Soweto et Johannesburg, coupe gorge ou non ?

Bienvenue en Afrique du Sud ! Entre plage, park-safari, lifestyle, route de la liberté, Winefarms… le pays ne manque pas de possibilité. Devant tant de richesse, il est toujours difficile de choisir son itinéraire. On veut toujours être sûr de tout voir, de ne rien louper on a peur de ne pas prendre la bonne décision. C’est vrai en voyage on veut que chaque moment soit AMAAAAZING, du coup le stress et le doute s’installent !

Après moult tergiversations, je choisis de faire un chemin de Johannesburg jusqu’à Cape Town.

  • Soweto
  • Johannesburg
  • Durban
  • Coffee Bay
  • Port Elizabeth
  • Mossel Bay
  • Stellenbosh
  • Cape Town

 

Soweto : Love – Peace – Happiness

Premier choix cornélien de ce voyage, visiter au non Soweto, ce fameux township synonyme de tout à la fois, pauvreté, combat pour la liberté, apartheid… Comme beaucoup de voyageur j’ai longuement hésité 1) à le visiter, 2) à me dire « et pourquoi ne pas dormir sur place ? ».

Je trouve qu’il y a un certain « voyeurisme », un peu comme une sortie au zoo d’aller visiter les quartiers pauvres. Finalement j’ai pris la double décision non seulement de le visiter mais surtout de dormir sur place ; tant qu’à le faire autant le faire bien ! et je ne regrette absolument pas ! Alors oui, pendant que moi je faisais la visite du quartier à pieds avec un habitant de Soweto, j’ai bien vu passer les bus de touristes, en mode safari.

Mais Soweto vous offre bien d’autre choix que ces cars. Je ne me suis à aucun moment sentie en insécurité, ou mal à l’aise ou quoi que ce soit de ce genre. Bien sur il faut suivre les règles de sécurité, le soir nous avons pris la navette de l’auberge pour aller dans la rue principale et « touristique » de Soweto. Mais de la nous avons fait les fofolles à marcher dans cette rue, de nuit, pour trouver un restaurant ; et franchement deux blanches toutes seules dans la rue aucun problème « at all » ! et ensuite dans le restaurant, super accueil, gentil, plein d’explication sur le menu…. Une première soirée au couleur de la gentillesse et de l’hospitalité de l’Afrique du Sud. Nous avons choisi Vuyos Restaurant, mais on nous avait recommandé 2 autres restaurants dans la rue ; vous ne pouvez pas vraiment faire de mauvais choix. Pour l’anecdote, dans le restaurant, nous avons bien senti que c’était la population aisée de Soweto qui dîne dehors, une table dans un coin avec 4 personnes en était à leur 3ème bouteille de vin ou de champagne à notre arrivée.

Les discussions avec le personnel de l’Auberge, et mon guide du lendemain m’ont vraiment confortées dans ce choix. On se retrouve vraiment dans le tourisme positif, où notre venu et notre argent est réellement au service de la communauté, que ce soit par la création d’emploi, ou les invitations à participer à la vie de la collectivité, ou tout simplement la possibilité de faire un don financier.

J’ai dormi à Lebo’s Soweto backpackers, cette guesthouse située à Orlando Ouest est idéalement située, à quelques minutes à pieds de la rue principale. Mais surtout elle dispose d’un grand terrain où viennent jouer les gamins après l’école, certains adultes viennent également se reposer dans le parc. Ils essaient vraiment d’avoir cet esprit de communauté ce qui vous permet de rencontrer les locaux. Ils proposent la visite de Soweto à pieds ou à vélo. On est vraiment en immersion, les explications sur l’histoire de ce bout d’Afrique du Sud sont données sur un ton plein d’espoir et d’énergie. On vous apprend la poignée de main officielle du coin en 3 fois qui signifie « Love-Peace-Happiness ». Dans le quartier on passe des quartiers d’anciens Hostels masculins à des quartiers plus « riches », nous avons même croisé une Maserati et une Porsche Cayenne ! Loin d’être jaloux, ces signes de richesses donnent de l’espoir aux jeunes de Soweto qui détournent le nom de leur quartier en « So-We-Too » (nous aussi nous pouvons).

 

Un peu d’histoire, Soweto : South West Township de Jo’burg ; il est le township le plus peuplé d’Afrique du Sud, et est surtout connu pour les émeutes des étudiants de 1976, et pour avoir hébergé 2 prix Nobel – Nelson Mandela et Desmond Tutu. Soweto est vraiment le symbole de tous les combats qui restent à mener. D’abord les township existent toujours, ensuite ils sont toujours à très grande majorité noirs, et ils restent « exclus » des services des municipalités. Dans certains quartiers de Soweto les éboueurs ne passent qu’une fois par mois !

Bon en bref vous l’aurez compris, j’ai été conquise par Soweto.

Quelques infos pratiques : Je vous conseille de faire au moins 1/2 journée de visite avec un guide car ses explications, son interprétation de la vie ici sont primordiales pour vous mettre dans le bain de l’Afrique du Sud. Mais sinon la rue principale, Vilakazy Street, jusqu’à Hector Pieterson Square se fait aisément seul. La signalétique touristique est très bien faîte, vous ne pourrez pas passer à côté de la maison de Nelson, ou du mémorial de Hector Pieterson.

