La DENT de CROLLES en boucle par le Pas de l’Œille et le Trou du Glaz

La Dent de Crolles, Massif de la Chartreuse

Une dent, un « oeil », un… trou… Non, vous n’êtes pas en train de lire une leçon d’anatomie ! Trônant au-dessus du Grésivaudan, la Dent de Crolles est le 2e sommet de Chartreuse, après Chamechaude. Plus impressionnante que compliquée, c’est une randonnée accessible offrant un joli balcon avec un large panorama sur la Chaine de Belledonne, Grenoble et le Sud du Massif de la Chartreuse. Je vous fais le topo de la montée au sommet de la Dent de Crolles par le Pas de l’Œille et descente par le Trou du Glaz.

Sommet : Dent de Crolles (2062 m)
Massif : Chartreuse (Isère)

Départ : Col du Coq (1402 m)

Carte IGN : Chartreuse Sud 3334 OT

Dénivelé : 660 m

Durée : montée 1h30 (par le Pas de l’Œille)
descente 1h30 (par le Trou du Glaz)

Difficulté : ★★★☆☆ (passages câblés)

de mai à novembre

Intérêt : ♥♥♥
Grottes
Chamois
Marmottes

Se rendre au Col du Coq :

De Chambéry, rentrez dans le Massif de la Chartreuse via les Échelles, Saint-Laurent-du-Pont puis Saint-Pierre-de-Chartreuse avant d’atteindre le Col du Coq.
Depuis Grenoble, passez par Saint-Nazaire-les-Eymes puis Saint-Pancrasse pour arriver au parking sous le Col du Coq (possible également depuis Chambéry si vous prenez l’autoroute).




Montée par le PAS DE L’ŒILLE

Dès le départ, on a le sommet de la Dent de Crolles sous les yeux (enfin, un peu au-dessus quand-même…). Il faut descendre quelques mètres sur la route pour rejoindre le sentier. Celui-ci commence dans les sous-bois avant d’atteindre les alpages. Les ruines de l’Habert des Ayes sont attirantes mais si vous y êtes, c’est que vous êtes aller trop loin. Le sentier tire à gauche de la montagne, en direction du col (comptez 15 min depuis le parking). Vous aurez peut-être la chance de traverser le troupeau de moutons. Au Col des Ayes (1538m), il est possible d’aller… Juste un peu après, on atteint l’embranchement des 2 chemins : par le Pas de l’Œille à droite (face Sud) ou par le Trou du Glaz à gauche (face Ouest).

 

La montée se raidit et se monte en lacets avant de partir droit en longeant la pente Sud de la Dent de Crolles qui passe au-dessus d’une falaise (mais loin, donc rien de dangereux ou vertigineux). À cet endroit, on a une superbe vue sur Grenoble et Chamechaude et, me voyant mitrailler avec mon appareil photo, un parapentiste s’est amusé à voler au-dessus de moi pendant plusieurs minutes. Je lui dois ces photos mais j’ai mal compris son nom (« Madron Mad sur Facebook »…) donc si tu te reconnais ou si ça vous dit quelque chose ou reconnaissez sa voile, merci de lui dire de me contacter.

 

Grosso modo, 30 min après l’embranchement, on arrive au pied de la barre rocheuse, marquée par une petite cavité. À partir de là, ça crapahute un peu parce qu’on remonte un couloir. Contrairement à ce qu’on pourrait penser depuis le bas, il n’y a rien de dangereux. Même le seul petit pas d’un 1m50 est équipé d’un câble ! Ensuite ça monte droit (mais pas dur) dans la cheminée. On passe à côté d’une… bite roche érigée 👆🏻, nommée l’Œille, qui donne véritablement du charme à la vue (ça rappelle la vue sur le Lac de Roselend depuis le Rocher du Vent). Encore quelques mètres et on arrive au Pas de l’Œille pour découvrir le plateau de la Dent de Crolles.

