) et la Corne au Taureau (2630 m). On peut apercevoir un trou dans la barre rocheuse, la « Fenêtre des Dents Blanches ».

 

La superficie du Lac de la Vogealle est assez variable et il a même la particularité de pouvoir être asséché (enfin… encore boueux) durant l’automne. Son niveau maximal (plus de 500 mètres de long) est marqué par les bords rocheux bruns. Compter environ 1/2h pour en faire le tour. Au fond, la Corne au Taureau pointe et un sentier rejoint le Refuge de Folly par la Combe aux Puaires. Un brin de ciboulette a pu être goûté au milieu de la boue séchée. Depuis l’autre rive, une large vue sur la Pointe Rousse des Chambres (2660 m).

Retour par le BOUT DU MONDE

À moins que vous n’ayez un grand tour, il faut redescendre au niveau du Refuge de la Vogealle. De là, vous avez le choix entre redescendre par le même chemin amenant au Chalet du Boret et partir en direction du Bout du Monde. Pour ce dernier, prendre à gauche et monter en passant au dos du Refuge de la Vogealle. Le sentier traverse un champ de lapiaz. Juste après la coulée de pierres, tirer  à droite en descendant « dré dans l’pentu » dans le pierrier (vous pouvez également pousser un peu en face où, après 10 minutes, on a un superbe point de vue sur le Fond de la Combe et les cascades du Bout du Monde. Revenir sur ses pas ensuite).

 

Le sentier descend raide dans les pierres (il faut donc être vigilant pour ne pas glisser) et passe à côté d’un petit pont en bois qui remonte au Chalet du Boret (si vous voulez finalement revenir par le Pas du Boret –  je ne le conseille pas en descendant, laborieux). Poursuivre donc dans les sous-bois sur un sentier qui serpente, oscille, enjambe quelques torrents et offre de nombreuses vues sur les cascades. Après 2h depuis le Lac de la Vogealle, on atteint le Bout du MondeLe retour au parking dure environ 1h en longeant le Giffre.

Envie de poursuivre la découverte de Sixt-Fer-à-Cheval ?
Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



Le LAC de la VOGEALLE en boucle par le Pas du Boret
4.9 (97.86%) 103 votes