CATHÉDRALE et ÉGLISES de FRANCFORT

La Cathédrale Saint-Barthélémy de Francfort (Kaiserdom St. Bartholomäus Frankfurt)

En vous baladant à Francfort, vous trouverez un grand nombre d’églises, avec des styles architecturaux différents, mais souvent avec le grès rouge typique de l’architecture locale. Je propose de découvrir les différentes églises que j’ai pu voir lors ma (re)découverte de Francfort :

📷 www.l-oeil-d-edouard.fr ©

La Cathédrale Saint-Barthélémy

Inévitable à Francfort, c’est, après les gratte-ciel, l’autre édifice qui surpasse la ville. Elle se situe évidemment en plein cœur du centre historique de la ville, entre Römerberg et le Musée d’Art Moderne. Son beffroi mesure 95m de haut et sa forme à flèches multiples ressemble à la Cathédrale Notre-Dame d’Anvers. Si son origine remonte en 852, le début de sa transformation en Cathédrale date de 1415. De style gothique donc, elle faite de briques de grès rouge ce qui lui donne sa particularité, surtout à l’intérieur. Elle fut le lieu des cérémonies officielles du Saint-Empire romain germanique du XVIe au XVIIIe siècle, d’où son nom allemand « Kaiserdom Sankt Bartholomäus ». Dévastée et brulée durant la Seconde Guerre Mondiale, comme tout la Vieille Ville de Francfort, elle a été restaurée durant les années 1950.

L’intérieur

Après le petit hall, on entre dans un narthex très vertical avec une crucifixion en sculpture qui entraine notre regard jusqu’au plafond. Après le portique en fer, on pénètre dans la nef. On ne peut qu’être saisi par l’atmosphère interne, on baigne dans une couleur douce et intense, proche de la sanguine. La nef est très haute et étroite ce qui donne une verticalité assez impressionnante là aussi tandis que le long transept augmente le volume et accueille l’orgue. Le chœur, non accessible, abrite un retable sculpté. Une pietà se trouve dans la petite chapelle latérale.

 

Le clocher

Il est possible de monter au sommet du clocher pour 3€. D’ailleurs, c’est que j’ai fait. C’est moins cher que la Main Tower et éthiquement, je préfère donner mes sous à un monument historique qu’à une entreprise assez riche pour se payer un tel bâtiment et qui fait encore payer. Enfin bref… Et puis stratégiquement, elle est plus au cœur de la ville et permet justement d’avoir des vues plus variées (plongeante sur la rivière ou sur le centre historique, panoramique sur les gratte-ciel…). Le seul bémol, s’il en est réellement un parce que ça prend à peu près 10 minutes, ce sont les 325 marches à gravir. On monte dans un escalier en colimaçon assez exigu et honnêtement, ça donne un peu le tournis. Mais au-dessus, la vue ne déçoit pas. On voit tous les endroits qu’on a ou qu’on va (vouloir, du coup) découvrir pour sa visite de Francfort.

 

Paulskirche, l’Église Saint-Paul

C’est une belle surprise ! Je l’ai vue en baladant, un peu au hasard après Römerberg. Sa forme cylindrique m’a intrigué et je ne savais pas trop ce qu’était ce bâtiment (politique ? mais avec un clocher ?…). À ses pieds, il y a un panneau expliquant son histoire : cette église luthérienne fut construite de 1789 à 1833 et accueillit le premier parlement d’Allemagne élu démocratiquement en 1848, missionné pour rédiger la constitution allemande. Comme le Lögberg à Þingvellir en Islande, l’église Saint-Paul est donc un symbole de démocratie. Mon intuition trouve un point de réalité… D’autant que, aujourd’hui, après sa reconstruction post Seconde Guerre Mondiale, elle n’est pas utilisée dans un but religieux mais pour des manifestations (culturelles par exemple avec le Prix Goethe).

 

En entrant, on arrive dans une salle circulaire. En son centre, une fresque historique de Johannes Grützk représentant des hommes politiques et, tout autour, des panneaux racontant l’histoire de ce Parlement. En montant à l’étage, on vit un surprenant contraste : alors que la salle au rez-de-chaussée était écrasante, on découvre ici une salle immense sous plafond avec un impressionnant oculus, lumineuse et très très verticale !! Inouï et impressionnant. À voir et à ressentir absolument.

 

Alte Nikolaikirche, l’Église Saint-Nicolai

Elle se trouve sur Römerberg. Dans un style gothique, cette église protestante a été construite 1150 et fut la chapelle impériale du XIVe siècle. L’intérieur est aussi petit que l’extérieur le laisse penser.

 

Katharinenkirche, l’Église Sainte-Catherine

Située sur la place Haupwache, elle est l’église du baptême de Goethe. Sa couleur ocre jaune attire le regard. Son architecture est insolite aussi, le clocher n’est pas placé dans le prolongement du bâtiment mais perpendiculairement à celui-ci, à mi-longueur, ce qui lui donne une frontalité plus imposante. Portes fermées, je n’ai pas pu visiter l’intérieur. Bombardée et détruite au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle a été entièrement reconstruite.

 

Liebfrauenkirche, l’Église Notre-Dame

Elle est située sur la petite place Liebfrauenberg, au milieu des magasins. D’ailleurs, une espèce de boutique-véranda (comme on peut trouver à Turin) semble annexée au bâtiment du XIIIe siècle. Malgré son emplacement (quartier commercial), je n’ai vu à l’intérieur que de fervents fidèles : en pleine prière orale, à genou sur le sol…

 

Sankt Leonhardskirche, l’Église Saint Léonard

Située non loin des rives du Main, on la voit depuis le pont Eiserner steg. Son architecture est assez surprenante avec ses cinq nefs. Elle est réputée pour sa chorale « Salvatorchörlein » . Portes fermées, je n’ai pu la visiter.

 

Dreikönigskirche, l’Église d’Épiphanie

La Dreikönigskirche est une église néo-gothique protestante érigée sur les bords du Main, dans le quartier de Sachsenhausen. Son origine remonte au XIVe siècle où on construisit une chapelle consacrée aux Rois mages. Au XIXe siècle, elle fut démolie pour être reconstruite. La tour de 81 mètres était alors le bâtiment le deuxième-plus haut à Francfort.

 

Christuskirche, l’Église du Christ

C’est complètement par hasard (en me perdant semi-volontairement lors de ma visite de Francfort) que j’ai découvert cette église. Portes fermées, je n’ai pu pu visiter l’intérieur mais l’extérieur est assez intéressant. Contrairement aux églises traditionnelles qui visent une la verticalité (élévation céleste et spirituelle, et matérialisation du pouvoir aussi, soyons honnête), celle-ci est très basse. Le clocher est décentré, placé sur un angle du bâtiment où se trouve la porte d’entrée, très discrète pour l’occasion. La façade principale est laissée à une grande verrière.

 

Et il y a également l’Église russe Saint-Nicolas, la Frauenfriedenskirche, l’Église Saint-Justin de Höchst

D’autres églises remarquables à découvrir dans notre rubrique Trace La Culture

🇩🇪 Retrouvez tous nos articles sur FRANCFORT et sur nos voyages en ALLEMAGNE 🇩🇪