Au SOMMET de la DENT DE CROLLES

Sur la droite, on rejoint la croix sommitale de la Dent de Crolles. Il y a également un petit abri de pierres monté par et pour ceux qui bivouaquent. Attention à ne pas courir trop vite (surtout que c’est pierreux) parce que 4 mètres derrière, c’est le vide complet !!! Sensibles au vertige, gardez la distance. Ici, on est juste au-dessus du Plateau des Petites Roches et de la vallée du Grésivaudan et surtout, on se trouve face au Massif de Belledonne. C’est indéniablement le meilleur point de vue pour l’admirer et voir ses sommets : les Grands Moulins, le Pic du Frêne, le Puy Gris, les Aiguilles de l’Argentière, le Pic de Belledonne (de gauche à droite) puis Le Taillefer. On marchant un peu au Sud, on retrouve une large vue plongeante sur Grenoble avec le Mont Aiguille au fond et, en tournant la tête un peu vers l’Ouest, le Vercors et Chamechaude, point culminant du Massif de la Chartreuse. Si la vue au Nord est agréable avec le plateau en 1er plan, le Grand Som et les Lances de Malissard, elle n’offre qu’une vue lointaine avec les crêtes en perspective. Donc, si vous souhaitiez admirer les Bauges ou la Combe de Savoie, mieux vaut monter au sommet du Granier.

Descente par le TROU DU GLAZ

Certes, les jours d’été sont longs, mais il faut bien descendre. Préférant les boucles aux aller-retours, j’avais décidé de redescendre par le Trou du Glaz. Il faut donc suivre la pente du plateau de la Dent de Crolles qui est massivement constitué de lapiaz. Attention donc où vous mettez les pieds (surtout s’il reste encore de la neige). Mais qui dit pierres, herbes et soleil, dit… marmottes ! Je me doutais bien que ça devait en être truffé et ça n’a pas manqué. Soyez donc attentif et silencieux si vous y allez et vous aurez surement la même chance. D’ailleurs, en parlant de chance, j’ai pu croiser un maman chamois et son jeune cabri. Pas très farouche, mais gardant bien la distance quand-même ! Fin de journée, c’était l’heure du diner avant d’aller se coucher (« et n’oublie pas de te laver les dents mon chéri ! » ).

 

Au bout d’1/2 heure, on atteint l’embranchement qui envoie sur Bellefont. La descente n’est pas trop raide pour les genoux, en fait, ce sont pas mal de rochers dont il va falloir enjamber ou même descendre. Il y a tout de même certains passages abrupts qui sont très bien équipés de câbles.

 

Mais la partie la plus insolite de ce sentier est incontestablement le passage étroit entre deux blocs rocheux (on appelle ça une diaclase) d’une dizaine de mètres. On se croirait dans une sculpture de Richard Serra, naturelle. On descend à travers et on passe même sous les rochers qui sont coincés entre. « Ça tient, ça tient pas ? » (cf: 127 heures…). Et enfin, un petit pont de bois (qu’on traversait naguère… mais aujourd’hui encore) pour agrémenter le tout. 🙂

 

Et c’est pas fini ! Un dernier passage câblé (à voir dans les photos bonus) et on arrive à la fameuse et tant attendue grotte nommée Trou du Glaz. Un pur moment de fraicheur vous attend à l’intérieur. Attention à coup de froid après une bonne suée et aussi à ne pas glisser parce que de l’eau ruisselle depuis une mini-chute à travers une faille. Le Trou du Glaz est une bouche d’entrée au réseau de galeries souterraines de la Dent de Crolles (jusqu’à la grotte Annette, la grotte du Guiers-Mort…). Avis aux amateurs de spéléo ! Le Massif de la Chartreuse, constitué de roche calcaire karstique, est un vrai vrai gruyère et recèle de très nombreuses grottes et galeries (comme la Grotte à Colon au Mont Granier).

 

Rien que pour c’est ces deux attractions, la descente de la Dent de Crolles par ce sentier vaut le détour ! Quelques minutes encore sur un sentier qui oscillent et on rejoint l’embranchement qui monte au Pas de l’Œille. Retour au parking par le Col des Ayes. Juste en-dessous, un chemin rejoint précisément le Col du Coq dont il est possible de partir.

📷 L’Oeil d’Édouard ©

de PHOTOS de la DENT de CROLLES (cliquer)
Bonus : détour à SAINT-HILAIRE-du-Touvet (cliquer)

Le lendemain, traversée en voiture du Plateau des Petites Roches (juste en-dessous de la Dent de Crolles) où je m’arrête au site de décollage de parapentes de Saint-Hilaire du Touvet. Lieu culte des parapentistes, c’est ici que se déroule chaque année la mythique Coupe Icare où se jette dans les airs des véhicules ailés plus fantasques les uns que les autres ! On peut également y monter par le funiculaire qui part de Lumbin et passe par le départ de la via ferrata de St-Hilaire.

Retrouvez tous nos topos et conseils montagne dans notre rubrique Trace Les Cimes△△



La DENT de CROLLES en boucle par le Pas de l’Œille et le Trou du Glaz
4.9 (97.74%) 115 votes