Les petits plus : si vous dormez sur place demandez à un employé de votre hôtel de tester un shebeen, ces bars illégaux où l’on sert de la bière artisanale, le cas échéant demandez à goûter de la bière artisanale. Testez un « fatcake » , il sert souvent de petit-déjeuner, car il tient bien au corps ; il s’agit d’un beignet nature, à manger « full » avec du formage et de salami ! A faire rester assise devant le Nelson Mandela Museum et ne pas rentrer pour le visiter. Vous attirez alors la curiosité des Sowetien qui viennent vous parler. j’ai fini par faire des exercices de français avec l’une des réceptionnistes du musée, et j’ai eu une discussion intéressante sur le fait que les noirs préfèrent les femmes rondes, et on m’a expliqué les coutumes du mariage et du paiement en nombre de vache …

 

Johannesburg ou Jo’BIG

Alors que nombre de voyageur décide d’éviter Johannesburg, j’ai pour ma part voulu voir la fameuse Jo’burg ou Jo’big. Et en effet la ville est juste IMMENSE ! Entre les recommandations de quartiers à éviter, la taille de la ville, les recommandations de ne pas visiter la ville à pieds mais en taxi… ajouté aux statistiques de criminalité de la ville ; il est très difficile de se faire une image juste de la ville tant la psychose du braquage se fait sentir. Comme je l’explique dans mes questions sur l’Afrique du Sud, il ne faut pas nier le caractère « à risque » des grandes villes, mais il faut le considérer avec beaucoup de bon sens et tout devrait se dérouler sans encombre.

J’ai réservé à Curiocity Backpackers dans le quartier de Maboneng. Concept très cosmopolite et branché, on retrouve de nombreux locaux accoudés au bar. Le quartier de Maboneng pourrait être comparé au 11ème arrondissement de Paris, ce genre de quartier « populaire en plein hypsterisation ». Au niveau du service c’est chaud / froid, il n’y a pas vraiment de constante, vous pouvez aussi bien tomber sur un staff hyper sympa et pro comme tomber celui qui n’en a rien à fiche, mais dans l’ensemble c’est très correct. Dortoir grand et propre, de même que la salle commune. Le plus : le grand balcon très agréable pour le « stop douche – apero » à l’auberge avant de ressortir. Au final, surtout pour le quartier je recommande cette auberge. L’auberge ne propose pas de petit déjeuner, il faut donc soit acheter de quoi le préparer vous même, soit comme moi trouver le coffee shop du coin qui fait des supers petit déjeuner, jus de fruit frais, cappuccino à 5 min à pieds ! J’ai atterri à  Eat Out Your Heart, un coffee shop standard. Mais le pieds en Afrique du Sud, ce sont leur petit déjeuner salé, avec les jus de fruit frais … hmmmm génial partout.

 

J’ai fait : le musée de l’Apartheid. Je conseille de prendre la visite guidée. Le musée est grand, et très détaillé, on y passe réellement 2-3 heures faciles. J’avoue qu’à la fin, la succession de photos, de noms, d’événements et de descriptions en anglais je n’intégrais plus vraiment ce que je voyais.

 

Le 1 fox Market Shed : petit marché avec stand de street food, salle d’exposition d’art, et quelques marchands d’artisanat local. Ce lieu est vraiment dans la lignée de la remise en activité de grands entrepôts, mêlant art, exposition et marché local. Il fait toujours bon y passer un moment pour se reposer, prendre un café ou un sandwich. Moi j’y suis allée le matin alors je n’ai pas testé le MAD GIANT, avec de très bonnes bières paraît-il. Les horaires : le vendredi de Midi à 17h, les samedi et dimanche de 10h à 19h ; et tous les derniers vendredi du mois de Midi à 22h pour la Night Fox.

 

Le Neighbourgoods Market, dans le quartier de Braamfontein. Dans la lignée hyper tendance de ces anciens lieux industriels transformés en Halles à street food, avec produits maison, locaux et bio… et dans le quartier de l’Université de Witwatersrand, où Nelson Mandela a suivi des cours par correspondance durant ses années d’emprisonnement.

Mes premiers pas en Afrique du Sud et en particulier à Johannesburg ont été hésitant (pour les raisons d’immensité et de sécurité évoquées plus haut – à mon grand regret) je n’ai pas énormément de bons plans à donner. Si c’était à refaire je ferais : un tour de la ville dans les fameux Bus Rouge, de manière à m’approprier la taille de la ville. Mais surtout je ne changerai rien au sens de mon parcours : de Johannesburg à Cape Town, mais je prendrais le vol retour de Johannesburg afin d’en profiter. Il est plus aisé de profiter de Jo’burg après avoir intégré les « codes » du pays.

Pour mon premier voyage en solo, Johannesburg n’était pas le plus facile ! Mais, j’ai profité d’1/2 journée à l’hôtel pour programmer le reste de mon voyage, et je me suis envolée vers l’océan au plus vite et réservé un cours de surf ! et hop j’allais bien profiter de ce voyage nom de nom ! 🙂

Découvrez mes autres étapes.

 

Vous aimez Trace Ta Route ? Si oui, on vous propose de ne rien louper de Trace Ta Route en vous inscrivant à la Newsletter du Voyageur 🙂 Restons en contact !

Cet article vous donne envie de découvrir ce pays ?
Dites-le avec des étoiles ! 🙂

AFRIQUE DU SUD

Tous les articles
Notez cet article

Etiquettes